Stéphane Lecouteux, réseaux de confraternité & Histoire des bibliothèques. L’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp

Dir. Catherine Jacquemard (Unicaen/Craham/Responsable Bibliothèque virtuelle du MSM) et Anne-Marie Turcan-Verkerk (EPHE/IRHT/Responsable Équipex Biblissima)
Thèse soutenue le 23 novembre 2015 à l’université de Caen.
stéphane lecouteuxL’objectif de mon travail était d’approfondir nos connaissances sur le  scriptorium et la bibliothèque de l’abbaye de Fécamp. La question n’avait guère été abordée depuis 40 ans (travaux de référence de Geneviève Nortier, François Avril et Betty Branch). Afin de renouveler la question, il convenait non seulement de réétudier les manuscrits du point de vue codicologique, paléographique et artistique, mais surtout de replacer l’histoire des textes au cœur de l’enquête. Une méthode originale a tout d’abord permis de reconstituer le réseau de confraternité de l’abbaye de Fécamp. L’étude de la corrélation entre les réseaux de confraternité et l’histoire des bibliothèques a ensuite confirmé que la circulation des moines au sein de ces réseaux a favorisé la circulation des manuscrits et des textes et donc l’enrichissement des bibliothèques monastiques à l’époque de la grande activité de leurs scriptoria (XIe-XIIe s.). En parvenant à dater de 1050-1051 le plus ancien catalogue de la bibliothèque, la chronologie des manuscrits copiés et acquis sous les abbés Guillaume de Volpiano (1001-1028) et Jean de Ravenne (1028-1078) a également pu être affinée. Une réorientation des œuvres venues enrichir le fonds à partir des années 1050 a même pu être mise en lumière. Elle s’explique par l’implication personnelle du second abbé de Fécamp dans la lutte contre les hérésies, la défense du dogme de l’Église romaine et la mise en place de la Réforme grégorienne, d’ailleurs perceptible dans l’actualisation contemporaine de sa Confessio. Les liens étroits de Jean avec la curie romaine – il est légat pontifical de Léon IX (1049-1054) dès 1050 – et avec la Bourgogne – il cumule son abbatiat fécampois avec celui de Saint-Bénigne de Dijon de 1052 à 1054 – sont à l’origine de la confection de recueils d’œuvres des Pères de l’Église (principalement des traités de saint Augustin) dès le début des années 1050. L’enquête a aussi été l’occasion d’actualiser le corpus de manuscrits d’origine ou de provenance fécampoise. Depuis mon article paru en 2007 dans la revue Tabularia, ce corpus a été enrichi de 23 nouvelles attributions mais a aussi été amputé de 9 volumes. Il s’agit de la plus importante variation obtenue depuis les travaux de François Avril (25 nouvelles attributions acquises entre 1960 et 1965) et de Betty Branch (9 nouvelles attributions acquises entre 1974 et 1979). Deux découvertes sont essentielles pour l’histoire du fonds : d’une part un évangéliaire des environs de l’an Mil, autrefois richement enluminé dans le style de Winchester et offert à Fécamp par la famille royale anglo-saxonne : ce volume a exercé une forte influence sur l’enluminure fécampoise et montoise du second tiers du XIe s. ; d’autre part deux fragments du nécrologe de Fécamp copié à la fin du XIe s. et utilisé au XIIe s. : ce document vient opportunément enrichir la documentation nécrologique et confraternelle déjà disponible pour Fécamp et ses abbayes associées. Il permet désormais de suivre pas à pas l’évolution du réseau de confraternité de l’abbaye de Fécamp sur l’ensemble du Moyen Âge. Ces résultats invitent à reconsidérer la thèse du caractère informel, ponctuel et éphémère des associations spirituelles et des réseaux de confraternité qui prévaut chez les médiévistes depuis plus de trente ans. Il s’agit là d’un apport majeur, qui met en évidence le fait que la documentation confraternelle (contrats de societas, description des suffrages pour les défunts, listes de confraternité), jusqu’ici négligée par les historiens, constitue une source d’informations de premier ordre pour la reconstitution des réseaux de confraternité et donc pour l’étude et la compréhension des échanges entre les établissements religieux. Le projet Memoria et societas, né de ce constat, a pour objectif la constitution d’un répertoire référençant cette documentation confraternelle, tout en fournissant les outils informatiques permettant de la valoriser.
Après avoir délibéré, le jury a décerné à Stéphane Lecouteux le doctorat de ­l’université de Caen Normandie, avec la mention très honorable et les félicitations du jury
Stéphane Lecouteux
Comment citer cet article : Craham, « Stéphane Lecouteux, réseaux de confraternité & Histoire des bibliothèques. L’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp », dans Les Échos du Craham, 20/12/2015, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/930, consulté le 23/09/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.