Expérimentations autour de la fabrication d’argentei pseudo-impériaux (Ve-VIe siècles après J.-C.)

Une thèse de doctorat en cours, dédiée à l’étude des monnaies d’argent des Ve-VIe siècles (G. Blanchet, De la fabrication à la circulation des monnaies d’argent frappées aux Ve et VIe siècles après J.-C. dans les provinces occidentales de l’Empire romain : pour une étude archéométrique et archéologique des argentei, Université de Caen Normandie) s’attache à croiser plusieurs modes d’investigation, les principaux étant l’archéologie, la numismatique et l’archéométrie, afin de déterminer les groupes et les phases de production de ces petites monnaies d’argent. L’objectif final est d’apporter un regard nouveau sur les échanges et l’économie monétaire pendant la période de transition entre la fin de l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Dans le cadre de cette thèse, deux campagnes d’expérimentations, ayant pour objectif d’étudier le processus de fabrication des argentei pseudo-impériaux, ont été menées sur la plateforme des arts du feu à Melle (Deux-Sèvres) en 2020 et 2021, dans le cadre du PCR Paléométallurgies et expérimentations 2019-2021, dirigé par F. Téreygeol.

Les argentei sont de petites monnaies d’argent émises aux Ve et VIe siècles par des autorités que l’on peine encore à déterminer aujourd’hui (fig. 1). En effet, bien que les motifs qui ornent ces monnaies soient inspirés des dernières frappes romaines, ils ont atteint un tel degré de déformation qu’il est difficile, voire impossible de les attribuer à une autorité ou de les placer précisément dans une chronologie. Par ailleurs, l’examen de ces monnaies est rendu particulièrement difficile par leurs caractéristiques techniques : ces argentei font souvent moins d’un centimètre de diamètre, pèsent en moyenne 0,33 g et leur épaisseur n’est comprise qu’entre 150 et 300 μm (entre 0,1 et 0,3 mm).

Figure 1 : Argenteus, probablement Franc, présentant au revers une personnification de Rome, assise à gauche  © G. Blanchet)

Figure 1 : Argenteus, probablement Franc, présentant au revers une personnification de Rome, assise à gauche  © G. Blanchet)

Bien que ce monnayage soit connu par les historiens et les numismates depuis le XIXe siècle, peu d’entre eux se sont intéressés de manière concrète à sa fabrication. Pourtant, la question du procédé de fabrication semble centrale, puisqu’elle est susceptible, d’une part, d’alimenter les discussions autour de l’attribution à une autorité, d’affiner la datation relative de certaines frappes encore débattue aujourd’hui et, d’autre part, de permettre d’entamer une discussion autour de l’usage anthropologique des argentei (leurs modalités d’échange, par exemple).

Concernant ces deux questionnements, la documentation archéologique et numismatique a déjà été exploitée jusqu’à ses limites. Pour cette raison, l’archéologie expérimentale semble être la méthode la plus à même d’apporter de nouvelles pistes de réflexion à ces questions complexes. Les objectifs de cette expérimentation étaient donc, d’une part, de produire des analogues expérimentaux afin de valider nos hypothèses sur la méthode de fabrication des argentei et, d’autre part, de tenter d’évaluer la « durée de vie » de ces monnaies en mettant à l’épreuve les recréations.

L’objectif principal de l’étape de fabrication était de parvenir à recréer des argentei, tout en menant des observations sur l’impact des différentes phases du processus de mise en forme sur l’alliage (traces caractéristiques éventuelles, fragilisation du métal, etc.

Afin de créer un alliage se rapprochant au mieux des monnaies que nous étudions (alliage constitué en majorité d’argent et en moindre mesure de cuivre, d’étain et de zinc) nous nous sommes appuyés, d’une part, sur des mesures et analyses inédites (par LA-ICP-MS à l’IRAMAT-CEB) et, d’autre part, sur l’épaisseur maximale des monnaies étudiées (environ 300 µm) qui indiquait que la mise en forme des flans résultait nécessairement d’une étape de forte déformation plastique. Ces caractéristiques, inédites pour l’Antiquité tardive, impliquent une impossibilité de comparaison avec les procédés « classiques » typiques de l’Empire romain (flan coulé, puis frappé) attestés jusqu’au début du Ve siècle en Gaule, encore en place quelques décennies plus tôt. Il a semblé alors plus pertinent d’établir des parallèles techniques avec le Moyen Âge, où la majorité des flans de ces monnaies sont martelées, en s’appuyant notamment sur les expérimentations et leurs conclusions les plus récentes (voir principalement les travaux d’Adrien Arles).

Figure 2 : Coulage des lingots

Figure 2 : Coulage des lingots

Dans cette perspective, les différentes étapes de l’expérimentation, c’est-à-dire le coulage des lingots (fig. 2), leur mise en lame, la découpe en carreaux de ces dernières (fig. 3) et la mise en forme des flans (fig. 4), furent menées avec succès.

Figure 3 : Lames découpées en carreaux

Figure 3 : Lames découpées en carreaux

Figure 4 : Découpe des carreaux par rognage successif des flans (© G. Sarah-G. Blanchet)

Figure 4 : Découpe des carreaux par rognage successif des flans (© G. Sarah-G. Blanchet)

Nous voulions tenter de reproduire deux types argentei frappés selon deux méthodes différentes. Le premier au moyen d’une frappe « classique » (entre deux coins, de manière à faire apparaître un motif sur chaque face de la monnaie, fig. 5) et le second par le biais d’une frappe « uniface » (impression du motif sur une seule face, qui ressort en négatif sur l’autre, fig. 6). Pour ce faire, nous avons fait graver trois coins monétaires par un spécialiste.

Figure 5 : Frappe d’un argenteus entre deux coins (© G. Blanchet)

Figure 5 : Frappe d’un argenteus entre deux coins (© G. Blanchet)

Figure 5

Figure 5 B

Figure 6 : Recréations valides d’argentei uniface (© G. Blanchet)

Figure 6 : Recréations valides d’argentei uniface (© G. Blanchet)

Si la première méthode s’est déroulée sans problème (fig. 7), la seconde a demandé de nombreux essais, sur différents supports (textile épais, feuille de plomb etc.), avant d’être validée par l’utilisation d’une pièce de cuir, placée sur une enclume (fig. 8).

Figure 7 : Recréation valide d’un argenteus pseudo-impérial (© G. Blanchet)

Figure 7 : Recréation valide d’un argenteus pseudo-impérial (© G. Blanchet)

Figure 8 : Frappe d’un argenteus uniface à l’aide d’un seul coin mobile (© G. Sarah)

Figure 8 : Frappe d’un argenteus uniface à l’aide d’un seul coin mobile (© G. Sarah)

Résultats

Ces expérimentations ont apporté plusieurs éléments de réponse aux nombreuses questions posées par ces monnaies d’argent. L’archéologie expérimentale a ainsi permis, entre autres, de déterminer la méthode de mise en forme de ces argentei, ainsi que les ressources, les installations et les outils nécessaires à leur fabrication. Ensuite, l’aboutissement de cette expérience offre aujourd’hui la possibilité d’introduire la méthode de fabrication comme nouveau critère technique pour le classement de ces monnaies si particulières. Enfin, d’une manière plus générale, ce travail interdisciplinaire mêlant histoire, numismatique et archéologie expérimentale, contribue à notre connaissance de l’histoire des techniques au cours d’une période complexe, située à la charnière de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. Le détail des résultats de ces expérimentations (y compris de la mise en circulation expérimentale des argentei) sera développé dans la thèse de G. Blanchet et a déjà fait l’objet de deux rapports, dont les références sont disponibles ci-dessous.

Bibliographie sélective

Blanchet G., Sarah G., Méaudre J.-C., Téreygeol F., 2021, « Expérimenter la fabrication et la circulation des argentei pseudo-impériaux (Ve-VIe siècles) », dans L’expérimentation paléométallurgique, de l’analogie à la modélisation, PCR Paléométallurgies et expérimentations 2019-2021, Document Final de Synthèse, 2021, p. 266-298.

Blanchet G., Sarah G., Méaudre J.-C., Téreygeol F., 2020, « Expérimentation autour de la fabrication et la circulation des argentei pseudo-impériaux (Ve-VIe siècles apr. J.-C.) », dans Recherches sur les chaines de production des métaux aux périodes anciennes, Rapport intermédiaire, 2020, p. 32-64.

Blanchet G., 2020, « L’étude des monnayages d’argent des Ve-VIe siècles découverts en Gaule : une démarche interdisciplinaire pour de nouvelles hypothèses », Bulletin de la Société Française de Numismatique, Société française de numismatique, 2020, 75 (9), p. 352-360.

Blanchet G., Sarah, G., Chameroy J., 2020, « La composition des monnaies d’argent des Ve-VIe siècles. L’exemple de découvertes de Normandie et de la vallée du Rhin », Argentum Romanorum sive Barbarorum. Permanences et évolution des usages monétaires de l’argent du IVe au VIesiècle dans l’Occident romain, Mainz, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, 2020, p. 231-248.

Arles A., Téreygeol F., 2011, « L’apport de l’expérimentation paléométallurgique dans une discussion technique », Revue Numismatique, 167, 2011, p. 245-263.

Arles A., 2009, Entre monnayage officiel et faux-monnayage : la fabrication de la monnaie au marteau en France (XIIIe-XVIIe siècles) : approche physico-chimique, expérimentale et historique, thèse de doctorat de l’université d’Orléans, 2009, 2 vol., 774 p.

Guillaume Blanchet, avec la collaboration de Guillaume Sarah (IRAMAT-CEB), Jean-Charles Méaudre (IRAMAT-LMC) et Florian Téreygeol (IRAMAT-LMC).

Comment citer cet article : Guillaume Blanchet, « Expérimentations autour de la fabrication d’argentei pseudo-impériaux (Ve-VIe siècles après J.-C.) », dans Les Échos du Craham, 14/12/2021, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/3371, consulté le 28/05/2022, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search