Luc Bourgeois, professeur à l’université de Caen

luc-bourgeoisAncien élève de l’Institut national du Patrimoine, Luc Bourgeois a consacré sa thèse de doctorat à L’occupation du sol dans l’Ouest parisien entre le Ve et le Xesiècle (Université Paris I-Sorbonne, 1995). Son habilitation à diriger des recherches (Université de Poitiers, 2009) porte le titre générique suivant : De la topographie à l’espace social: pôles de pouvoir et objets de distinction (Ve-XIIIe siècles).

Successivement chargé de mission des musées d’Île-de-France, archéologue au Service archéologique départemental des Yvelines puis conservateur du Patrimoine au ministère de la Culture (DRAC Poitou-Charentes), il est devenu en 1999 maître de conférences d’archéologie médiévale à l’université de Poitiers et au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302).

D’abord consacrées à l’ archéologie gallo-romaine, ses recherches portent depuis 1987 sur la période médiévale. Elles concernent tout d’abord les lieux, les objets et les agents du pouvoir au cours du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central et s’articulent autour de trois thèmes :

– Le premier s’interroge le devenir des agglomérations secondaires à partir de la fin de l’Antiquité et sur la naissance des petites villes médiévales, en particulier dans le Centre-Ouest de la France.

– Le second thème porte sur les fortifications et les résidences élitaires du haut Moyen Âge en Europe occidentale, à travers des monographies (le castrum d’Andone, édité en 2009 par les Publications du CRAHAM et, désormais, la Motte de Pineuilh en Gironde), des enquêtes thématiques (les fortifications monastiques à l’époque carolingienne, les frontières construites du haut Moyen Âge européen), ou des synthèses (la plus récente, sous presse, est un bilan sur les fortifications du Xe siècle dressé à l’occasion du colloque anniversaire de la fondation de l’abbaye de Cluny).

– Enfin, un troisième axe d’enquête, abordé plus récemment, concerne les objets et pratiques de distinction contribuant à la définition des élites médiévales à partir de la culture matérielle. Associant données archéologiques, sources écrites et iconographie, il a déjà suscité quelques travaux sur l’hippophagie médiévale (avec Alain Dierkens), l’introduction du jeu d’échecs en Occident et la nature des artisanats présents dans les résidences élitaires des IXe-XIe siècles.

Page personnelle sur le site du CRAHAM : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article718

Bibliographie : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article738


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *