Agglomération antique d’Alauna (Valognes, Manche)

L’agglomération antique d’Alleaume, située aux portes sud-est de la ville de Valognes, s’étendrait sur une quarantaine d’hectares. Dès l’origine des recherches, elle est au cœur des discussions sur son rôle éventuel de chef-lieu de la cité des Unelles.

Après une année de prospection géophysique et deux années d’exploration mécanique au bilan extrêmement positif, s’est déroulée, en juillet 2015, la troisième campagne de sondages. Une vingtaine de tranchées ont été réalisées sur les 17 hectares de la frange orientale de l’agglomération.alauna-plan-densemble

Sur un plan urbanistique, ce secteur de la ville antique révèle des axes de circulation qui contrarient le schéma plutôt bien quadrillé mis en évidence sur le « cœur » de l’agglomération en 2012 et 2013. Cet état de fait rejoint les observations réalisées en 2014 sur une partie de la frange nord du site. Dans le cas de 2015, ces divergences pourraient avant tout s’expliquer par la priorité de desservir l’édifice de spectacle dont l’implantation a surtout été motivée par la recherche d’une situation topographique favorable (pente naturelle). Dans les terrains compris entre le théâtre et la limite sud de la ville, le découpage en parcelles a une nouvelle fois été observé, mais la densité d’urbanisation demeure relativement faible. Des témoins nous indiquent la permanence des terres cultivées sur ces espaces lotis mais demeurés non bâtis. Dans le même temps, la périphérie méridionale est investie par plusieurs bâtiments à caractère résidentiel. Le caractère soigné de ces constructions, dont l’une d’elle a cette année révélé des sols en calcaire et l’empreinte des doublages des murs et des cloisons, pose question sur la nature de ces implantations aux portes de la ville.

Théâtre d’Alauna, les deux contreforts en soutien du mur de scène près de l’angle oriental de l’édifice (cl. L. Paez-Rezende, Inrap).

Théâtre d’Alauna, les deux contreforts en soutien
du mur de scène près de l’angle oriental de l’édifice (cl. L. Paez-Rezende, Inrap).

Concernant le théâtre, les sondages ont révélé un état de conservation très satisfaisant du mur de contour et de celui de l’orchestre. Plusieurs assises d’élévation sont encore en place y compris les parements comme l’indiquent le dégagement des deux angles, à la liaison de ces deux murs, et les deux contreforts proches de l’angle oriental. En revanche, le mur de contour encore en élévation dans une haie vive a perdu la plupart des boutisses du parement externe et souffre de l’envahissement végétal. L’entrée de l’escalier axial a été retrouvée, dégagée et étudiée ; une partie des maçonneries de ce vomitoire, au niveau de sa butée sur le mur de l’orchestre, a été observée, de même que celles du vomitoire occidental. Ces éléments montrent un état de conservation assez aléatoire ce qui, conjugué à l’absence d’élément en place sur le vomitoire sud-oriental, atteste que des destructions ont considérablement affecté le cœur de l’édifice.

Théâtre d’Alauna, l’extérieur du mur de contour et l’entrée du vomitoire axial envahie par la végétation (cl. L. Jeanne, Craham).

Théâtre d’Alauna, l’extérieur du mur de contour et l’entrée du vomitoire axial envahie par la végétation (cl. L. Jeanne, Craham).

 

Théâtre d’Alauna, l’entrée du vomitoire axial encadrée par deux piédroits légèrement en saillie externe du mur de contour et servant également de contreforts (cl. L. Paez-Rezende, Inrap).

Théâtre d’Alauna, l’entrée du vomitoire axial encadrée par deux piédroits légèrement en saillie externe du mur de contour et servant également de contreforts (cl. L. Paez-Rezende, Inrap).

Cet édifice de spectacle souffrait également d’un positionnement topographique pour le moins approximatif et de mesures disparates selon les levées anciennes. Le dégagement des deux angles du mur de scène et d’une partie du mur de contour, ainsi que la conduite de campagnes de relevés topographiques, de photographies aériennes par cerf-volant (F. Levalet) et de photogrammétrie par drone (P. Lalloué, géomètre-expert), vont non seulement permettre de fixer définitivement son implantation géographique mais également de fournir des mesures exactes pour fiabiliser l’analyse morphologique et architecturale du monument.

Théâtre d’Alauna, l’angle occidental du mur de scène (cl. L. Jeanne, Craham).

Théâtre d’Alauna, l’angle occidental du mur de scène (cl. L. Jeanne, Craham).

Laurent Paez-Rezende et Laurence Jeanne

Comment citer cet article : Craham, « Agglomération antique d’Alauna (Valognes, Manche) », dans Les Échos du Craham, 20/12/2015, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/480, consulté le 08/04/2020, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13/06/2019

    […] Laurence Jeanne est co-responsable, avec Laurent Paez-Rezende (INRAP), du nouveau programme de recherches archéologiques conduit sur le site de l’ancienne cité d’Alauna. Elle est membre du Groupe de recherches archéologiques du Cotentin (GRAC)  et de la Société d’Archéologie et d’Histoire de la Manche (SAHM). Elle a rédigé récemment un article sur les recherches en cours à Alauna ainsi qu’une description des fouilles menées sur le site du théâtre antique en 2015. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.