Astrid A. Noterman (CESCM, université de Poitiers, université de Caen Normandie)

astridSi vous êtes amené à descendre au sous-sol du bâtiment N de l’université de Caen, vous pourrez croiser dans les couloirs du Craham Astrid A. Noterman. Elle partage son temps entre ses recherches doctorales et ses contrats réguliers pour des études d’anthropologie biologique. Voici la présentation de ses activités.

La société mérovingienne est essentiellement connue, en archéologie, par l’intermédiaire de ses vastes nécropoles en plein champ et ses pratiques funéraires (inhumation habillée). Un phénomène récurrent caractérise également ces ensembles funéraires : le pillage des sépultures. Cette pratique, qui n’a pas manqué d’être soulignée dès le XIXe siècle, s’inscrit dès la période d’utilisation de l’espace funéraire. Autrement dit, les hommes du temps des Mérovingiens pillaient leurs contemporains. Les recherches conduites sur le phénomène en France sont essentiellement étrangères et remontent aux années 1970. De nombreuses certitudes sont associées au pillage (cupidité, vol du mobilier le plus précieux, peur des morts, superstition face aux objets à motifs « chrétiens ») sans que des études critiques et statistiques aient été menées sur le sujet ces dernières années. Face à cette situation, la nécessité de conduire une réflexion nouvelle s’est imposée. Grâce au développement de l’ archéothanatologie en France et de l’enregistrement toujours plus performant des données sur le terrain, une telle étude est aujourd’hui possible. Ses travaux s’appuient sur deux sources principales : les textes tardo-antiques et médiévaux (textes législatifs, épitaphes funéraires, hagiographies, pénitentiels), et les sites archéologiques fouillés au cours des quinze dernières années. Les questions soulevées au cours de sa recherche sont nombreuses (motivations des pilleurs, sélection des sépultures et du mobilier funéraire, techniques de pillage, perception du phénomène par la population, protections éventuelles des tombes mises en place…) et mettent en avant la complexité du sujet. En parallèle, une réflexion est menée sur l’enregistrement des sépultures pillées en contexte de fouille préventive, et notamment sur la fiche anthropologique de terrain. Elle a pour but d’harmoniser les données recueillies afin de permettre des comparaisons entre sites et d’éventuellement mettre en avant des particularismes régionaux dans la pratique du pillage.

Conjointement à la recherche doctorale, elle est responsable, au sein du laboratoire de paléanthropologie du Craham, de l’étude d’anthropologie biologique d’une population médiévale de Champagne-Ardenne. Depuis 2011, une fouille programmée est conduite par Stéphanie Desbrosse-­Degobertière (Inrap), membre associée du Craham, dans la ville de Saint-Dizier (Marne). À l’issue de quatre années de fouille, ce ne sont pas moins de 300 individus qui ont été mis au jour. Les datations actuelles situent l’occupation du site entre le viiie siècle et la fin du xiie siècle, mais des niveaux d’inhumations mérovingiens sont fortement envisagés.

Dans le cadre de cette étude, elle encadre des étudiants de L2 lors de travaux pratiques. Chaque semaine, le lavage et le collage des ossements sont l’occasion pour ces étudiants d’être initiés à l’anthropologie biologique, branche de l’archéologie funéraire encore méconnue pour la plupart d’entre eux.

En parallèle de ces activités, elle appartient à un groupe de travail international menant une réflexion sur la réouverture des sépultures aux époques anciennes (Grave Reopening Research – http://reopenedgraves.eu/).

Colloques :

35es Journées internationales d’archéologie mérovingienne (Afam), Douai (9 au 11 octobre 2014), Communauté des vivants, compagnie des morts, communication : « Pour une méthodologie des pillages mérovingiens (ve-viiie s.) : quels outils ?», à paraître.

II International Interdisciplinary Meetings Through The Ages, Bytów (Pologne) (16-17 octobre 2014), Limbs, Bones and Exhumations in Past Societies, communication : « Early medieval grave robbery : the French case », à paraître.

9e Rencontres du Gaaf, Ritualiser, Gérer, Piller. Rencontre autour de la réouverture des tombes et de la manipulation d’ossements, colloque en préparation, sous la direction d’Astrid A. Noterman (CESCM) et de Mathilde Cervel (EPHE).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search