Zoom sur les travaux d’une doctorante : Diane Régo

regoLes élites au village : étude de la distinction sociale par les marqueurs archéologiques de part et d’autre de la Manche, entre le XIe et le XVIe siècle

Sous la direction de Claire Hanusse (UCBN) et Christopher Gerrard (Durham University)

Depuis deux ans et demi, les recherches effectuées visent à identifier des élites que l’on peut qualifier de paysannes car habitant les villages et dépendant de seigneurs locaux. Cette démarche s’est construite à partir de l’exemple de la maison « aristocratique » de Trainecourt (Grentheville – Calvados) et autour de l’hypothèse selon laquelle les membres de ces élites paysannes souhaitent montrer leur proximité à une catégorie sociale supérieure, en distinguant leur habitat. Cette différence affichée se traduit concrètement dans la topographie et la morphologie de leur cadre de vie quotidienne ainsi que dans leur culture matérielle. Elle s’affirme dans la comparaison et la confrontation avec les autres, au sein du village.

Aussi, pour identifier ces habitats hors du commun, une méthode a été élaborée : des châteaux, manoirs et maisons fortes ont été étudiés pour établir une liste de critères utilisés par leurs habitants pour marquer leur statut social. Ces informations ont ensuite été confrontées à des villages ou hameaux fouillés dans le but de repérer des unités d’habitation intégrant certains de ces éléments. Il faut bien sûr garder à l’esprit que l’on enquête sur un groupe bien moins puissant que les seigneurs châtelains ; ces marqueurs de distinction sont donc adaptés : c’est ainsi que l’on conservera un objet pour sa symbolique plus que pour son usage premier. Enfin, il est nécessaire de comparer ces maisons avec d’autres habitations avoisinant afin de déceler leur singularité.

La particularité majeure de cette étude réside dans la prise en compte des deux côtés de la Manche, et ce, pour plusieurs raisons.

D’une part, il est pertinent de comparer les données archéologiques anglaises et françaises, l’Histoire de ces pays étant étroitement liée. Au même titre que les échanges économiques ou politiques, il est tout à fait probable que les pratiques culturelles de représentation et manifestation sociales aient connu des transferts bilatéraux.

D’autre part, dans les années 70, les chercheurs britanniques furent parmi les premiers à renouveler leur approche des villages désertés, passant par la fouille de nombreux sites, comme le fameux Wharram Percy (North Yorkshire) étudié par Maurice Beresford et John Hurst. Depuis, de nombreux villages ou hameaux ont fait l’objet d’enquêtes archéologiques, à l’instar des châteaux ou maisons fortes, ce qui permet d’établir un corpus d’étude assez large avec un nombre de sites équivalent pour les deux côtés de la Manche.

Enfin, l’un des aspects différenciant les pratiques académiques anglaises et françaises est sans aucun doute le recours aux théories. Souvent considérées comme saugrenues voire inutiles, celles-ci permettent toutefois de produire des interprétations des données de terrain, allant au-delà des analyses morphologiques, typologiques ou fonctionnelles. Un exemple de ce type d’approche est l’article rédigé par Sally Smith qui s’est attachée à relire les données de fouilles de plusieurs villages anglais en essayant de repérer des éléments matérialisant la résistance paysanne face au pouvoir seigneurial. Les travaux menés actuellement s’appuient sur ce type de (re)lectures pour interpréter socialement les habitats fouillés.

L’importance de l’Angleterre se traduit par une cotutelle initiée par Christopher Gerrard – directeur du Département d’Archéologie de l’Université de Durham – qui se concrétise par deux séjours de trois mois à Durham dans un cadre de travail exceptionnel.

Ainsi, malgré plusieurs obstacles qu’il est parfois difficile de surmonter comme la barrière de la langue, les recherches en cours pointeront l’intérêt de ce type d’approche comparatiste tant pour la recherche en archéologie que pour la construction du discours historique.


Diane Régo est doctorante au Craham.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article664

Comment citer cet article : Craham, « Zoom sur les travaux d’une doctorante : Diane Régo », dans Les Échos du Craham, 30/06/2015, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/603, consulté le 01/06/2020, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.