Mission d’archéologie terrestre sur la baie d’Ambodifotatra, île Sainte-Marie, Madagascar. À la recherche des pirates de l’océan Indien

Introduction

La côte est de Madagascar fut fréquentée par les Européens dès le XVIe siècle. Aux Portugais sont venus s’ajouter les Hollandais suivis par les Anglais et les Français. Ils venaient commercer dans le cadre de la traite des esclaves. À la fin du XVIIe siècle, une nouvelle catégorie d’étrangers fit son apparition : les pirates. L’apogée de la piraterie se situe entre les années 1680 et 1720, et la façade maritime orientale leur servit de base d’opérations. Ils choisirent en priorité comme lieu de repaire le nord-est de Madagascar, en particulier la baie d’Antongil, Foulpointe et l’île Sainte-Marie. Ces forbans formaient un groupe cosmopolite composé de membres issus d’horizons sociaux variés (nobles, anciens soldats de la marine royale ou simples marins) majoritairement d’origine britannique. Leur installation en ces endroits répond à des impératifs stratégiques puisque leur position permettait de surveiller les navires faisant la route jusqu’aux Indes. Plusieurs plans présentent la baie comme une zone attractive avec des ressources en bois, en corail et en eau pour le ravitaillement des navires de passage.
Les pirates installés dans ces zones ont vite formé une coalition d’intérêts avec les populations malgaches locales, en particulier les Betsimisaraka qui occupaient les littoraux de la côte nord-est et notamment l’île Sainte-Marie. La baie d’Ambodifotatra sur l’île Sainte-Marie apparaît dans les sources historiques comme un vrai repaire de pirates entre les années 1690 et 1730. L’île Sainte-Marie se trouve au nord-est de Madagascar, séparée par un chenal de 30 km de la Grande Terre. Elle dépend aujourd’hui de la province de Toamasina (Tamatave). L’île s’étend sur 49 km de long et la baie d’Ambodifotatra se situe à 10 km du sud de l’île. À l’ouest, l’entrée de la baie est aujourd’hui fermée par l’îlot Madame (ancienne Isle aux Cayes) avec deux digues tandis qu’à l’intérieur de situe l’île aux Forbans (fig. 1).

Fig. 1 – Vue satellite de la baie d’Ambodifotatra, île Sainte-Marie (crédit A. Coulaud 2022).

Fig. 1 – Vue satellite de la baie d’Ambodifotatra, île Sainte-Marie (crédit A. Coulaud 2022).

Les épaves pirates de la baie

Les eaux de la partie nord-est de l’îlot Madame ont fait l’objet d’investigations sous-marines par une équipe américaine entre 2000 et 2015 (De Bry 2006, 2016, 2019). Elles ont révélé les premiers témoins du passage des forbans avec les restes de quelques navires. Il semble qu’ils aient été coulés volontairement dans le but de créer une barrière anthropique sous-marine afin de défendre la baie contre les marines royales française et britannique qui tentaient de prendre cette zone stratégique. Une épave a fait particulièrement l’objet de recherches. Il pourrait s’agir du navire du capitaine pirate William Condon (alias Christopher Condent), le Fiery Dragon, qui aurait été sabordé par l’équipage en février 1721. En plus des vestiges de la structure en bois du Fiery Dragon, un grand nombre d’objets a été découvert avec plus de 2 000 fragments de porcelaine chinoise, 13 pièces d’or de diverses origines ainsi que des objets d’origine européenne. L’assemblage est daté entre la fin du XVIIe siècle et l’année 1721, datation qui repose sur les monnaies et la porcelaine (De Bry, Roling 2011). Cependant, en 2015, une équipe de l’Unesco a mis en doute la plupart des identifications proposées (De Bry 2019). Depuis, aucune nouvelle investigation n’a été menée sur ces épaves. Malgré le grand intérêt des vestiges découverts, un travail scientifique approfondi pluridisciplinaire reste à entreprendre pour bien identifier ces épaves afin de les replacer dans le contexte historique de la baie et du commerce maritime au XVIIIe siècle (De Bry, Roling 2016 ; De Bry 2019). Le mobilier récolté lors de ces recherches a été déposé pour sa grande majorité au Musée de la Reine Bétia sur l’îlot Madame, mais n’a jamais fait l’objet d’un inventaire détaillé et d’une étude exhaustive. L’équipe de la mission 2022 a donc entrepris ce travail (fig. 2).

Fig. 2 – Étude en cours des porcelaines chinoises du Musée de la Reine Bétia, îlot Madame, île Sainte-Marie (crédit J. Soulat 2022).

Fig. 2 – Étude en cours des porcelaines chinoises du Musée de la Reine Bétia, îlot Madame, île Sainte-Marie (crédit J. Soulat 2022).

L’arrivée des Français puis des pirates dans la baie d’Ambodifotatra

En dehors des épaves, il est capital ici d’essayer de percevoir les vestiges des occupations terrestres laissés par les Français et les pirates. Les récits et les plans datés entre la 2e moitié du XVIIe et le début du XVIIIe siècle montrent clairement que la baie d’Ambodifotatra était occupée par un petit contingent de la marine royale française dès les années 1640, possible avant-poste de Fort Dauphin, secteur investi par les Français avec l’édification du fort, abandonné en 1674. Plusieurs conflits ont eu lieu entre ces Français installés et les indigènes malgaches, notamment en 1656. Avec l’abandon progressif par des Français de Fort Dauphin, Sainte-Marie est délaissée par les troupes françaises en 1669. On ne sait si le contingent a édifié sur place des aménagements défensifs. C’est toutefois ce que laisse soupçonner une carte en français, non datée, qui explique comment installer un système défensif élaboré et y montre le plan d’un fort typique des édifices de la 2e moitié du XVIIe siècle, similaire à celui de Fort Dauphin (fig. 3).

Fig. 3 – Plan de Fort Dauphin et plan du fort de Sainte-Marie (Bnf GE DD-2987 (8411) / GE SH 18 PF 217 DIV 8 P 3 D).

Fig. 3 – Plan de Fort Dauphin et plan du fort de Sainte-Marie (Bnf GE DD-2987 (8411) / GE SH 18 PF 217 DIV 8 P 3 D).

À partir des années 1680, les premiers pirates commencent à débarquer sur l’île Sainte-Marie et particulièrement dans la baie d’Ambodifotatra. Ils occupèrent la zone jusque dans les années 1720-1730. L’occupation défensive de la baie aurait été développée à partir de 1691 sous l’impulsion du pirate anglais Adam Baldridge avec notamment la construction d’un fortin sur l’île. Ce pirate avait pour objectif de faire de Sainte-Marie une plaque tournante du commerce négrier et une zone de relâche pour les forbans. Sous sa coupe, et grâce aux liens qu’il entretient avec un riche armateur de New York, Frederick Philipps, Baldridge accueille pendant une dizaine d’années les bateaux pirates et certains navires marchands peu scrupuleux. D’après les archives, on sait que les autochtones malgaches prennent part à ce commerce clandestin. Les installations pirates de la baie sont notamment renseignées par deux plans datés des années 1730 qui mentionnent la présence d’une zone de carénage des bateaux sur la rive nord de l’îlot Madame ainsi que deux épaves signalées qui devaient encore être visibles. À l’intérieur de la baie, les pirates allaient se ravitailler en eau douce à l’Aiguade.

Présentation de la mission archéologique 2022

Le programme de recherche « Archéologie de la Piraterie » a donc mis en place un projet archéologique quadriennal sur cette zone. L’année probatoire (2022) conditionnera la suite du projet. L’analyse en cours des vestiges mis au jour en 2022 est donc fondamentale pour la programmation, centrée sur les aménagements terrestres mais aussi sur le réexamen de l’épave supposée du Fiery Dragon, épave la mieux renseignée par les opérations précédentes.

Avant la mission archéologique qui s’est déroulée du 9 au 26 mai 2022, aucune investigation terrestre n’avait été entreprise sur l’île Sainte-Marie, que ce soit sur les occupations anciennes ou plus récentes. Le projet vise en particulier à documenter les interactions entre les populations indigènes et les pirates par la mise en évidence de ces occupations, par des prospections et des sondages archéologiques.

Des archéologues français et malgaches composaient l’équipe avec le soutien de l’Université de Caen Normandie, du Centre Michel de Boüard (CRAHAM – UMR 6273 CNRS), de la société Air d’Eco Drone, de l’Ambassade de France à Madagascar (Institut Français de Madagascar), de l’Institut de Civilisations Musée d’Art et d’Archéologie d’Antananarivo (ICMAA), des universités d’Antananarivo et de Tamatave, et de la Direction Générale des Projets Présidentiels de la République de Madagascar. Enfin, l’équipe était accompagnée d’étudiants malgaches qui ont participé aux phases de terrain et d’études, et qui ont pu bénéficier d’ateliers de formation organisés par les archéologues. La mission a également reçu le soutien de la société de production Gedeon Programmes dans le cadre du tournage d’un documentaire sur l’histoire et l’archéologie des pirates.

Une grande partie de la baie restant difficilement accessible en prospection pédestre en raison du couvert végétal dense, la première semaine a été consacrée à une large prospection aérienne à l’aide d’un drone équipé d’un boîtier LIDAR afin d’inventorier les potentiels vestiges. Six zones ont été testées notamment l’Aiguade (zone 3), l’île aux Forbans (zone 4) et le Fort de la Possession (zone 6) (fig. 4). Les données sont en cours de traitement afin de dresser une cartographie numérique précise. Les deux autres semaines ont permis de procéder à la campagne de terrain sur les zones testées par le LIDAR. Plusieurs prospections et sondages test ont été mis en place notamment à l’Aiguade, sur l’île aux Forbans et en bas des remparts du Fort. Dans le même temps, l’inventaire et la pré-étude des collections du musée ont été effectués.

Fig. 4 – Modèle numérique de terrain des zones testées par le LIDAR, baie d’Ambodifotatra, île Sainte-Marie (crédit I. Le Tellier 2022).

Premiers résultats

Les premiers résultats du LIDAR (encore en cours de traitement) sur le Fort de la Possession ont amené une réflexion autour de l’édifice primitif avec la distinction claire de plusieurs bastions flanqués dans la partie nord-est (fig. 5). Le plan qui en ressort suggère une occupation beaucoup plus ancienne qu’une supposée fondation au cours des années 1750 comme les archives françaises du XIXe siècle l’attestent (Morelle 2019). En effet, ce type de plan est caractéristique des installations défensives du milieu du XVIIe siècle, soit un siècle plus tôt, ce qui correspondrait à l’arrivée des colons français vers 1640 voire aux premiers pirates installés sur l’île dès les années 1680-1690. Les deux sondages au pied du rempart nord-est ont révélé la présence d’un caniveau massif avec des différentes phases de construction qui remonteraient à la 1re moitié du XVIIIe siècle (fig. 6). L’étude du bâti en cours permettra peut-être de confirmer ces premiers éléments chronologiques.

Vue du bastion nord-est du Fort de la Possession de Sainte-Marie (crédit I. Le Tellier/E. Yény 2022)

Fig. 5 – Vue du bastion nord-est du Fort de la Possession de Sainte-Marie (crédit I. Le Tellier/E. Yény 2022)

Fig. 6 – Vue zénithale de sondage en cours au pied du rempart du Fort de la Possession de Sainte-Marie (crédit L. Ibba 2022).

Fig. 6 – Vue zénithale de sondage en cours au pied du rempart du Fort de la Possession de Sainte-Marie (crédit L. Ibba 2022).

Les premières analyses du LIDAR concernant la partie sud de la baie montrent clairement de nombreuses anomalies sur les zones de hauteur qui surplombent la baie. On y perçoit plusieurs habitations et des restes de fondation de murs qui pourraient tout à fait correspondre, d’après leur plan, à des occupations anciennes remontant au XVIIIe siècle. Cette zone stratégique a fait l’objet d’une petite campagne de prospections et de sondages qui a livré quelques tessons de céramiques malgaches ainsi que des niveaux de paléosols, indiquant une présence autochtone qui pourrait être contemporaine de la venue des Français ou des pirates, voire antérieure. D’autres sondages ont été effectués sur l’île aux Forbans livrant des restes de corail brûlé en lien avec la fabrication de la chaux (servant soit au carénage des navires, soit à la construction), des clous de batellerie et de la porcelaine chinoise à décor blanc et bleu de la période Kangxi (1661-1722).

Bibliographie

De Bry 2006
J. De Bry, « Christopher Condent’s Fiery Dragon: Investigating an Early 18th-Century Pirate Shipwreck off the Coast of Madagascar », dans R. K. Skowronek & C. R. Ewen, X Marks the Spot: The Archaeology of Piracy, Gainesville, University Press of Florida, 2006, 368 p.

De Bry 2016
J. de Bry, « Recherches sur les épaves de navires de pirates des XVIIe et XVIIIe siècles à l’îlot Madame, Sainte-Marie de Madagascar », dans G. Buti, P. Hrodej (dir.), Histoire des pirates et des corsaires de l’Antiquité à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 2016, p. 449-464.

De Bry 2019
J. de Bry, « L’épave du Fiery Dragon 1721, navire du pirate William Condon, île Sainte-Marie, Madagascar », dans J. Soulat (dir.), Archéologie de la Piraterie des XVIIe-XVIIIe siècles. Étude de la vie quotidienne des flibustiers dans les Caraïbes et l’océan Indien, Drémil-Lafage, Éditions Mergoil, 2019 (Hors collection), p. 109-123.

De Bry, Roling 2011
J. de Bry et M. Roling, Archaeological Report Madagascar 2010. Research on 17th and 18th Century Pirate Shipwrecks at îlot Madame, Sainte-Marie, Melbourne Beach, Florida, 2011, 29 p.

De Bry, Roling 2016
J. de Bry, M. Roling, « Revisiting the Fiery Dragon », dans C. R. Ewen, R. K. Skowronek (dir.), Pieces of Eight. More Archaeology Piracy, Gainesville, University Press of Florida, 2016, p. 57-92.

Morelle 2019
N. Morelle, « Des fortifications de pirates dans le port de l’île Sainte-Marie (Madagascar) à la fin du XVIIe siècle ? », dans J. Soulat (dir.), Archéologie de la Piraterie des XVIIe-XVIIIe siècles. Étude de la vie quotidienne des flibustiers dans les Caraïbes et l’océan Indien, Drémil-Lafage, Éditions Mergoil, 2019 (Hors collection), p. 187-195.


Jean Soulat est archéologue au Laboratoire LandArc, spécialiste du petit mobilier de l’Antiquité tardive à l’époque contemporaine et membre associé du Craham. Il est directeur de la mission Ambodifotatra et responsable du programme Archéologie de la Piraterie



Citer ce billet
Jean Soulat (2022, 25 octobre). Mission d’archéologie terrestre sur la baie d’Ambodifotatra, île Sainte-Marie, Madagascar. À la recherche des pirates de l’océan Indien. Échos du Craham. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nabt

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search