Zoom sur un chercheur : Véronique Gazeau

Nom : Gazeau
Prénom : Véronique
Professeur d’histoire médiévale
Au Craham depuis 1996

Page personnelle

vg1

Quel est votre parcours ?

Après une enfance et des études secondaires à Pont-­Audemer (Eure), supérieures en Hypokhâgne et Khâgne au Lycée Fénelon (Paris) puis à Paris IV, j’ai commencé à travailler sur la Normandie ducale grâce à un sujet de maîtrise donné par le professeur Jean-François Lemarignier sur le patrimoine de l’abbaye du Bec à l’époque ducale. C’est au cours de l’année de maîtrise que mon directeur m’a conseillé de rencontrer le spécialiste de la Normandie ducale, le professeur Musset. Ayant passé les concours, je suis devenue professeur de l’enseignement secondaire de 1974 à 1990 (collèges de banlieue parisienne). Entre 1982 et 1987, j’ai préparé une thèse dite de troisième cycle, consacrée aux relations entre la famille de Beaumont[-le-Roger] et le monachisme au xie siècle, sous la direction du professeur Lucien Musset à l’université de Caen et, en 1990, j’ai été élue maître de conférences à l’université du Maine (Le Mans). En 1994, j’ai été élue (mutation) à l’université de Caen. En 2002, j’ai soutenu une Habilitation à diriger des recherches à Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la direction du professeur Michel Parisse, puis en 2003, j’ai été élue professeur à l’université de Caen. Parallè­lement à ces activités d’enseignant-chercheur, j’ai exercé des activités d’administration de la recherche (section 32 du comité national de la recherche scientifique de 2004 à 2012), secrétaire de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public (1995-2004), dont je suis actuellement la présidente (depuis 2010).

À quel moment vous êtes-vous dit, je veux faire de la recherche ?

J’avais en 1979 déjà publié un article qui résumait une partie de ma maîtrise (à Caen, dans un volume dirigé par le professeur Musset). Mais en 1981, à la suite d’échanges avec une amie, professeur de collège de banlieue, que j’avais connue en Hypokhâgne, qui avait le même parcours que moi et qui venait de se lancer dans une thèse, j’ai décidé de m’inscrire en DEA pour me lancer vraiment dans la recherche sur l’histoire de la Normandie (où j’avais passé mon enfance) médiévale.

Quels sont vos domaines de recherche actuels ?

Mes centres d’intérêt sont l’histoire des institutions ecclésiastiques qui se décline en plusieurs axes : abbatiat, épiscopat de l’Europe du Nord-Ouest aux Xe-XIIIe siècles, l’ aristocratie anglo-normande, les modèles de sainteté (je me suis intéressée au culte des saints Michel et Nicolas en Normandie), l’historiographie (les historiographes de la Normandie médiévale, Orderic Vital et Robert de Torigni, mais aussi l’image de Guillaume le Conquérant à travers ses biographes de 1830 à 1945, les travaux de l’historien américain Charles Homer Haskins). Je copilote l’édition papier et électronique des actes des évêques de Normandie (XIe-XIIIe siècle) et prépare une prosopographie des abbesses de Normandie (XIe-XIIIe siècle). Je participe à l’écriture d’un ouvrage sur l’abbaye du Bec. Je vais publier les actes du colloque de Cerisy (2010) Autour de Lanfranc (1010-2010). Réforme et réformateurs dans l’Europe du Nord-Ouest (XIe-XIIIe siècle). Je prépare aussi la publication d’un autre colloque de Cerisy (2012) sur la naissance de l’ ordre de Savigny (Manche). Je suis passée progressivement d’une histoire traditionnelle des institutions à une histoire davantage centrée sur l’étude et la compréhension des réseaux et des transferts culturels, enjeux de la recherche au sein du Centre Michel de Boüard.

Quelles sont les applications de vos recherches ?

J’ai contribué à une meilleure connaissance des mondes normands médiévaux par l’organisation de plusieurs colloques, par mes travaux sur l’aristocratie anglo-normande, sur l’abbatiat normand (prosopographie des 327 abbés de la principauté normande), sur les modèles de sainteté (grâce à la participation au groupe de travail britannique de Durham sur la relecture de l’œuvre d’Orderic Vital), sur le travail des historiographes de la Normandie ducale, sur la naissance d’une sorte de mythe historiographique de la supériorité de la civilisation de la Normandie ducale via le personnage de Guillaume le Conquérant, forgé entre 1830 et 1945, sur le culte fortement identitaire des saints Michel et Nicolas.

Quel est le quotidien d’un enseignant-chercheur ?

La préparation des cours, la correction des copies, le suivi des étudiants de Master et de doctorat sont le lot des enseignants-chercheurs, et nécessitent la mise à jour régulière du savoir scientifique.

J’ai participé pendant quatre années (1993-1996) au jury du CAPES externe d’histoire-géographie (correction des copies et oraux). Je considère qu’il appartient aux universitaires de participer au recrutement des enseignants du secondaire.

La préparation des cours de concours (agrégation et capes dont le programme change tous les deux ans) que j’assume depuis toujours à Caen depuis 1990, seule ou de concert avec mes collègues, oblige à de nombreuses lectures estivales et tout au long de l’année. Il s’agit de préparer des cours nouveaux sur des sujets parfois inconnus, de corriger les copies longues, d’entendre les étudiants en colles.

On peut regretter que les heures de cours supplémentaires (en raison du sous-encadrement), le suivi indispensable mais de plus en plus lourd des étudiants, l’accumulation des réunions liées aux activités administratives, les réunions de comités éditoriaux, la confection de dossiers pour la recherche sur projets laissent trop peu de temps pour faire les lectures qui s’imposent, pour assister à des manifestations scientifiques, en bref pour disposer du temps pour faire une recherche de qualité, que celle-ci soit solitaire ou collective.

Le temps imparti à la recherche est trop peu important et est en constante diminution.

vg2

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La curiosité, l’esprit en éveil pour questionner les sources, la confrontation des recherches avec les autres chercheurs en France et à l’étranger, la rigueur, la persévérance, l’imagination.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

En matière d’enseignement, l’élection comme maître de conférences. En matière de recherche, des rencontres : lors du colloque international du CNRS, à l’abbaye Notre-Dame du Bec, en juillet 1982, Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles. Études anselmiennes (IVe session), j’ai donné une communication et rencontré pour la première fois Michel Parisse, Marjorie Chibnall et Elisabeth van Houts. J’ai ensuite suivi le séminaire de Michel Parisse, ce qui me permit de confronter mes travaux à ceux d’autres chercheurs. Il m’a ensuite suggéré le sujet de mon HDR dont il fut le garant. Les deux chercheurs britanniques m’invitèrent en 1983 à la Battle Conference, ce qui me permit de nouer des contacts avec les chercheurs des îles Britanniques, à commencer par David Bates, avec lequel j’ai ensuite régulièrement travaillé et dont j’ai fait profiter le Centre Michel de Boüard. En matière de gestion de la recherche, j’ai été membre de la section 32 (Mondes anciens et médiévaux) du comité national de la recherche scientifique de 2004 à 2008, puis entre 2008 et 2012 présidente de la même section, ce qui m’a fourni l’occasion d’être en prise directe avec tous les domaines de la recherche en cours sur un plan national et international.

La réussite des étudiants et la relation de confiance et d’estime qui s’établit durablement avec certains constituent également un élément marquant de la carrière, sinon un motif de joie.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

La découverte toujours à remettre en chantier du questionnement sur les textes, sur les choses, sur les événements, qui m’est venue tardivement au cours de mes études.

Qu’est-ce qui vous émeut ?

Voir et revoir le film Le Jour le plus long. Écouter la chanteuse Barbara (sauf L’Aigle noir).

Quelle est selon vous la découverte scientifique majeure des derniers siècles

Tout ce qui a eu trait à l’accélération de l’acheminement de l’information sous toutes ses formes.

Qu’est-ce qui vous fait sourire ?

Apprendre et voir apprendre.

Votre livre de chevet, vos conseils de lecture ?

Mes livres de chevet : La Peau de chagrin d’Honoré de Balzac, Le Général de l’armée morte d’Ismaïl Kadaré, les romans de Marguerite Duras et de Yasmina Khadra et les ouvrages scientifiques sur la guerre d’Algérie.

Vos conseils de lecture

Histoire : les ouvrages des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public qui permettent de mettre à jour ses connaissances sur un thème historiographique neuf, les livres de Jacques Le Goff, notamment le dernier, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Seuil, 2014 (La Librairie du XXIe siècle).

Je dois confesser que ces derniers temps, je n’ai pas le temps de lire autre chose que de l’histoire médiévale ou de l’histoire contemporaine sur la guerre d’Algérie.

Bibliographie restreinte

La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge, Publications du Crahm, 2003.

En collab. avec A.-M. Flambard Héricher, 1204. La Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, Publications du Crahm, 2007.

Normannia monastica (Xe-XIIe siècle). *Princes normands et abbés bénédictins. **Prosopographie des abbés bénédictins, Publications du Crahm, 2007, 2 vol.

En collab. avec M. Goullet, Guillaume de Volpiano. Un réformateur en son temps (962-1031). Vita domni Willelmi de Raoul Glaber. Texte, traduction, commentaire, Publications du Crahm, 2008.

Bibliographie complète sur le site du Craham

Comment citer cet article : Craham, « Zoom sur un chercheur : Véronique Gazeau », dans Les Échos du Craham, 30/06/2015, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/584, consulté le 13/12/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.