Suscinio : château des ducs de Bretagne (56)

Depuis 2013, un programme de recherche archéologique est mené au château de Suscinio (Sarzeau, Morbihan). Construit durant la première moitié du xiiiesiècle par Jean Ier (1218-1286), duc de Bretagne, il prend d’abord la forme d’un manoir situé sur le littoral sud breton. Ses successeurs y demeurent fréquemment et continuent de l’agrandir. Au xivesiècle, les ducs Jean IV et Jean V y lancent un vaste programme architectural, et font notamment édifier deux grands logis résidentiels. Au milieu du xvesiècle, il s’agit à la fois d’une résidence de plaisance et, en cas de conflit, d’une forteresse.

Le programme de recherche vise à enrichir les connaissances relatives aux grandes résidences élitaires de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne en Bretagne et plus largement dans le Grand-Ouest. Il permet en outre d’enrichir les connaissances relatives à l’évolution des dispositifs de défense au sein de ces résidences fortifiées, à l’évolution des organes de confort et de luxe au sein de cet habitat élitaire, au mode de vie de ses habitants et d’alimenter plus globalement les référentiels en termes d’architecture et de techniques de construction. Pour cela, c’est non seulement le château qui est étudié mais également son domaine, conjuguant les approches archéologiques, historiques et architecturales dans une perspective d’étude globale.

Vue d’ensemble du chantier archéologique (juillet 2015) (cl. K. Vincent).

Vue d’ensemble du chantier archéologique (juillet 2015) (cl. K. Vincent).

Tous les étés, un chantier de fouille ouvert aux bénévoles est organisé, soutenu financièrement par la DRAC-SRA Bretagne et par le département du Morbihan. Il se concentre sur l’étude du flanc nord, correspondant à l’emprise d’une partie de la cour et d’un ancien logis, noyau primitif à partir duquel s’est développé le château au cours des xiiiexvie siècles. Ainsi, la fouille exhaustive a permis de révéler l’organisation interne du rez-de-chaussée d’un grand logis, avec ses cuisines et son espace de stockage. La cour a également révélé une part importante de l’activité du château à la fin du xiiie-début du xivesiècle. Les niveaux archéologiques rencontrés (aire de gâchage, foyers, aire de débitage, dépotoirs) renvoient à un chantier de construction qu’il est tentant de rattacher aux grands travaux commandés par Jean II (1239- 1305) à la fin de son règne.

Les différentes études, menées par des chercheurs et spécialistes d’horizons divers (archéologues, restaurateurs, conservateurs), permettent d’identifier différents aspects en lien avec cette grande demeure aristocratique à travers une approche fine de sa culture matérielle. Le cadre de travail et de possibilités offert par une fouille archéologique programmée exhaustive, permet de mener les études des lots de mobilier de façon systématique et aboutie, d’entreprendre les confrontations nécessaires entre plusieurs catégories de mobilier, et de combiner leur lecture au fait archéologique. Ce programme de recherche bénéficie en outre des compétences de certains membres du Craham, tels que Pierre-Marie Guihard (responsable du service numismatique) pour l’étude des monnaies et dont le corpus sera intégré à la base Nummus, Adrien Dubois qui est en charge de toute l’étude historique ou encore Pauline Petit pour l’étude des objets métalliques. Par ailleurs, un programme de conservation préventive et de restauration du mobilier est étroitement associé à la fouille afin de garantir la pérennité de ce patrimoine mobilier.

En 2015-2016, le grand logis résidentiel de Jean V voit la mise en œuvre d’une étude archéologique du bâti, menée dans le cadre de travaux d’aménagement, avec pour objectif de comprendre le parti architectural de l’édifice, le programme résidentiel de l’aile ouest et son articulation avec les autres organes du château. Des espaces inédits sont aujourd’hui accessibles grâce aux échafaudages et permettent de comprendre l’insertion de cet ensemble résidentiel et d’affiner la lecture des bâtiments primitifs.

Carreaux de pavement en place découverts dans une des fenêtres du logis de Jean V au cours de l’étude archéologique du bâti (en novembre 2015) (cl. K. Vincent).

Carreaux de pavement en place découverts dans une des fenêtres du logis de Jean V au cours de l’étude archéologique du bâti (en novembre 2015) (cl. K. Vincent).

sarzeaubisC’est donc une histoire renouvelée du château de Suscinio qu’offrira à terme ce programme de recherche. Un second programme triennal débutera dès 2017, après une année 2016 qui sera consacrée à la synthèse des résultats des trois premières années de fouille.

 


Karine Vincent, archéologue médiéviste – responsable d’opérations au service départemental d’archéologie du Morbihan. Responsable scientifique du programme de recherche au château de Suscinio. Membre associée au Craham depuis 2012.

Page personnelle : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article670


Comment citer cet article : Craham, « Suscinio : château des ducs de Bretagne (56) », dans Les Échos du Craham, 20/12/2015, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/345, consulté le 18/11/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.