Caen, le château, étude de bâti et diagnostic archéologique – 2016

En 1998, la ville de Caen a lancé un programme de conservation et de mise en valeur du château de Caen. En 2000, un « schéma directeur de conservation et de mise en valeur » a été établi par Daniel Lefèvre, architecte en chef des Monuments Historiques, à la demande de la ville de Caen. Un premier programme de restauration et d’aménagement a débuté en 2002, comprenant la restauration des remparts nord, est et sud, la construction des salles du rempart, l’aménagement de l’esplanade de la Paix…

Les opérations archéologiques menées en parallèles de ces travaux ont permis d’étudier :

  • les bâtiments liés au travail du fer au Moyen Âge, dont le plus grand fut utilisé comme écurie prestigieuse au début de la renaissance (fouille préventive en 2005, sous la responsabilité de B. Guillot, Craham, Inrap) ;
  • une seconde grande salle d’apparat « doublant » la salle de l’ Échiquier, construite probablement par Henri II Plantagenêt (fouille programmée en 2011-2014, sous la direction de B. Guillot) ;
  • les fortifications nord-ouest et nord-est (respectivement en 2005, par G. Carré, et en 2014-2015, par F. Bonhomme, Inrap).

Le schéma directeur est entré dans une deuxième phase en 2016, avec un programme d’aménagement patrimonial et paysager.

Un premier dossier concerne le donjon, fouillé par M. de Boüard entre 1956 et 1966. Une étude documentaire a été réalisée, avec la reprise des documents de fouilles de Michel de Boüard, couplée à des sondages ponctuels permettant de préciser certaines données. En parallèle, une première étude de bâti, faite par F. Bonhomme, a permis d’identifier les maçonneries d’origine de celles restaurées durant les années 1970, et de proposer une chronologie générale des édifices. Pour cela, un relevé 3D de l’ensemble du donjon a été réalisé par la société Art Graphique et Patrimoine. En décembre, une prospection magnétique a été effectuée sur les espaces non construits, afin de mettre en évidence les maçonneries encore enfouies dans le sous-sol.

Concernant la tour maîtresse, l’étude a permis de retrouver le puits, bouché par une chape de ciment, présent dans la partie sud de l’édifice (fig. 1) et de confirmer la présence de niveaux archéologiques encore en place, appartenant aux phases de construction ou de reprise de la tour. Dans l’espace entre cette tour et la chemise, les sondages ont précisé les secteurs non fouillés par M. de Boüard mais ont mis également en évidence des maçonneries non décrites dans ses rapports ou cahiers de fouille.

Fig. 1 : Sondage dans la partie sud de la tour maîtresse avec la partie supérieure du puits bouchés par une chape de béton (cl. B. Guillot)

Fig. 1 : Sondage dans la partie sud de la tour maîtresse avec la partie supérieure du puits bouchés par une chape de béton (cl. B. Guillot)

Enfin, une étude des fragments de céramique encore conservés au musée de Normandie, réalisée par S. Dervin (Inrap, Craham), a apporté une nouvelle datation des niveaux fouillés. Parmi ce mobilier se trouvaient quelques fragments de pot appartenant à la période de la Tène C-D, soit du Ier s. av. J.-C. La comparaison avec les données de fouille permet de dire que ce mobilier a été trouvé dans la partie est du donjon, sur le terrain naturel, à proximité d’un probable foyer et d’un grand trou de poteau. Il s’agit de la confirmation d’une occupation protohistorique de l’endroit bien avant le Moyen Âge.

Mais la première occupation du secteur est beaucoup plus ancienne. En effet, une ébauche de hache remontant au néolithique (vers 4500-3500 av. J.-C.), identifiée par Nicolas Le Maux, doctorant à l’université de Paris I, a été recueillie dans le sondage le long du contrefort nord-ouest de la tour maîtresse (fig. 2).

Fig. 2 : Ébauche de hache en cornéenne, témoin d’une production à polir (cl. E. Ghesquière, DAO N. Le Maux)

Fig. 2 : Ébauche de hache en cornéenne, témoin d’une production à polir (cl. E. Ghesquière, DAO N. Le Maux)

Durant le mois d’octobre, une vingtaine de tranchées ont été ouvertes sur le reste du château afin d’observer les vestiges archéologiques encore présents dans le sous-sol, et ainsi guider les futurs travaux. Divers secteurs ont ainsi pu être mis en évidence. Le premier, et le moins riche en vestiges, se trouve au nord du château, dans la garenne. Les tranchées ont montré de grands apports de gravats, rehaussant le terrain sur plus de deux mètres, sans qu’aucune structure médiévale n’ait été mise en évidence.

Dans l’emprise même du château, sur le terrain naturel, les premières occupations remontent aux XIe-XIIe siècles. Il s’agit essentiellement de fosses, conservées sur plus d’un mètre de profondeur pour certaines d’entre elles, et d’un angle de maçonneries. Ce petit bâtiment, situé au débouché de la passerelle d’accès actuelle au donjon, et dont il ne reste plus qu’une assise, devait être construit en torchis-colombage (fig. 3).

Fig. 3 : Angle de maçonneries des xie-xiie siècles situé au débouché de la passerelle donnant accès au donjon (cl. J. Villaregut)

Fig. 3 : Angle de maçonneries des XIe-XIIe siècles situé au débouché de la passerelle donnant accès au donjon (cl. J. Villaregut)

Sur ces premières structures, une grande cour palatiale a été mise en place entre l’ouest de la salle de l’Échiquier et l’extrémité est du donjon. Elle se compose d’un niveau de graviers soigneusement assemblé, qui suit globalement les dénivellations du terrain (fig. 4). Le mobilier retrouvé dans son niveau d’occupation date du XIIIe siècle, pouvant aller jusqu’au XIVe siècle par endroits. Il faut signaler qu’immédiatement au-dessus se trouvaient des matériaux issus de la démolition d’édifices, dont probablement le donjon, datant de la fin du XVIIIe siècle. Il « manque » donc toute une partie de la stratigraphie, en particulier celle concernant la période moderne.

Fig. 4 : Détail de la cour palatiale dans la tranchée face aux Vieux Palais (cl. F. Bonhomme)

Fig. 4 : Détail de la cour palatiale dans la tranchée face aux Vieux Palais (cl. F. Bonhomme)

Cette grande cour donne accès, à l’est, à un pavage longeant un nouveau bâtiment, totalement inédit, dont les techniques de construction semblent dater des XIe-XIIe siècles (fig. 5). Conservé sur près d’un mètre de haut, il comprend deux portes, espacées de seulement 0,70 m (fig. 6). La présence de réseaux encore en activité immédiatement à l’est n’a pas permis de préciser l’emprise de cet édifice, qui enrichit les constructions romanes au nord du château.

Fig. 5 : Nouveau bâtiment roman longé par un pavage conservé sous la cour palatiale (au premier-plan) (cl. J. Villaregut)

Fig. 5 : Nouveau bâtiment roman longé par un pavage conservé sous la cour palatiale (au premier-plan) (cl. J. Villaregut)

 

Fig. 6 : Détail des maçonneries du nouveau bâtiment roman avec l’embrasure d’une des portes (cl. J. Villaregut)

Fig. 6 : Détail des maçonneries du nouveau bâtiment roman avec l’embrasure d’une des portes (cl. J. Villaregut)

Le long de la courtine nord-est, des maçonneries appartenant à la prison médiévale, encore présente sur les plans du XVIIIe siècle, ont été mises au jour (fig. 7). L’état de conservation des murs, mesurant 5 m de haut, a mis en évidence un bâtiment sur deux étages, le niveau bas contenant des graffitis (fig. 8), qui ont été seulement observés en raison de la mauvaise tenue des parois du sondage.

Fig. 7 : Murs de la prison en cours de dégagement (cl. B. Guillot)

Fig. 7 : Murs de la prison en cours de dégagement (cl. B. Guillot)

 

Fig. 8 : Détail des graffitis apparus sur le mur nord de la prison (cl. F. Bonhomme)

Fig. 8 : Détail des graffitis apparus sur le mur nord de la prison (cl. F. Bonhomme)

À 7 m au sud de la prison, un autre bâtiment est présent, lui aussi figuré sur les plans du XVIIIe siècle. Le dégagement de la partie supérieure d’un conduit de cheminée (fig. 9) montre également un état de conservation exceptionnel de cette maison.

Fig. 9 : Haut d’un conduit de cheminée appartenant à une maison encore enfoui dans le sol (cl. B. Guillot)

Fig. 9 : Haut d’un conduit de cheminée appartenant à une maison encore enfoui dans le sol (cl. B. Guillot)

Les rapports sur ces nouvelles investigations sont en cours de réalisation mais ces découvertes enrichissent notre vision du château et confirment la présence de bâtiments très bien conservés aux abords des courtines.

Bénédicte Guillot (Inrap, Craham)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *