Laure Leroux, doctorante, fouille du château de Biron (Dordogne)

Aux confins du Périgord, du Quercy et de l’Agenais, le château de Biron (Dordogne) constitue l’un des plus imposants sites castraux d’Aquitaine, dont les bâtiments s’échelonnent en deux cours, hiérarchisées par un dénivelé de 10 m de hauteur. Le conseil départemental de la Dordogne, soucieux de valoriser son patrimoine, avec l’appui du Service régional d’archéologie d’Aquitaine, a entrepris en 2012 une étude approfondie de ce château, donnant lieu à un doctorat dirigé par Luc Bourgeois, professeur à l’université de Caen Normandie. Dans le cadre de cette thèse ont été menées trois campagnes de fouilles qui ont révélé des structures inattendues, sous la forme de rampes monumentales.

Château de Biron - Dordogne

Château de Biron – Dordogne

De tels dispositifs sont connus des médiévistes de fort longue date, grâce à une source ­iconographique célèbre, la Tapisserie de Bayeux. La représentation, à la fin du XIe siècle, des assauts menés contre Dol et Dinan figure des rampes sur poteaux de bois, appuyées contre le flanc des éminences symbolisant ces castra. Toute schématique qu’elle soit, cette iconographie est suffisamment précise pour révéler l’existence de barres de bois transversales, fixées au tablier de ces rampes, pour faciliter la montée et éviter les dérapages, détail plutôt réaliste au regard de l’inclinaison à 45° de ces rampes et de leur exposition aux intempéries.

Ce témoignage a depuis été corroboré par les vestiges de dispositifs proches ; parmi les mieux connus, la motte d’Olivet à Grimbosq (Calvados) ou la fortification d’Hen Domen (Pays de Galles). Dans ces deux cas, un puissant fossé ceint l’éminence dominant le site castral. Un bâtiment positionné au bord du fossé, côté cour, donne accès à une passerelle au-dessus du fossé, prolongée par une rampe permettant d’accéder au sommet, ainsi que le suggèrent les trous de poteau mis au jour dans l’escarpement. La solution la plus fréquente consiste toutefois en une passerelle jetée sur le fossé (Le Guildo, Côtes-d’Armor), éventuellement supportée par un poteau central (Goltho, Angleterre) et un second dispositif d’accès au bâtiment, généralement sous la forme d’un escalier accolé à l’élévation (château de Mayenne, Mayenne).

Fig. 1 : Plan des vestiges découverts dans la cour basse du château : le fossé, les supports des rampes et l’angle du bâtiment disparu.

Fig. 1 : Plan des vestiges découverts dans la cour basse du château : le fossé, les supports des rampes et l’angle du bâtiment disparu.

Les structures découvertes à Biron se démarquent par leur degré d’analogie avec la Tapisserie de Bayeux. La genèse du site castral, entre 950 et 1050, voit la réalisation d’un système de doubles fossés séparés par un glacis, défendant une plateforme ovalaire dominant la butte de Biron. Dans un second temps, le fossé central est comblé, probablement pour ériger un nouvel édifice bâti, peut-être une aula. La découverte de deux piles ­circulaires maçonnées, d’1,5 m de diamètre, perpendiculaires à la plateforme, a permis d’envisager l’existence d’une rampe de grande envergure, élevée sur ces supports pérennes, afin d’accéder au noyau sommital sinon à l’étage de l’hypothétique aula.

Cette rampe a sans doute rapidement connu un second état, sous la forme d’une charpente chaussée de caissons rectangulaires, dont les négatifs partageaient ­l’orientation des piles. Le premier état de cette structure a été daté par analyse radiocarbone entre la fin du XIe siècle et la première moitié du XIIe siècle (fig. 1).

Fig. 2 : Hypothèse de restitution de la rampe desservant la tour à contreforts plats à partir des négatifs de poteaux.

Fig. 2 : Hypothèse de restitution de la rampe desservant la tour à contreforts plats à partir des négatifs de poteaux.

Dans un troisième temps, une tour massive, à contreforts plats, est édifiée à une dizaine de mètres à l’ouest, concurrençant l’éventuel bâtiment aulique. Son entrée monumentale en plein cintre, d’1,25 m de largeur pour 3,5 m de hauteur, est située quatre mètres au-dessus de la cour basse et desservie par une rampe positionnée dans son prolongement. La structure apparaît toutefois plus rudimentaire, puisqu’il s’agit de simples creusements circulaires, d’environ 1 m de profondeur. Leur fond était conforté par des calages de pierre et de mortier qui ont permis de dater cette nouvelle rampe entre 1150 et 1225 (fig. 2).

Les fouilles programmées du site de Biron ont donc livré trois variantes d’un ouvrage encore peu connu du Moyen Âge classique. La topographie du site ne suffit à expliquer le choix de telles architectures : il s’agit d’abord de solenniser le passage de la basse cour aux espaces nobles, préfigurant ainsi la symbolique des « grands degrés » et autres perrons de justice connus pour les châteaux des siècles suivants (fig. 3).

Fig. 3 : Hypothèse de restitution du site castral au milieu du XIIe siècle.

Fig. 3 : Hypothèse de restitution du site castral au milieu du XIIe siècle.

Laure Leroux

Comment citer cet article : Craham, « Laure Leroux, doctorante, fouille du château de Biron (Dordogne) », dans Les Échos du Craham, 20/12/2015, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/671, consulté le 24/11/2020, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search