L’abbaye de Jumièges (76)

Fig. 1 Jumièges, nef de l’église Saint-Pierre, partie préromane (cl. J. Le Maho, Craham).

Fig. 1 Jumièges, nef de l’église Saint-Pierre, partie préromane (cl. J. Le Maho, Craham).

De l’ancienne abbaye de Jumièges, détruite à la Révolution, subsistent d’importants vestiges dont les plus vieux sont ceux des parties occidentales de l’église Saint-Pierre, au sud de la grande abbatiale Notre-Dame (fig. 1). Longtemps attribués aux environs de l’An mil, leur relecture archéologique par Jacques Le Maho (CNRS, Craham) et James Morganstern (Ohio State University, Craham) a permis de réunir des éléments qui accréditent plutôt leur appartenance aux premières décennies du IXe siècle, ce qui en ferait un des rares édifices carolingiens conservés en élévation au nord de la Loire (J. L.M. et J. M., 2006). Au cours de ces dernières années, plusieurs découvertes sont venues enrichir notre connaissance du Jumièges prénormand. En 2010, un important matériel sculpté du haut Moyen Âge a été mis au jour lors de travaux effectués dans une propriété privée située dans l’angle nord-ouest de l’ancienne clôture monastique (Gilles Deshayes, Mission archéologique de l’Eure). Parmi les fragments provenant du site même de l’abbaye et retrouvés chez des particuliers, deux sont également attribuables au haut Moyen Âge, l’un provenant d’un chancel, l’autre – retrouvé tout récemment, en mai 2015 – d’un petit chapiteau à décor de feuillage ; tous deux sont en pierre de Caen (G. D. et J. L.M.).

Fig. 2 Vitraux romans de Jumièges, trois têtes d’hommes (cl. E. Broine, Craham).

Fig. 2 Vitraux romans de Jumièges, trois têtes d’hommes (cl. E. Broine, Craham).

C’est également dans une collection privée qu’a été récupéré en 2006 un lot de 473 fragments de vitraux peints, vraisemblablement issus des travaux de déblaiement effectués par la famille Lepel-Cointet, propriétaire des ruines au XIXe siècle. Sur la base de l’inventaire photographique réalisé au Craham par Éric Broine, a été entreprise une étude iconographique dont les premières conclusions tendent à situer la réalisation des verrières vers le dernier tiers du XIe siècle (J. M. et J. L.M., 2012). Sans équivalent en France à l’heure actuelle, pour cette période, ces vitraux présentent en outre l’intérêt de garder la trace de décors se rapportant à des scènes historiées, comme en témoignent la petite taille des personnages (fig. 2) et la présence de nombreux fragments d’inscriptions. Sur trois d’entre eux se lit, comme sur les légendes de la Tapisserie de Bayeux, le début d’une phrase commençant par le mot hic (Ici,…), tandis que le rapprochement de plusieurs morceaux permet de restituer les mots … presentatur in templo, indiquant une scène de la Présentation au Temple. En 2012, à la faveur du montage de l’exposition de Rouen « Le Vitrail, chefs-d’œuvre cachés du Musée », un réassemblage a fait apparaître l’inscription mater beate marie (Caroline Dorion-Peyronnet, Musée des Antiquités de la Seine-Maritime), ce qui s’ajoute à deux autres mentions de Marie (Maria, Maria mater Domini) et suggère qu’une partie au moins de l’ iconographie concernait la Vie de la Vierge (fig. 3). C’est sans doute précisément dans une chapelle dédiée à la Vierge, la chapelle du bras nord du transept de Notre-Dame, que les débris de vitraux furent mis au jour. Dans une note manuscrite du XIXe siècle retrouvée dernièrement au sein d’une liasse de documents provenant des archives de la famille Lepel-Cointet (vente Drouot du 5 mai 2015), il est fait mention de la découverte dans cette chapelle d’un ensemble de « vitraux peints » ayant de bonnes chances de correspondre au même lot.

Fig. 3 Inscription Mater Beate Marie (cl. Musée départemental des Antiquités, Rouen).

Fig. 3 Inscription Mater Beate Marie (cl. Musée départemental des Antiquités, Rouen).

Fig. 4 L’église Saint-Pierre d’après J. Jollivet, 1847 (cl. Y. Deslandes, Musée départemental des Antiquités)

Fig. 4 L’église Saint-Pierre d’après J. Jollivet, 1847 (cl. Y. Deslandes, Musée départemental des Antiquités)

Fig. 5 La tour de Notre-Dame d’après J. Jollivet, 1847 (cl. Y. Deslandes, Musée départemental des Antiquités).

Fig. 5 La tour de Notre-Dame d’après J. Jollivet, 1847 (cl. Y. Deslandes, Musée départemental des Antiquités).

Un autre exemple de l’intérêt scientifique de la documentation du XIXe siècle avait déjà été fourni en 2013, avec la redécouverte d’un grand dessin aquarellé portant la signature d’un ami des Lepel-Cointet, le peintre et lithographe Jules Jollivet (1794-1871). Daté de 1847, il montre les ruines de la nef de Saint-Pierre avec de nombreux restes de décors peints aujourd’hui presque complètement disparus, ainsi que les ruines de la tour de croisée de l’église Notre-Dame (fig. 4 et 5). Le dessin très détaillé de cette tour apporte d’utiles compléments aux relevés déjà connus, notamment ceux de l’archéologue-dessinateur Hyacinthe Langlois (1777-1837) qui montraient plusieurs détails de peintures murales, les unes à décor végétal, les autres historiées, sur les intrados des arcs et sur les parements internes de l’étage sous le clocher. Les archives retrouvées des Lepel-Cointet devraient également fournir aux spécialistes comme Caroline Bride (abbaye de Jumièges, Département de la Seine-Maritime), auteur de plusieurs travaux sur les destinées du domaine après la Révolution, la matière à de nouvelles recherches sur l’histoire de la famille qui sauva les ruines de Jumièges au XIXe siècle.

Éléments de bibliographie

Jacques Le Maho et James Morganstern, « Jumièges, église Saint-Pierre. Les vestiges préromans », dans Congrès archéologique de France. Rouen et Pays de Caux, Paris, Société Française d’Archéologie, 2006, p. 97-116.

James Morganstern, Jacques Le Maho et Éric Broine, « Les fragments de Jumièges », dans Le Vitrail, chefs-d’œuvre cachés du musée, catalogue d’exposition, Rouen, Musée départemental des Antiquités, p. 14-20.

Bibliographie complète de Jacques Le Maho sur le site du Craham

 


Thierry Buquet (Ifpo)
Jacques Le Maho est chargé de recherches CNRS au Craham.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article36

Comment citer cet article : Craham, « L’abbaye de Jumièges (76) », dans Les Échos du Craham, 30/06/2015, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/741, consulté le 21/10/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.