Nouvelle mission d’archéologie sous-marine sur l’épave du Speaker, navire pirate coulé sur la côte est de l’île Maurice

Introduction

Le Speaker est à l’origine une frégate de guerre française de 500 tonneaux armée de 40 canons et mesurant 142 pieds de long (44 m) dont le nom n’est à ce jour pas connu. Le navire fut pris par le capitaine anglais Eastlake exerçant par la suite la traite négrière au large de l’Afrique. Ce dernier le rebaptisa Speaker mais nous n’avons pas plus de détails sur cette prise. C’est dans la rivière Methelage à Madagascar que le Speaker fut repris le 16 avril 1700 par le capitaine John Bowen, pirate anglais né aux Bermudes dans les années 1660. À peine deux ans plus, le Speaker fit naufrage sur la côte est de l’île Maurice le 7 janvier 1702.

Découvert en 1979, le site du naufrage du Speaker est situé à 2,5 km de Pointe aux Feuilles entre les communes de Quatre Sœurs et de Grande Rivière Sud-Est (fig. 1). Une première expédition française a été menée par Jacques Dumas et Patrick Lizé en 1980 puis une seconde en 1990 dirigée par Erick Surcouf (Lizé 1984, 1987 et 2006 ; von Arnim et al. 2019). Plus de 1700 objets ont été retrouvés lors de ces investigations et l’étude du site a permis de mettre au jour 35 canons et quatre ancres (Soulat et al. 2019 ; Soulat 2019). L’histoire du Speaker et de ses premières fouilles ont été décrits en détail dans un précédent billet des Échos du Craham (Soulat 2019 : https://craham.hypotheses.org/2075).

Fig. 1 – Localisation de l’épave du Speaker (crédit C. Mathevot 2021).

Fig. 1 – Localisation de l’épave du Speaker (crédit C. Mathevot 2021).

Suite à une mission d’étude du mobilier en mars 2019 et plusieurs publications, nous avons lancé en novembre 2021 une première mission archéologique sur le site (Soulat, Arnim 2022).

Les objectifs de la mission 2021

La mission d’archéologie sous-marine sur l’épave du Speaker s’est effectuée du 14 au 26 novembre 2021 et a été soutenue par le gouvernement mauricien et le Mauritius Museums Council. L’équipe était composée de sept archéologues professionnels et amateurs sous la direction de Yann von Arnim et Jean Soulat (fig. 2). Anne Hoyau Berry a supervisé l’étude des ancres et des canons tandis que Christophe Mathevot a dirigé l’analyse photogrammétrique.

Fig. 2 – Équipe de la mission 2021 (crédit L. Ibba 2021).

Fig. 2 – Équipe de la mission 2021 (crédit L. Ibba 2021).

Les objectifs de cette mission étaient de délimiter l’emprise du site archéologique et de dresser un nouveau plan avec les outils technologiques numériques (photogrammétrie, modélisation 3D et SIG – Système d’Information Géographique). Tout d’abord, il fallait retrouver le site du naufrage et localiser les vestiges encore préservés. Dans la foulée, un nettoyage de ces éléments, canons et ancres, devait être mis en place dans le but de mieux les étudier. En complément, la documentation scientifique des vestiges archéologiques sous-marins (canons et ancres) était également au cœur du travail à mettre en place, qui s’est appuyé sur l’inventaire, le constat d’état conservatoire et l’enregistrement des mesures principales de ces éléments. Dans ce cadre, le comptage, la photographie, l’étiquetage et la prise des mesures de chaque individu (canons et ancres) du site étaient nécessaires tout comme le balisage de l’ensemble de la zone du naufrage (fig. 3). Enfin, dans la dynamique des nouvelles technologies actuelles de cartographie numérique, l’équipe devait essayer de géo-localiser chaque canon et ancre (fig. 4) et surtout de dresser un plan total du site par l’intermédiaire de la photogrammétrie, créant un plan ortho-photographique et modèle numérique de surface (NMS) et en 3D. Aucune fouille ou sondage n’était envisagé lors de cette nouvelle campagne. Néanmoins, un ramassage du mobilier visible en surface a été opéré tout en le géo-localisant afin de le préserver du pillage. Après traitement conservatoire, les objets ont été remis au Musée National d’Histoire de Mahebourg.

Fig. 3 – Mesure des canons (crédit Y. von Arnim 2021).

Fig. 3 – Mesure des canons (crédit Y. von Arnim 2021).

Fig. 4 – Canon C1 et ancre A2 (crédit C. Mathevot 2021).

Fig. 4 – Canon C1 et ancre A2 (crédit C. Mathevot 2021).

La plupart des objectifs ont été atteints. Mais les contraintes de travail n’ont pas permis d’effectuer sur la totalité du site la photogrammétrie afin de réaliser un plan numérique de surface. Néanmoins, plus des deux-tiers des canons et toutes les ancres ont pu être pris en ortho-photographie. De plus, le plan complet du site a été réalisé avec des coordonnées GPS,9 générant ainsi un SIG (fig. 5-6).

Fig. 5 – Nouveau plan du site du Speaker 1702 (crédit C. Mathevot 2021).

Fig. 5 – Nouveau plan du site du Speaker 1702 (crédit C. Mathevot 2021).

Fig. 6 – Plan 3D d’un regroupement de trois canons (crédit C. Mathevot 2021).

Fig. 6 – Plan 3D d’un regroupement de trois canons (crédit C. Mathevot 2021).

Contraintes

L’accès au site du naufrage est complexe et cela en raison de différentes contraintes. D’une part, la localisation de l’épave du Speaker se situe à l’extérieur du lagon dans une zone soumise à des vagues de ressac. En conséquence, les conditions climatiques influencent donc plus facilement cette zone non abritée hors du lagon mauricien. Ces vagues de ressac entrainent une forte houle sous-marine dans une eau peu profonde qui perturbe fortement le site archéologique. Cette houle amène des mouvements est-ouest qui ne facilitent pas l’avancée des plongeurs. Autre difficulté majeure, le manque de visibilité en lien avec la force de cette houle. En effet, le mouvement des vagues fait également bouger les sédiments au fond. De ce fait, cela amène de nombreuses particules qui s’accumulent, troublant ainsi l’eau. Enfin, la dernière contrainte est l’environnement du site en lui-même. En effet, trois types de fond sont visibles : une large zone de corail mort (nord-ouest et sud-est), un grand banc de sable (centre) et un herbier (est et nord-ouest). Ainsi, cette différence a entrainé une conservation inégale des canons et des ancres entre les vestiges localisés vers le large et ceux qui sont vers le récif.

Étude des ancres et des canons

Sur les quatre ancres inventoriées par les missions précédentes, nous n’avons pu en retrouver que trois, une à l’est (ancre A2) et deux à l’ouest (A3-A4). La 1re ancre (A1) devait être visible plus à l’est, vers le large, bien avant l’ancre A2. Les ancres A2 et A3 sont quasiment complètes tandis que l’ancre A4 est très partielle. Elles mesurent entre 109 et 303 cm de long. Les ancres présentes sur le site sont légèrement sous-dimensionnées par rapport au tonnage du navire et surtout en nombre insuffisant. Si on admet que l’ancre principale est celle qui manque, cela signifie que A2 serait l’ancre secondaire et les deux autres, la 3e et la 4e, ce qui correspond à quelques centimètres près à la réalité puisque leur taille d’après les normes de la marine de l’époque définit leur positionnement à l’avant ou l’arrière du navire. Ces ancres n’étaient cependant que d’un faible secours pour freiner la course du Speaker par une mer très agitée.

Concernant les canons, 32 ont été retrouvés et étudiés. Par rapport aux plans précédents, nous savons que trois canons n’ont pas été localisés, mais qu’un nouveau a été découvert, tandis qu’il faut ajouter le pierrier en bronze déjà prélevé. Leur étude a permis de proposer une attribution fonctionnelle et une classification par calibre, voire une détermination de la nationalité. Ainsi, on compte cinq canons interprétés comme des canons de lest en raison de leur déclassement qui s’explique par des stigmates visibles (tourillon cassé, volée, bouche ou culasse éventrée). Tous les autres canons ont eu une vocation défensive et furent en état de tirer jusqu’au naufrage. Tous les canons mesurent entre 132 et 297 cm de long (hors tout). Concernant les recherches de calibre, on constate la prédominance des petits calibres, du 4 au 8 livres, ce qui correspond à l’échantillonnage des canons d’un navire français de 5e rang (calibre 8 pour la 1re batterie et de 6 pour la 2e batterie et les gaillards). Concernant l’origine des canons, 16 sont sans correspondance, trois sont français, trois sont anglais, et neuf ont une double correspondance française/anglaise.

Deux amas de boulets de canon découverts

Deux amas de boulets de canon, en fonte de fer, ont pu être localisés à l’ouest de l’ancre A3. Ils en sont distants de quelques mètres. Leur localisation « en pyramide » et à proximité des deux ancres et de plusieurs canons permet d’identifier l’emplacement final de l’épave du Speaker. Certains d’entre eux ont été prélevés lors de la campagne. Le premier amas (B1) regroupe huit boulets sphériques en fonte de fer. Sur cet amas, cinq boulets ont pu être prélevés. Le second amas (B2) rassemble six boulets sphériques également en fonte de fer. Ce second amas n’a fait l’objet d’aucun prélèvement. Ils présentent tous un état sanitaire mauvais avec une forte oxydation voire une perte de matière. De forme sphérique, les boulets de canon sont coulés et moulés dans des moules bivalves. Avec beaucoup de précaution, on peut les diviser en trois grands calibres : 4 (quatre ex.), 8 (huit ex.) et 12 livres (deux ex.). Cinq projectiles proviennent probablement de France et quatre d’Angleterre.

Autres objets mis au jour

Au total, ce sont 41 objets (dont les boulets de canon) qui ont été découverts lors de cette campagne. Ils peuvent se répartir dans des catégories fonctionnelles : armement, éléments d’assemblage, mobilier à valeur ornementale, mobilier de bord, vaisselle ou de nature encore indéterminée. Parmi ces objets, on note la présence de fragments de vaisselle en céramique et en verre (jarre de stockage asiatique, bol en porcelaine chinoise à décor blanc et bleu de la période Kangxi (1662-1722) (fig. 7), flacon et bouteille à profil en forme d’oignon) mais aussi de cinq perles en pâte de verre, de neuf balles de plomb, d’une pierre à fusil ou encore d’une manille en alliage cuivreux.

Fig. 7 – Fragment de bol de porcelaine chinoise (crédit J. Soulat).

Fig. 7 – Fragment de bol de porcelaine chinoise (crédit J. Soulat).

Conclusion et perspectives

La campagne 2021 a été riche en découverte. Les objectifs ont été en partie remplis mais le Speaker n’a pas encore livré tous ses secrets.

Complémentaires aux résultats de la mission, la prochaine campagne aura pour objectif de terminer l’exploration du site avec la découverte de la 4e ancre, à l’extrémité est du site, et les trois canons manquants qui n’ont pas pu être mis en évidence cette année. Il faudra également terminer de réaliser la photogrammétrie de l’ensemble des vestiges mis au jour, canons, ancres et amas de boulets de canon. Le modèle 3D de l’ensemble du site restera à compléter afin de mieux renseigner les distances entre les pièces.

Une fois ce travail accompli, l’équipe pourra se concentrer sur le traitement archéologique de deux secteurs majeurs du site : le banc de sable et la zone de l’épave. Le banc de sable est clairement la zone de travail la plus complexe avec un fort potentiel de découverte d’autres vestiges. La zone de l’épave fera l’objet d’une investigation plus poussée afin d’essayer retrouver des restes de la coque.

Bibliographie

von Arnim et al. 2019
von Arnim, P. Lizé, J. Soulat, « L’épave du Speaker 1702, navire pirate de John Bowen (Grande Rivière Sud-Est, île Maurice) », dans J. Soulat (dir.), Archéologie de la Piraterie des XVIIe-XVIIIe siècles. Étude de la vie quotidienne des flibustiers dans les Caraïbes et l’océan Indien, Drémil-Lafage, Éditions Mergoil, 2019 (Hors collection), p. 97-107.

Lizé 1984
Lizé, « The Wreck of the Pirate Ship Speaker on Mauritius in 1702 », The International Journal of Nautical Archaeology and Underwater Exploration, 13, 2, 1984, p. 121-132.

Lizé 1987
Lizé, La véritable histoire du pirate Bowen, Paris, Glénat, 1987, 186 p.

Lizé 2006
Lizé, « Piracy in the Indian Ocean. Mauritius and the Pirate Ship Speaker », dans R. K. Skowronek, C. R. Ewen (dir.), X Marks the Spot. The Archaeology of Piracy, Gainesville, University Press of Florida, 2006, p. 81-99.

Soulat 2019
Soulat, « Mission au Musée National d’Histoire de Mahébourg, île Maurice Inventaire et étude de l’épave du Speaker 1702, navire du pirate John Bowen | Jean Soulat | 18-27 mars 2019 », dans Les Échos du Craham, 17/04/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2075

Soulat et al. 2019
Soulat, Y. von Arnim, P. Lizé, « Le mobilier de l’épave pirate du Speaker 1702 », dans J. Soulat (dir.), Archéologie de la Piraterie des XVIIe-XVIIIe siècles. Étude de la vie quotidienne des flibustiers dans les Caraïbes et l’océan Indien, Drémil-Lafage, Éditions Mergoil, 2019 (Hors collection), p. 245-267.

Soulat, Arnim 2022
Soulat, Y. von Arnim, Speaker 1702. Histoire et Archéologie d’un navire pirate coulé à l’île Maurice, Éditions ADLP, 2022, 114 p.


Jean Soulat est archéologue au Laboratoire LandArc, spécialiste du petit mobilier de l’Antiquité tardive à l’époque contemporaine et membre associé du Craham. Il est directeur de la mission Speaker et responsable du programme Archéologie de la Piraterie



Citer ce billet
Jean Soulat (2022, 28 octobre). Nouvelle mission d’archéologie sous-marine sur l’épave du Speaker, navire pirate coulé sur la côte est de l’île Maurice. Échos du Craham. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nabu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search