Basly-La Campagne, nécropole carolingienne

En 2011, un ensemble d’une douzaine de tombes médiévales (fin IXe-début  Xe s.), encadré par deux chemins, avait été identifié par Guy San Juan (MCC, Drac Pays de la Loire) dans le cadre d’une opération de fouille menée sur le rebord de l’éperon barré de la Campagne à Basly (parcelle B 678). Les sondages réalisés à cette occasion laissaient envisager le développement vers l’ouest de cette nécropole prenant la forme d’un alignement de tombes le long d’un chemin.

fouille-basly-1

L’objectif de la fouille programmée en 2016 était de reconnaître le développement de cette nécropole afin d’en évaluer l’ampleur et, le cas échéant, d’identifier les aménagements de surface qui pouvaient lui être associés. L’excellent état de conservation des squelettes constaté en 2011 devait également permettre de caractériser la population inhumée dans cette nécropole et d’analyser finement les architectures funéraires ainsi que les modes d’ inhumation. L’objectif final était d’essayer de comprendre les raisons qui ont poussé une fraction de la population carolingienne à choisir le sommet d’un éperon comme lieu d’inhumation alors même qu’à cette époque la majorité des individus choisissaient de se faire enterrer à l’intérieur où aux abords immédiats d’un lieu de culte chrétien. L‘exercice devait être facilité par de possibles comparaisons avec la population carolingienne inhumée dans l’ancienne église Saint-Pierre de Thaon, distante d’environ 200 mètres et qui a fait l’objet d’une fouille entre 1998 et 2012.

fouille-basly-2C’est pourquoi, pendant deux semaines, une petite équipe, composée d’une dizaine d’étudiants et de bénévoles, est intervenue sur le site sous la direction de Vincent Hincker (conseil départemental du Calvados, Craham) en collaboration avec Cécile Chapelain de Seréville-Niel (Craham) et Julia Gauvin (Département du Calvados).

À l’issue de la fouille, la nécropole s’est avérée moins étendue qu’escompté, puisqu’une qu’aucune nouvelle sépulture n’a été découverte. Seule une tombe non explorée en 2011 a pu être fouillée. Néanmoins, il faut souligner que l’objectif initial a été atteint puisque le sondage ouvert en 2016 permet d’identifier une nécropole composée tout au plus de 14 sépultures contenant 17 individus. Il s’avère donc que le choix de l’éperon de Basly comme lieu d’inhumation, éloigné du lieu de culte chrétien le plus proche, correspond à un comportement minoritaire dont les raisons peuvent maintenant être discutées à partir des observations anthropologiques faites sur le terrain ou au sein du laboratoire d’anthropologie du Craham.

Les observations faites sur les indices d’occupations antérieures remontant aux périodes néolithiques et protohistoriques sont plus riches. Plusieurs plans de bâtiments ont pu être clairement individualisés dans une portion de l’éperon où ce type d’observations faisait jusqu’à présent défaut. La découverte d’un éboulis en bordure du plateau de l’éperon pose également la question de l’existence d’un rempart en pierre qui constituerait le prolongement de celui fermant l’éperon au début de l’âge du Fer.

Comment citer cet article : Craham, « Basly-La Campagne, nécropole carolingienne », dans Les Échos du Craham, 12/07/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/529, consulté le 01/06/2020, ISSN : 2552-3139.


hincker-vincent
Vincent Hincker est archéologue au conseil départemental du Calvados et membre du Craham.

niel-cecile
Cécile Chapelin de Seréville-Niel  est ingénieure de recherche CNRS au Craham, responsable du service d’anthropologie.
Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article39


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.