20e colloque du GMPCA

Le Craham était présent au 20e colloque d’ archéométrie qui s’est tenu à Besançon du 27 au 30 avril 2015.

Trois communications, dont une orale, ont été présentées.

De la définition des aires de production à la mise en évidence des réseaux d’échange des objets en terre cuite à l’époque médiévale : à partir d’exemples dans deux régions du Nord de la France, A. Bocquet-Liénard, L. Birée, C. Claude, S. Dervin, J. Dupré, A. Lefèvre, F. Ravoire et X. Savary (Centre Michel de Boüard, Craham UMR 6273).

Mettre en évidence les réseaux d’échanges de la terre cuite passe par la connaissance et la caractérisation des productions. Pour la période médiévale, les ateliers de production fouillés dans le nord de la France sont encore trop peu nombreux, même si l’archéologie préventive a permis de combler certaines lacunes. L’utilisation de toutes les sources de données disponibles (écrite, ethnographique, archéologique, iconographique, géologique ou technologique) nous permet de mieux reconstituer les réseaux de circulation de ces objets du quotidien.

En Basse-Normandie, plusieurs aires de production géographique et géologique ont été définies et ont permis de reconstituer les zones de diffusion privilégiées de plusieurs d’entre elles grâce à la confrontation des observations technologiques, morphologiques, stylistiques et des compositions chimiques des pâtes de plusieurs lots céramiques dont ceux issus des fouilles anciennes et récentes dans l’enceinte du château de Caen. Les modes d’approvisionnement de celui-ci au cours des XIIIe et XIVe s. ont ainsi pu être abordés (Thèse de doctorat de S. Dervin).

En Île-de-France, deux projets de recherche, l’un sur le haut Moyen Âge (resp. A. Lefèvre) et l’autre sur le Bas Moyen Âge (resp. F. Ravoire), associent deux méthodes d’analyses : la caractérisation systématique des productions des ateliers de potiers découverts et l’étude d’ensembles céramiques issus de plusieurs sites d’utilisation ayant des caractéristiques technologique et morphologique communes.

Une production régionale ? Les céramiques à fond marqué du site Piatnitski à Staraya Russa (région de Novgorod – Russie), A. E. Musin, A. V. Plokhov, S. E. Toropov, P. Bauduin, A. Bocquet-Liénard et J. Dupré

Une catégorie de céramiques, possédant des marques en relief sur la face externe du fond du vase, est identifiée sur de nombreux sites médiévaux d’Europe centrale, d’Europe de l’Est, mais aussi de France, d’Allemagne et de Suisse. La découverte de ce type de céramique dans les fouilles du site Piatnitski à StarayaRussa (Russie) (campagnes de fouille de 2008 à 2012) est l’occasion de réexaminer la question de ces céramiques à fond marqué.

Ces céramiques à pâte sombre sont essentiellement des formes fermées, oules ou cruches. Les motifs inventoriés sur les fonds sont très nombreux et variés (croix, étoile, roue, personnage stylisé, motif géométrique, floral ou même animalier). Ces marques étaient réalisées par estampage, à l’aide d’un moule probablement posé directement sur la girelle du tour.

Les études de ces poteries ont été focalisées essentiellement en Europe de l’Est sur l’inventaire des motifs imprimés sur le fond des vases, la signification sémantique et le rôle de ces marques. Ce n’est pas tant ceux-ci qui feront l’objet de notre étude que la caractérisation pluridisciplinaire de cette production présente dans la province de Novgorod au sud du lac Ilmen ainsi que l’examen de la question chronologique, technologique et de sa répartition géographique. Une trentaine de céramiques ont fait l’objet d’analyses par spectrométrie d’émission atomique afin d’évaluer l’homogénéité de composition de cette production.

Dynamiques des réseaux d’échanges dans l’Ouest de la France à partir de l’étude d’un lot céramique de la ville d’Aregenua, capitale de la cité des Viducasses, M.-A. Thierry, K. Jardel, X. Savary et A. Bocquet-Liénard

La mise au jour d’un important lot céramique (près de 15 000 tessons) dans le quartier du théâtre antique à Vieux par Pascal Vipard en 1995 a été l’occasion d’entreprendre une étude pluridisciplinaire afin d’identifier les modes d’approvisionnement et la dynamique des réseaux d’échange au cours des IIe et IIIe s. de notre ère. Avec les productions d’origine extrarégionales, plusieurs productions locales et/ou régionales, fréquemment rencontrées sur d’autres sites d’habitat de la plaine de Caen, ont été observées. Des analyses pétrographiques et chimiques sur ces productions, dont le répertoire morphologique est aujourd’hui bien défini, ont été entreprises afin de les caractériser, de vérifier leur homogénéité et de les comparer avec d’autres corpus de la région, et notamment avec la production du seul atelier antique attesté en Basse-Normandie (Coteau Saint-Jacques à Lisieux-14). Cette étude a permis d’établir un nouveau référentiel pour les productions fines et communes et de mettre en évidence de nouvelles aires de production. Ces problématiques sont développées au sein d’un des ateliers du Projet collectif de recherche « L’Antiquité en Basse-Normandie », soutenu par le Ministère de la Culture et de la Communication et le conseil général du Calvados.

Comment citer cet article : Craham, « 20e colloque du GMPCA », dans Les Échos du Craham, 30/06/2015, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/939, consulté le 17/09/2019, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.