Guillaume Blanchet, contractuel, service de numismatique

g.blanchetActuellement contractuel au service de numismatique du Craham, j’ai suivi le parcours classique d’un étudiant passionné d’histoire. Originaire de la Manche, j’ai obtenu mon bac littéraire en 2008 au Lycée Henri Cornat à Valognes (Manche). Très intéressé par les cours d’histoire-Géographie dispensés au lycée, je me suis naturellement orienté vers des études ­d’histoire, en m’inscrivant à l’université de Caen Normandie en 2008. Lors de cette première année j’ai eu l’occasion d’assister, durant un semestre, aux cours d’archéologie proposés par le professeur Claude Lorren. Ces cours ont motivé mon inscription en deuxième et troisième année de licence dans le « parcours archéologie » encadré par Claire Hanusse et Cécile Allinne.

Les cours et modules dispensés ont été l’occasion de découvrir certains des services spécialisés du Craham, tels que le service d’anthropologie et le service d’archéo­métrie-céramologie. La découverte de ces services, dédiés aux Sciences humaines, m’a alors permis d’être certain de ma vocation. Dès 2010, j’ai pu accomplir ma première expérience en tant que vacataire au service d’anthropologie dirigé par Cécile Chapelain de Seréville-Niel. En 2011, j’ai validé ma licence d’histoire (parcours archéologie) et la question de poursuivre était une évidence. J’étais fortement attiré par la période romaine et plus encore par le mobilier archéologique. Ma première année de master a été un tournant dans mes études. Sur la base de la proposition d’un sujet de recherche par Cécile Allinne, j’ai eu la chance de faire la connaissance de Pierre-Marie Guihard, numismate au Craham. J’ai donc eu l’occasion de travailler sur le mobilier numismatique de Blainville-sur-Orne en master 1 (« Les monnaies du petit site romain de Blainville-sur-Orne, apport de la numismatique à la compréhension du site » sous la direction de C. Allinne et P-M. Guihard) et sur les monnaies de la Domus au Grand Péristyle en master 2 (« Le numéraire de la Domus au Grand Péristyle de Vieux, approche méthodologique de l’étude des monnaies en contexte archéologique »).

Durant ces deux années de master, Pierre-Marie Guihard m’a transmis ses connaissances et sa passion concernant la numismatique, tout en me permettant de découvrir un aspect technique de la discipline, qui me passionne aujourd’hui : l’archéométrie appliquée à la numismatique. Ces nouvelles compétences m’ont permis de développer mes activités en m’intéressant aux propriétés métalliques des monnaies, mais également d’obtenir plusieurs contrats au sein du service de numismatique pendant mon master. J’ai eu l’occasion de traiter environ 7 200 monnaies romaines appartenant à l’important trésor de Saint-Germain-de-Varreville (14 500 monnaies). Également, la mise en place du « programme Nummus » au service de numismatique m’a permis de m’impliquer dans l’inventaire des découvertes monétaires en contexte archéologique.

Afin d’étendre mes connaissances en archéométrie, j’ai eu l’occasion, parallèlement à mon master 2, de m’intéresser plus précisément aux aspects archéométriques de la numismatique, c’est-à-dire la compréhension des méthodes de fabrication des monnaies ainsi que l’évolution de leur composition au cours du temps. J’ai de ce fait eu l’occasion de réaliser un stage d’un mois au Crismat (UMR 6508, Ensicaen, Cristallographie et science des matériaux) dans le but d’analyser deux monnaies du Bas-Empire. Mon intérêt pour l’archéométrie n’a fait que grandir puisque, après avoir validé mon master 2 à Caen, j’ai fait le choix de m’inscrire dans le master 2 archéométrie proposé par l’université de Bordeaux Montaigne intitulé « Recherche Matériaux patrimoine culturel et archéométrie ». Ce second master a été l’occasion pour moi de renforcer mes bases en physique-chimie, mais surtout de pouvoir réaliser un stage concernant l’analyse de monnaies par Fluorescence X et LA-ICP-MS au laboratoire d’archéométrie du RGZM à Mayence (Allemagne) et à l’Iramat-CEB (UMR 5060) à Orléans. Ces compétences acquises durant ce second master me permettent aujourd’hui d’étendre mes activités, de participer aux projets archéométriques développés au Craham, comme le projet de recherche, déposé auprès de la région, FANUM (Fluorescence appliquée à l’Archéologie et à la NUMismatique) qui débutera au printemps 2016. Ce projet sera consacré à l’analyse par spectrométrie de fluorescence X portable d’un trésor monétaire du IVe siècle, projet qui sera détaillé dans le prochain numéro des Échos du Centre Michel de Boüard.

Enfin, mon objectif en tant que contractuel est de parvenir à intégrer un service public me permettant d’effectuer ces activités.

Bibliographie

Allinne C., Blanchet G., Piolot A., Brunet M., Lespez L., « Un petit port romain de l’estuaire de l’Orne : Blainville-sur-Orne “basse vallée du Dan” (Calvados) », Aremorica, n° 7, 2015, p. 92-105.

Communication

« Vie et survie du petit numéraire dans le Nord de la Gaule, l’exemple du site de la Domus au Grand Péristyle à Vieux », Rencontres internationales de Numismatique I, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Produire et recycler la monnaie au Bas-Empire, Mayence, 2014 (Allemagne).

Poster

Contrefaire la monnaie d’argent : analyse par fluorescence-X d’un lot de deniers plaqués des ier-iiie siècles conservés au Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence (Allemagne), poster présenté au colloque du GMPCA 2015.

Guillaume Blanchet

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search