Joseph Decaëns (1926-2016)

Joseph Decaëns nous a quittés le 16 octobre dernier après 90 ans d’une vie passionnante, remplie d’histoire et de culture.

Lors de mes premiers pas au Cram (Centre de recherches archéologiques médiévales), il venait de transmettre la revue Archéologie médiévale et les Publications du Cram à Anne-Marie Flambard Héricher, et avait laissé sa place de directeur du centre depuis plusieurs années. Son engagement passionné dans différents projets et l’affection qu’il portait aux membres du laboratoire le conduisaient à de fréquentes visites. J’ai ainsi eu la chance de le côtoyer à de nombreuses reprises. Je me propose ici de lui rendre un modeste hommage et de retracer quelques moments de sa vie, tant il serait ambitieux de vouloir viser l’exhaustivité.

Joseph Decaëns est né le 26 août 1926 à Caudebec-en-Caux, en Seine-Maritime. Il commence sa carrière non loin de là, à Nointot, comme enseignant en Lettres et Arts, au collège paysan de Baclair, de 1947 à 1957.

baclair

À la création de l’Ipes (Institut de préparation aux enseignements de second degré), il prépare, de 1957 à 1962, un Capes de Lettres classiques et enseigne en parallèle les Lettres au lycée d’Argentan de 1960 à 1962. Son désir de compléter ses connaissances en histoire médiévale l’amène à suivre, en 1957,  les cours de Michel de Boüard, alors doyen de la faculté des Lettres de l’université de Caen. Joseph Decaëns dira plus tard que son admiration pour le professeur fut immédiate. Michel de Boüard venait de créer le Centre de recherches archéologiques médiévales deux ans plus tôt, mais ce dernier ne disposait pas encore de locaux. Cependant, des fouilles archéologiques avaient pu être organisées : un sondage au château de Caen en 1949, plusieurs campagnes sur le site du Hague-Dike de 1950 à 1954, deux campagnes au château de Caen en 1956-1957, et la fouille du baptistère de Portbail en 1956.

Après avoir suivi les cours de Michel de Bouärd, Joseph Decaëns fait vraiment connaissance avec le « doyen » lors des vacances d’été de 1959, alors qu’il traverse le château avec son épouse, Yvonne. Il raconte : « nous aperçûmes le doyen, au fond d’un carré de fouilles, en train de prendre des notes, accroupi devant une surface fouillée où reposaient une truelle et une balayette. Tout à coup les yeux noirs, fulgurants, sont sur nous ; ils s’adoucissent quand il nous reconnaît puisque nous suivions ses cours et il vient nous ouvrir la petite barrière. Après un long silence, habituel chez lui, il nous donne quelques indications sur l’endroit où nous sommes, une zone de cuisine, à l’est du donjon. C’était la première fois que nous lui parlions, fort intimidés et n’osant pas poser de questions, sans aucune connaissance du château et de la technique de fouilles. Pourtant il nous proposa, dès ce premier jour, de participer au travail. Nous étions embauchés et à chaque vacance scolaire, nous étions sur le chantier ».

Fouille de Doué-la-Fontaine, fin des années 60

Fouille de Doué-la-Fontaine, 1970

Après des débuts difficiles, le Centre s’organise et dispose de locaux en 1961. Joseph Decaëns devient assistant d’archéologie médiévale en 1962, puis maître de conférences en 1985. Il enseignera l’archéologie à l’université de Caen jusqu’en 1992.

Parallèlement, Joseph Decaëns s’investit dans de nombreuses responsabilités. Après que Michel de Boüard eut pris sa retraite en 1981, il lui succède comme directeur du Centre (jusqu’en 1992). Il dirige par ailleurs les Publications du Cram qui éditent les colloques Château Gaillard, institués dès 1962, et la revue Archéologie médiévale à partir de 1989. Cette revue, créée en 1971 par le « doyen », est la première revue française internationale sur ce domaine, elle deviendra revue du CNRS, elle est actuellement éditée par CNRS Éditions.

Au cours de ces années à l’université de Caen, Joseph Decaëns a dirigé plusieurs chantiers de fouille (Hérouvillette, Grimbosq, Saint-Vaast-sur-Seulles, Bretoncelles,  etc.). Il a aussi lié des liens étroits avec la Society of Antiquaries of London.

Auteur de plus de soixante-dix publications scientifiques (voir sa bibliographie sur le site du Craham : http://www.unicaen.fr/craham/spip.php?article428), Joseph Decaëns aimait écrire. Je me souviens de notre dernière collaboration professionnelle lors de la publication de l’ouvrage consacré au château de Caen, auquel il a bien voulu participer en associant son fils François en tant que photographe. Son manuscrit, au sens propre du terme, était imposant. Malgré ses soucis de santé, son investissement et son goût pour la transmission étaient intenses, depuis la visite sur le terrain jusqu’à la rencontre des lecteurs. Nous avions visité à cette occasion le donjon du château ; cette visite, sa façon de nous raconter le château et les fouilles, resteront pour moi un souvenir fabuleux.

Joseph Decaëns lors d’une visite au château de Caen en 2009

Joseph Decaëns lors d’une visite au château de Caen en 2009

Sa vie privée n’en est pas moins remplie de bonheur et d’engagements au côté de son épouse Yvonne, de leurs enfants et petits-enfants. On sait également quel fut son investissement dans la vie politique de sa commune, Louvigny, de 1973 à 1989, ainsi que celui en faveur de l’humanitaire, notamment avec le Sahel.

25158-161019170420306-01-630x0

C’est donc une personne appréciée de tous pour sa gentillesse, sa discrétion et sa disponibilité qui nous a quittés. Nous garderons un souvenir ému de M. Decaëns et nous adressons toute notre sympathie à Yvonne, Claire et François, Alexandre, Benjamin, Lucie, Théodore et Salomé.

Références

Joseph Decaëns, « Les débuts du CRAM », Annales de Normandie, 2012/1 (62e année), p. 89-93.

Joseph Decaëns et Adrien Dubois, Le château de Caen. Mille ans d’une forteresse dans la ville, Publications du Crahm, Caen, 2009.


Micael Allainguillaume
Micaël Allainguillaume est responsable du Pôle revues & communication du Craham, éditeur de la revue Archéologie médiévale.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/craham/spip.php?article30

Comment citer cet article : Micael Allainguillaume, « Joseph Decaëns (1926-2016) », dans Les Échos du Craham, 23/12/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/58, consulté le 23/09/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *