Charles Avril, Le culte marial dans la province ecclésiastique de Rouen entre le XIe  siècle et le Concile de Trente (dir. Véronique Gazeau)

avrilMon travail de thèse souhaitait se pencher, à frais nouveaux, sur les sources liturgiques normandes, spécialement sur les livres indispensables à la  célébration eucharistique des fêtes mariales entre le XIe et le XVIe siècle. En effet, les dernières études liturgiques normandes remontaient aux centenaires des abbayes normandes, célébrés dans les années 50. Il semblait donc indispensable de faire un bilan historiographique et de « redécouvrir » ces sources.

Cette étude sur le culte marial vient enrichir notre connaissance de l’ hagiographie médiévale normande, spécialement au sujet de la célébration liturgique, matrice indispensable à la vie spirituelle, théologique et dévotionnelle. Des ouvertures sont possibles, à partir de ce travail, vers les autres sources liturgiques et paraliturgiques, et plus largement littéraires, conservées pour la Normandie médiévale : Ordinaire, livres pour l’Office, livres d’Heures, etc. Ces sources sont aussi au cœur des problématiques sociales et culturelles de l’historiographie contemporaine : histoire des bibliothèques, formations des élites, usage de l’écrit, pratique de l’oralité et de l’écrit, histoire des rites.

avril672

Après un relevé de chacune des pièces liturgiques (oraisons, lectures et chants), mon travail cherche, sur une longue période, à préciser l’existence d’une spécificité liturgique normande, ce qui mit au jour quelques étapes majeures quant à la liturgie célébrée à l’époque antique, mérovingienne ou encore carolingienne. Il s’agit donc d’ouvrir à nouveau le dossier de l’histoire liturgique pré-normande et normande et d’interroger les notions de « continuité » ou encore de la « réforme » ou de « restauration ».

Le culte marial normand est original entre le XIe et le XIIIe siècle, avec un sanctoral composé de cinq fêtes dont la fête de la Conception de Marie appelée « Fête aux Normands ». À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, chaque établissement se particularise mais une « mise en œuvre » commune demeure. En effet, la liturgie normande se singularise, d’une part par son ancienneté, et d’autre part par l’enrichissement produit par de nombreux transferts culturels depuis l’évangélisation de la Seconde Lyonnaise avec l’Allemagne, l’Italie ou encore l’Angleterre. Des diocèses ou des communautés, grâce à une approche comparative, ont pu être localisés précisément.

Voir le compte rendu de la thèse par Louis Chevalier dans le Carnet de recherche Mondes normand médiévaux : https://mnm.hypotheses.org/2781

Comment citer cet article : Craham, « Charles Avril, Le culte marial dans la province ecclésiastique de Rouen entre le XIe  siècle et le Concile de Trente (dir. Véronique Gazeau) », dans Les Échos du Craham, 11/07/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/496, consulté le 08/04/2020, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.