Vulgariser l’histoire des vikings auprès du jeune public. Rencontre avec Alban Gautier

Alban Gautier est professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen Normandie et membre du Craham. Ses recherches portent notamment sur l’histoire de l’Europe du Nord dans le haut Moyen Âge et l’histoire de l’Angleterre anglo-saxonne. Parmi ses activités de vulgarisation scientifique, figurent plusieurs expertises pour des publications destinées à la jeunesse (en particulier aux éditions Milan, aux éditions Bayard et pour le magazine Pandacraft). Nous avons interviewé Alban pour qu’il nous fasse part de cette expérience.

Comment as-tu été amené à collaborer avec ces maisons d’édition ?

Je me suis toujours senti incapable de faire classe à des enfants, mais j’avais le souhait d’apporter mon concours à un travail de vulgarisation et de médiation pour la jeunesse. Il se trouve que j’ai été identifié comme personne ressource sur les vikings par des journalistes (en particulier dans le magazine Sciences et avenir), mais aussi par des éditeurs jeunesse. J’ai par exemple répondu à des demandes d’expertise pour des articles courts parus dans les magazines Astrapi et Images Doc (Bayard), destinés aux enfants de 7 à 12 ans.

Pour quel type de projets as-tu collaboré ?

Couverture du livre Mes petites questions : les Vikings

Couverture du livre Mes petites questions : les Vikings

En 2019, j’ai participé à un ouvrage de type « documentaire » pour les éditions Milan, dans la collection « Mes petites questions », intitulé Les Vikings (pour les enfants à partir de 7 ans). Pour ce même éditeur, j’ai expertisé en 2021 une bande dessinée documentaire, intitulée Les Vikings, une fratrie à l’aventure dans la collection « Les docs BD » (à partir de 8 ans), une fiction qui raconte de manière plaisante une histoire bien documentée historiquement, et qui présente, insérées dans le récit, des pages entièrement éducatives. Entre-temps, pour les éditions Pandacraft, j’ai expertisé le livret éducatif joint à une « maquette de drakkar » à fabriquer par des enfants de 8 à 12 ans – il existe aussi une version en mousse pour les plus petits, qui peut flotter dans le bain !

Comment se déroule une collaboration de ce type ?

Maquette de drakkar Pandacraft

Maquette de drakkar Pandacraft

La mise en relation peut se faire de manière très variée. Dans le cas de Pandacraft, le contact s’est d’abord fait par l’intermédiaire d’un collègue de la Bibliothèque universitaire de Caen, qui a suggéré mon nom aux éditeurs. Lors de ma première collaboration avec Milan, c’est la scénariste qui avait repéré mon nom à la suite d’une conférence grand public que j’avais donnée à Nantes, puis à Rouen, et qui avait été diffusée en ligne. J’étais désormais « dans leurs petits papiers » et ils m’ont recontacté pour le projet de bande dessinée. J’ai été frappé par le grand professionnalisme des éditeurs jeunesse qui souhaitent vraiment avoir une expertise scientifique de qualité. Il faut dire que le jeune public peut se montrer très exigeant, il n’hésite pas signaler la moindre erreur, le moindre anachronisme.

Le travail commence le plus souvent par un long entretien téléphonique pour répondre aux questions des scénaristes, qui ont fait en amont des recherches documentaires. Ensuite ceux-ci – ou plutôt, en l’occurrence, celles-ci – me soumettent un premier scénario, qui ressemble à un découpage sans dessin, comme un script de film. Il faut à cette étape valider beaucoup de choses, par exemple le choix des noms des personnages, en veillant à respecter la chronologie de l’usage des prénoms au cours des siècles.

Il faut ensuite expliquer l’usage de mots qui peuvent sembler évidents et courants. Par exemple, les dictionnaires préconisent la majuscule à « Vikings » comme s’il s’agissait d’un peuple, alors que le mot « viking » correspond en norrois (c’est-à-dire en vieux scandinave) à une expédition maritime destinée à s’enrichir (commerce, pillage, piraterie, mercenariat…) : c’est pourquoi les spécialistes, de plus en plus, l’écrivent sans majuscule. Mais l’éditeur a ses contraintes : respecter l’usage habituel et ne pas perturber les enfants avec des règles orthographiques complexes. Il faut aussi faire preuve d’une certaine souplesse et accepter que les exigences d’une publication scientifique ne soient pas les mêmes que pour une publication jeunesse.

De même, pour le livret « Construire un drakkar », il a fallu expliquer dans le texte par un encart que l’usage du mot « drakkar » est abusif, et d’ailleurs spécifiquement français. En effet, inventé au XIXe siècle, il résulte de la déformation, via le suédois, du mot norrois drekar – un mot pluriel (le singulier est dreki) qui désigne à l’origine les « dragons » qui pouvaient orner les figures de proue de certains navires vikings.

Ensuite, je retourne le scénario annoté à la scénariste, qui travaille pendant quelques mois avec les dessinateurs et les maquettistes. Une fois ce travail terminé, je reçois un PDF du livret illustré ou de la BD, d’abord en noir et blanc, puis en couleur. Sur les images aussi, il faut être vigilant : par exemple, la première version de la BD montrait des hommes à la peau noire esclaves des vikings, alors que dans le haut Moyen Âge leurs captifs étaient le plus souvent slaves, irlandais ou anglais, quasiment tous européens ; on sait aussi qu’il y avait de nombreuses femmes esclaves à l’époque des vikings. J’ai donc suggéré qu’on modifie la représentation de ces captifs. Autre exemple dans une illustration d’un village neustrien où la première version incluait une église de style gothique ; mon rôle a alors consisté à proposer des exemples d’architecture carolingienne.

Couverture du livre : Les Vikings, une fratrie à l’aventure

Couverture du livre : Les Vikings, une fratrie à l’aventure

L’éditeur doit aussi tenir compte du lectorat, filles et garçons. Un livre documentaire doit aborder la réalité sociale, en essayant d’être crédible, exact, sans anachronisme, tout en proposant aux jeunes lecteurs des modèles d’identification compatibles avec le projet éducatif qui est le sien. Par exemple, la présence de femmes sur les navires à cette époque, et l’existence de femmes guerrières vikings sont aujourd’hui encore des questions scientifiques débattues. Je conseille dans ce cas la prudence. Par exemple, le premier scénario de la BD imaginait qu’une jeune héroïne voulait devenir guerrière ; j’ai suggéré qu’une fille, sans être une guerrière « professionnelle », pouvait se battre en cas d’attaque adverse, ce qui permettait de ne pas la représenter comme dépendant exclusivement de la protection des garçons, mais sans prendre position dans un débat scientifique non tranché. Dans la même histoire, une femme était décrite comme une cheffe de famille – ce qui a pu être justifié par le fait que le père était mort en mer, laissant ce rôle à sa veuve. De même, pour une scène de banquet dans le documentaire « Mes petites questions », la scénariste m’a demandé s’il était possible de représenter des femmes à table, mais aussi des couleurs de peau et de cheveux différentes pour les convives : j’ai validé la présence des femmes et les chevelures variées, considérant en revanche qu’une diversité en termes de couleur de peau serait largement anachronique.

Parfois, il s’agit aussi de corriger de petits détails. Ainsi, les monnaies étaient d’argent bien plus souvent que d’or ; en outre, les vikings utilisaient souvent des monnaies arabes. Dans la première version du livret Pandacraft, un petit exercice proposait à l’enfant d’écrire son nom en runes, mais il m’a semblé que c’était beaucoup trop difficile, à cause des problèmes d’équivalences avec les lettres de notre alphabet. J’ai alors proposé d’écrire le nom du héros viking en runes : dans ce cas, la correspondance était beaucoup plus facile à faire. Dans la BD, la jeune héroïne qui voulait devenir poétesse écrivait tout dans un cahier : c’est extrêmement peu probable dans la Scandinavie de l’an 900, même avec un cahier en parchemin ! L’écrit (en dehors des inscriptions sur pierre) était très peu développé dans cette société, peu savaient écrire en runes et encore moins en alphabet latin – mais la culture orale était très importante et les gens avaient sans doute des fortes capacités de mémorisation. Pour mettre en valeur ce personnage, j’ai donc proposé qu’on insiste sur sa connaissance « par cœur » de nombreux poèmes mythologiques.

As-tu participé à d’autres types de médiation à part l’édition pour enfants ?

En 2017, j’ai été contacté par les studios Ubisoft Montréal, concepteurs du jeu vidéo « Assassin’s Creed Valhalla ». Il s’agissait d’une discussion large, à titre bénévole, autour de l’Angleterre à la fin du IXe siècle, c’est-à-dire pendant l’époque viking. Ils ont contacté une dizaine d’autres historiens. Faute de temps et aussi parce que je ne suis pas vraiment à l’aise avec ce médium, j’ai préféré refuser d’expertiser le jeu fini. En 2020 en revanche, j’ai travaillé pour le « Discovery tour », univers pédagogique tiré du jeu « Assassin’s Creed Valhalla ». Il compte une dizaine de scénarios de promenades virtuelles, où l’on peut rencontrer et dialoguer avec des vikings ou d’autres personnages, interagir avec des objets dans des lieux spécifiques. Les notices des objets sont fournies par des musées. Chaque visite et chaque notice sont scénarisées par des jeunes docteurs en histoire. Mon expertise, rémunérée, a consisté à évaluer un scénario de visite de monastère, à corriger les notices d’objets, à suggérer d’autres objets et d’autres explications, et finalement à valider le déroulé de la promenade sous forme de film d’animation. Les éléments étaient de bonne qualité, mais de façon assez inégale : presque impeccable pour certaines notices, à réécrire entièrement pour d’autres ; mais dans la plupart des cas, j’ai surtout eu à faire des suggestions, à apporter des compléments d’information. Tout ce travail m’a demandé une douzaine d’heures en quatre phases successives ; je n’ai pas eu beaucoup de recherches à faire, mais certaines pouvaient être très pointues, notamment sur l’exactitude archéologique. Par exemple, n’étant pas expert de l’armement, j’ai demandé à Ubisoft de trouver d’autres spécialistes pour compléter ce que je pouvais légitimement apporter au projet.

Discovery Tour : les vikings

Discovery Tour : les vikings

J’ai ensuite participé à un podcast audio promotionnel en plusieurs épisodes pour Ubisoft sur les vikings, avec d’autres chercheurs comme Lucie Malbos de l’université de Poitiers ou Ryan Lavelle de l’université de Winchester. Il s’agissait de répondre, un peu comme dans une émission de radio, à des questions historiques en relation avec le jeu et sur le roi des Anglo-Saxons Alfred.

Dans ce type d’expertise, y a-t-il beaucoup d’idées reçues à combattre sur les vikings et quelles sont-elles ?

Effectivement, il y a beaucoup de médiation à faire autour des vikings. Certains sujets, mineurs ou plus fondamentaux, reviennent en permanence : il faut expliquer que les casques n’avaient pas de cornes et qu’on ne buvait pas dans le crâne des ennemis vaincus, contextualiser le terme de « drakkar » comme je l’ai déjà évoqué, discuter de la violence attribuée aux vikings ou questionner la place des femmes dans les sociétés du haut Moyen Âge. Certains aspects sont a priori moins connus et j’ai à cœur de les signaler aux scénaristes pour qu’ils leur donnent une place dans leur récit : par exemple, l’importance de la traite esclavagiste dans le commerce viking, les liens commerciaux et culturels avec l’Europe orientale et avec le monde islamique, ou encore le fait que de nombreux vikings se sont convertis au christianisme.

Est-ce que ces expériences de médiation ont influencé ton métier d’enseignant-chercheur ?

On ne peut pas dire que ce travail ait un apport direct sur ma pratique au quotidien. Mais c’est un travail (et du vrai travail !) plutôt plaisant et agréable à mener, auprès d’interlocuteurs très professionnels, compétents, toujours à l’écoute. En tant qu’enseignant, il me semble aussi qu’il peut y avoir des débouchés professionnels intéressants pour de jeunes historiens titulaires d’un master, voire d’un doctorat. Le nouveau master Infocom parcours « Médiation scientifique », qui va prochainement ouvrir à l’université de Caen, en est un bon exemple, en lien avec le label « Science avec et pour la société » (SAPS) récemment obtenu par notre université.

Concernant les carrières des enseignants-chercheurs, la place de la médiation et de la vulgarisation me semble désormais mieux prise en compte. Il a pu y avoir autrefois une certaine hostilité des collègues ou de l’institution pour ce type de démarche, mais cela est en train de changer : le temps n’est plus celui où, dans un CV, il valait mieux cacher les articles et ouvrages grand public qu’on avait pu « commettre » ! Il faut dire qu’aujourd’hui, il y a de vrais enjeux de société autour de la pseudo-science, des fausses nouvelles, des mésusages de l’histoire, etc., dans un contexte d’accès plus direct et plus massif à la connaissance, notamment par internet. Beaucoup de scientifiques (en sciences humaines comme en sciences exactes) se sont rendu compte qu’ils devaient s’engager dans ce travail de médiation : il est crucial de ne pas laisser la parole aux charlatans. Ensuite, nous ne pouvons pas tous être présents dans toutes les arènes où se joue la médiation. Ainsi, certains historiens sont très présents sur les réseaux sociaux, par exemple sur Twitter, et je m’en réjouis ; mais ce n’est pas du tout mon cas, je n’ai pas vraiment de goût pour cela. Je préfère, quand on me le propose, aller à la rencontre du public lors de conférences, participer à des émissions de radio, ou encore écrire dans des magazines de bonne tenue comme L’Histoire ou les Dossiers d’archéologie. Il n’est pas encore certain que ce travail soit valorisé dans les carrières à la hauteur de l’investissement qu’il suppose et de son utilité sociale, mais c’est désormais une activité reconnue.

Entretien réalisé par Thierry Buquet et Micael Allainguillaume le 14 décembre 2021.

Comment citer cet article : Craham, « Vulgariser l’histoire des vikings auprès du jeune public. Rencontre avec Alban Gautier », dans Les Échos du Craham, 04/01/2022, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/3456, consulté le 26/01/2022, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search