Zoom sur un chercheur : Édith Peytremann

edoth-peytremannNom : Peytremann
Prénom : Édith
Archéologue, ingénieure de recherche
Au Craham depuis 1994
Page web : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article259

Quel est votre parcours ?

J’ai eu un parcours académique relativement linéaire. Après l’obtention du diplôme supérieur de l’École du Louvre, j’ai poursuivi ma formation à l’université de Paris I où j’ai obtenu ma maîtrise. Après un DEA à l’université de Strasbourg, j’ai réalisé ma thèse à l’université de Caen, sous la direction de Claude Lorren, tout en débutant dans la vie professionnelle comme archéologue fouilleur qualifié et archéologue responsable d’opération à l’Association pour les fouilles archéologiques nationales qui deviendra en 2001 l’Institut national d’archéologie préventive. J’ai poursuivi ma carrière dans cet institut où je suis actuellement ingénieure de recherche tout en réalisant un parcours dans l’enseignement supérieur aussi bien comme chargée de cours à l’École du Louvre et dans les universités de Paris I et de Nantes que comme professeure associée à Paris I pendant 4 ans.

À quel moment vous êtes vous dit, je veux faire de la recherche ?

Mes velléités à faire de la recherche remontent à mon adolescence ! Dès l’âge de 13 ans, j’ai commencé à fouiller et à 14 ans mes parents avaient accepté de m’offrir l’abonnement aux Nouvelles de l’archéologie !

Vous préparez en ce moment votre habilitation à diriger des recherches, pouvez-vous nous résumer en quelques lignes votre propos ?

Pour l’HDR, je suis partie des résultats d’une fouille que j’ai conduite en Alsace et qui a livré plusieurs milliers de structures appartenant principalement à une période comprise entre le VIe et la fin du XIe siècle. Ce site se singularise notamment par une concentration de puits à eau et de petites cabanes excavées. Grâce notamment aux résultats des études pluridisciplinaires (carpologie, archéozoologie, dendrologie, dendrochronologie, géomorphologie, céramologie et anthropologie) que j’ai ­sollicitées, il m’est possible de proposer une nouvelle hypothèse sur la nature de certains sites ruraux en relation avec les systèmes économiques du premier Moyen Âge.

Quels sont vos sujets de recherche actuels ?

Mes sujets actuels de recherche touchent à l’ archéologie villageoise, petite sœur de l’archéologie urbaine, actuellement en plein développement et nécessitant l’établissement d’une méthodologie particulière et bien évidemment pluridisciplinaire. Je poursuis par ailleurs mes travaux sur l’économie des sites ruraux et continue mes recherches sur une pratique funéraire parti­culière du haut Moyen Âge : les inhumations hors cimetière ou nécropole.

edoth-peytremann-chantier

Que peuvent apporter vos recherches à la communauté ?

L’apport de mes travaux réside, je crois, dans le fait de montrer une diversité et une complexité du monde rural sur une période longue du VIe au XIIe siècle, qui dépasse les découpages chronologiques traditionnels.

Quel est votre quotidien d’enseignant-chercheur ?

Il m’est difficile d’évoquer un quotidien dans la mesure où j’ai la chance d’avoir une activité qui laisse place à une grande diversité. Pour simplifier, mon activité de chercheuse se déploie aussi bien sur le terrain où je dirige des fouilles, en laboratoire où je coordonne et participe à l’analyse des données recueillies en fouilles, en salle de cours où j’enseigne principalement l’archéologie du haut Moyen Âge et dans mon bureau où je réalise des travaux plus rédactionnels ou de lecture. Et parfois, je fais un peu de médiation auprès des scolaires ou du grand public.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

L’imagination, l’endurance, la rigueur et la modestie.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Il m’est difficile de répondre. Je dirai que chaque site que j’ai fouillé m’a marquée tant d’un point de vue scientifique que d’un point de vue humain. Par ailleurs, j’ai particulièrement apprécié les quatre années où je partageais à temps égal mon temps entre l’enseignement à Paris I et mon activité à l’Inrap. Les deux étaient particulièrement complémentaires et généraient une dynamique certaine.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Une de mes plus belles réussites est probablement d’avoir réalisé mon « rêve » d’adolescente de devenir archéologue, dans toutes les dimensions que peut recouvrir ce terme (fouilleur, chercheur, enseignant…).

Qu’est-ce qui vous émeut ?

Je suis une grande sensible ! et j’ai presque envie de répondre tout : un tableau, une girolle qui perce à travers la mousse dans un sous-bois éclairé par un rayon de soleil, un sourire au hasard, des notes de musique, un livre…

Quelle est selon vous la découverte scientifique majeure des derniers siècles ?

Je crois que pour ma génération, internet et le développement du numérique représentent un bouleversement incroyable et une avancée majeure.

Qu’est-ce qui vous fait sourire, rire ?

Je vais répondre par une pirouette, ce qui ne me fait pas pleurer… donc finalement pas mal de choses !

Quel est votre livre de chevet, vos conseils de lecture ?

Le livre de chevet varie en fonction de mes humeurs : du roman indien signé par Sankar au roman coréen de YiMun-Yol, du roman policier d’Izzo, de P.D. James, de Fred Vargas ou de Matsumoto au livre de philosophie comme le dernier de Richard Kearney, du roman autobiographique comme celui de Morgiève à la Bible, etc.

Mes conseils de lecture :

  • Et la neige recouvrit leurs traces de Wodojewski
  • À l’Est d’Eden de Steinbeck

Bibliographie restreinte

  • Peytremann Édith, « La notion de village en France au premier Moyen Âge. Retour sur un débat », Archéopages, n° 40, 2014, p. 84-91.
  • Peytremann Édith, « Identifier les résidences des élites au sein des habitats ruraux du VIe au XIe siècle dans la moitié nord de la France », dans Klápště Jan, Hierarchies in rural settlements, Actes du IXe colloque international Ruralia, Götzis, 26 septembre-9 octobre 2011, Turnhout, Brepols Publishers, 2013, p. 183-197.
  • Peytremann Édith, « The archaeology of Early Medieval (6-12th century) rural settlements in France », dans Quirós Juan Antonio (éd.), Archaeology of Architecture and Household Archaeology in Early Medieval Europe. Arqueología de la Arquitectura, n° 9, 2012, p. 213-230.
  • Peytremann Édith, « Structures et espaces de stockage dans les villages alto-­médievaux (VIe-XIIe s.) de la moitié septentrionale de la Gaule : un apport à l’étude socio-économique du monde rural », dans Vigil-Escalera Guirado Alfonso, Bianchi Giovanna, Quirós Castillo Juan Antonio (éd.), Horrea, Barns ans silos. Storage and incomes in early medieval Europe, Actes de la journée d’études du 7 juin 2011, Vitoria-Gasteiz, Universidad del País Vasco, 2013, p. 39-56. (Documentos de arqueología medieval, 5).
  • Guillaume Jacques, Peytremann Édith (éd.), L’Austrasie. Sociétés, économies, territoires, christianisation. Actes des XXVIe Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Nancy, 22 au 25 septembre 2005, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2008 (tome XIX des Mémoires de l’Association française d’Archéologie mérovingienne).
  • Peytremann Édith, Archéologie de l’ habitat rural dans le nord de la France du IVe au XIIesiècle, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’Archéologie mérovingienne, 2003, 2 vol., 452 et 432 p., ill. (t. XIII des Mémoires de l’Afam).

Bibliographie complète sur le site du Craham : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article475

Comment citer cet article : Craham, « Zoom sur un chercheur : Édith Peytremann », dans Les Échos du Craham, 12/07/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/542, consulté le 23/09/2017, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *