Projet de recherche Fanum

Responsables : Pierre-Marie Guihard et Anne Boquet-Liénard

À la suite de la découverte rarissime, en avril 2011, dans le département de la Manche (commune de Saint-Germain-de-Varreville), d’un trésor monétaire romain d’un volume exceptionnel, la direction régionale des Affaires Culturelles (Service de l’archéologie de Basse-Normandie) a confié l’étude des monnaies au service de numismatique du Centre Michel de Boüard – Craham-UMR 6273.

fanum_appareilLe trésor a fait l’objet d’une micro-fouille stratigraphique en laboratoire en juillet 2012, dont les résultats ont apporté un éclairage original sur les comportements de l’usager face à son pécule, c’est-à-dire les modes de gestion de sa ressource monétaire. Le nombre de monnaies inventoriées s’élève à 14 528. Il apparaît que les pièces ont été émises sur une période qui s’étale de ca. 310 à 348. Parmi les émissions monétaires, dans des proportions variables, sont représentés tous les ateliers frappant monnaie pour les provinces de l’Empire au IVe siècle. De la sorte, le trésor offre une combinaison originale d’ateliers monétaires localisés dans les provinces des Gaules (Trèves, Lyon, Arles), d’Italie (Aquilée, Rome), de Mésie (Siscia), de Macédoine (Thessalonique), d’Asie (Cyzique, Nicomédie) et même d’Égypte (Alexandrie). Ce sont exclusivement des bronzes composés de cuivre plus ou moins argenté, que l’on appelle aussi «  nummi ». Par sa masse, le trésor de Saint-Germain-de-Varreville constitue une trouvaille hors du commun, sans égale dans le Nord-Ouest de la Gaule et figurant surtout parmi les plus importants trésors constantiniens jamais découverts à l’échelle de l’Empire.

Le projet  Fanum (Fluorescence appliquée à l’Archéologie et à la NUMismatique) a pour but d’acquérir les compositions élémentaires sur une partie représentative du trésor : soit 3 500 monnaies, d’ores et déjà nettoyées et se prêtant à l’analyse. Ces données apporteront à la connaissance du monnayage de la dynastie constantinienne, période charnière dans l’histoire de l’Empire romain, mais aussi sur les manipulations souvent spectaculaires qui entourent le nummus (variation de titre, réglementation de la fabrication monétaire). Plusieurs questions liées à la politique monétaire du pouvoir central seront alors examinées : y a-t-il toujours eu un certain dirigisme de la part de l’État ? Ou celui-ci n’a-t-il pas laissé libre cours à certaines initiatives une fois la satisfaction de ses besoins assurée ? Y a-t-il eu stabilisation générale du système monétaire entre les ateliers impériaux ? Plus précisément, si les ateliers sont censés appliquer strictement les directives de l’État lors de la frappe monétaire, les responsables des ateliers ont-ils toujours été honnêtes vis-à-vis des prescriptions officielles ?

La spectrométrie de fluorescence-X portable est l’équipement choisi pour mener à bien ce projet. L’orientation technique et méthodologique qui sera mise en œuvre repose sur une collaboration entre le Craham-UMR 6273, le Laboratoire de Physique Corpusculaire-UMR 6534 et le service des Installations de Mise en Œuvre et de GEstion des Radioéléments (Imogere). Fanum est donc un projet pluridisciplinaire coordonné par trois laboratoires de l’université de Caen Normandie, qui bénéficie, dans le cadre des dispositifs de soutien aux projets émergents, d’un financement de la Région Normandie.

L’analyse systématique des 3 500 monnaies du trésor permettra ainsi de vérifier la qualité de la mise en œuvre des prescriptions réglementaires par ateliers et par périodes. En somme, le trésor de Saint-Germain-de-Varreville offre l’occasion unique d’une approche comparative pluridisciplinaire et inédite pour appréhender l’organisation monétaire du IVe siècle à l’échelle des ateliers impériaux (occidentaux et orientaux), à travers l’étude de la composition des alliages et de leur manipulation.

Liens

Comment citer cet article : Craham, « Projet de recherche Fanum », dans Les Échos du Craham, 12/07/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/536, consulté le 22/07/2017, ISSN : 2552-3139.

anne-boquet
Anne Bocquet-Lienard est ingénieure de recherche CNRS au Craham, responsable du Service d’archéométrie-céramologie.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article24

guihard-pierre-marie
Pierre-Marie Guihard est ingénieur d’études (Unicaen) au Craham, responsable du service de numismatique.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article299


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *