Marie-Agnès Lucas-Avenel

avenelNom : Lucas-Avenel
Prénom : Marie-Agnès
Maître de conférences en latin
Co-directrice de l’Office universitaire d’études normandes (OUEN)
Pseudo : MALA (en dédicace à l’auteur, objet de sa thèse, édition critique, accompagnée d’une traduction et d’un commentaire des livres I et II de Geoffroi MALAterra, De rebus gestis Rogerii Siciliae et Calabriae comitis et Roberti Guiscardi ducis, fratris ejus) ; par ailleurs, ce sont aussi les initiales de Marie-Agnès Lucas-Avenel…

Quel est votre parcours ?

Je suis un produit de l’université de Caen. Après un an au lycée Malherbe où j’étais inscrite en hypokhâgne, j’ai vite compris que je voulais me spécialiser en Lettres classiques. Après la licence, j’ai fait une maîtrise en linguistique grecque, puis j’ai préparé l’agrégation de grammaire, que j’ai obtenue en 1996. Devenue professeur dans le secondaire, je me suis aussitôt engagée dans un DEA puis dans une thèse. Une fois la thèse soutenue en 2001, j’ai obtenu un poste de maître de conférences en latin à Caen en 2002 et j’ai été rattachée au Cerlam, puis au Craham en 2008.

À quel moment vous êtes-vous dit, je veux faire de la recherche ?

J’y suis arrivée progressivement : la maîtrise m’avait donné le goût de mener plus loin une étude particulière, de la lecture scientifique et de la rédaction de l’argumentation. Ensuite, le sujet même que j’ai choisi pour la thèse m’y a incitée. L’œuvre de Geoffroi Malaterra occupe une place de premier plan parmi les sources de la conquête de la Sicile, et ses choix d’écriture relèvent d’une véritable composition littéraire. La redécouverte d’un manuscrit qui rendait caduque la précédente édition me procurait un sujet passionnant dans des domaines encore peu explorés. Il m’a alors semblé que l’enseignement que je pouvais donner, de près ou de loin, – que ce soit dans le secondaire ou à l’université – devait se nourrir de la recherche.

Quels sont vos domaines de recherche actuels ?

Je travaille dans les domaines de la littérature et de la philologie, sur les œuvres historiographiques de langue latine rapportant la conquête de l’Italie du Sud par les Normands, en particulier l’histoire de Geoffroi Malaterra, dont je prépare l’édition critique sur supports papier et numérique. Je m’intéresse aussi en particulier aux poèmes de Guillaume de Pouille et à l’histoire d’Aimé du Mont-Cassin ; et de plus en plus largement à la production littéraire latine des XIe-début XIIe s. dans les États normands, afin de voir si des comparaisons entre ces différents textes sont possibles. Je me suis engagée dans l’édition critique des poèmes de Serlon de Bayeux, en collaboration avec Edoardo D’Angelo (Université Suor Orsola Benincasa, Naples) et Moreed Arbabzadah (Pembrocke College, Cambridge), pour accompagner le texte latin d’une double traduction française et anglaise. Ces poèmes sont peu connus car ils sont pour la plupart mal édités et analysés de manière fragmentaire. Ils constituent pourtant d’importants témoins de la vie monastique et canoniale de la fin du XIe et du début du XIIe siècle en Normandie. Enfin, j’ai rejoint en 2007 le groupe de travail «  Ichtya » dirigé par Catherine Jacquemard, autour des traités latins d’ichtyologie. Après l’édition critique sur double support de l’Hortus sanitatis, nous travaillons actuellement à celle des livres VI et VII du De natura rerum de Thomas de Cantimpré, sur les monstres marins et les poissons.

ma-lucas-avenel

Quelles sont les applications de vos recherches ?

Le point commun essentiel entre Malaterra, Serlon et l’ Hortus sanitatis c’est la publication de nouvelles éditions critiques de textes latins, dont les enjeux sont divers par la nature même de la source, mais dont les principes sont communs :

  • approfondir la connaissance érudite de ces œuvres ;
  • donner à lire un texte sûr, établi à partir de la critique des principaux témoins, et sur lequel d’autres recherches peuvent s’appuyer ;
  • les accompagner d’une traduction française aussi précise que possible, qui rende compte des choix stylistiques de l’auteur ;
  • valoriser ces œuvres par la publication de l’édition critique sur double support : un support papier qui répond aux exigences traditionnelles des éditions critiques et un support numérique facilitant l’interrogation multimodale de l’œuvre.

Le travail d’édition critique est presque nécessairement pluridisciplinaire, selon la nature du texte. Les œuvres historiographiques intéressent tant les littéraires que les historiens, et les textes ichtyologiques, les historiens des sciences.

Quel est le quotidien d’un enseignant-chercheur ?

Il se partage entre les cours et la recherche. Si l’emploi du temps des premiers est nécessairement réglé, celui du second dépend du travail en cours. La recherche nécessite une longue fréquentation des bibliothèques, un travail de réflexion solitaire, mais aussi un travail en équipe, au sein du laboratoire, ou dans un groupe de travail élargi pour la conception et la réalisation de projets nationaux ou internationaux. Une journée ressemble donc rarement à la précédente.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La curiosité, la rigueur, l’obstination, le sens du travail en équipe.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

L’agrégation et le poste de maître de conférences. Peut-être surtout les rencontres et les discussions que j’ai eues d’abord avec mes professeurs puis mes collègues de l’université de Caen, ou avec d’autres chercheurs que j’ai rencontrés durant les colloques, qu’ils soient historiens ou littéraires. Sans doute les colloques, les discussions avec les collègues de différentes disciplines, qu’ils soient historiens, philologues ou littéraires, ont-ils été déterminants dans la façon dont j’envisage la recherche.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Disons que je suis très heureuse d’avoir participé à des travaux collectifs et/ou pluridisciplinaires : l’édition de l’Hortus et la publication des actes sur l’historiographie normande. Je crois aussi avoir contribué à former quelques étudiants, dont certains, devenus enseignants, m’ont fait part de leur vif plaisir à jouer à leur tour un rôle dans la transmission des savoirs.

Qu’est-ce qui vous émeut ?

La finesse de la pensée des auteurs sur lesquels je travaille, leur art de l’écriture, le souci dont ils font preuve de transmettre la pensée des Anciens.

Quelle est selon vous la découverte scientifique majeure des derniers siècles ?

L’outil informatique et l’internet qui facilitent la communication et révolutionnent la recherche.

Qu’est-ce qui vous fait sourire ?

L’humour et l’ironie, et j’en trouve dans les textes que j’étudie : au sein même du panégyrique des auteurs des textes historiographiques des mondes normands, se glissent quelques traits mordants ou une mise en scène qui dénonce les vices des ennemis du commanditaire. Quant à Serlon de Bayeux, il a une capacité incroyable à renouveler le thème de la gloutonnerie, pour dénoncer celle de l’abbé de Saint-Étienne de Caen… Surtout, peut-être, la découverte des erreurs qui se sont introduites dans la transmission des savoirs ichtyologiques, et qui ont amené les auteurs médiévaux à décrire avec la même rigueur scientifique des animaux extraordinaires. Au texte est associée une image qui reprend en partie les éléments de description et souligne les curiosités.

Votre livre de chevet, vos conseils de lecture ?

Je ne m’éloigne jamais beaucoup des œuvres fondamentales composées par les Anciens (Homère, Virgile, Cicéron, Salluste…). Leur lecture mérite toujours d’être croisée avec celles des auteurs de l’Antiquité chrétienne et du Moyen Âge. Parmi les auteurs contemporains, j’ai beaucoup d’admiration pour l’œuvre de Bernard Guenée, et pour d’autres chercheurs qui ont consacré leur vie à l’édition critique d’œuvres latines médiévales, comme Marjorie Chibnall, mais aussi pour d’autres qui me sont plus proches, et dont les méthodes de travail et les qualités de chercheurs m’ont beaucoup appris, comme Pierre Bouet, Olivier Desbordes et mes collègues du Craham. Je pourrais ajouter bien d’autres noms de chercheurs qui ont écrit d’excellentes études, mais je crois qu’il est fondamental de lire et de relire les textes.

Pour aller plus loin…

hortus-sanitatis-coverSur l’Hortus sanitatis et les textes latins sur le savoir ichtyologique

Sur les sources latines des mondes normands médiévaux

  • Geoffroi Malaterra, L’histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard, M.-A. Lucas-Avenel (éd.), vol. 1, Caen, Presses universitaires de Caen, Collection Fontes & Paginæ, sous presse.
  • L’historiographie médiévale normande et ses sources antiques, P. Bauduin et M.-A. Lucas-Avenel, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, Scriptorial d’Avranches (8-10 octobre 2009), Caen, Presses universitaires de Caen, 2014.

Page personnelle sur le site du Craham

Bibliographie complète sur le site du Craham

Comment citer cet article : Craham, « Marie-Agnès Lucas-Avenel », dans Les Échos du Craham, 19/12/2014, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/917, consulté le 23/11/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *