Julia Pacory, ingénieure d’étude titulaire depuis le 1er décembre 2021

Arrivée à l’université de Caen en 2008 pour suivre une Licence d’Histoire, Julia Pacory y a poursuivi l’ensemble de ses études. Sa Licence s’est poursuivie par un Master Recherche intitulé : « État sanitaire bucco-dentaire de la population de Tournedos-Porte-Joie, VIIe-IXe siècle, Eure », soutenu en 2014, dirigé par Claire Hanusse et Cécile Chapelain de Seréville-Niel.

Vacataire et contractuelle pour des études de laboratoire ponctuelles depuis 2012, elle a bénéficié en 2016 d’une bourse régionale de thèse pour mener à bien une recherche doctorale. Celle-ci est réalisée sous la direction de Christine Delaplace et le co-encadrement de Cécile Chapelain de Seréville-Niel et porte sur : « Origines, santé et alimentation d’une population antique et médiévale. Étude de la population issue de la nécropole “Michelet” de Lisieux (IVe-IXe s., Calvados). Analyse diachronique des pratiques funéraires et des conditions de vie, du statut social et de l’origine des individus, à partir d’analyses isotopiques et d’un bilan bucco-dentaire ».

Dans le cadre de cette recherche, elle a pu se former à la préparation d’échantillons osseux et dentaires pour mener des analyses isotopiques à l’université de McMaster (Hamilton, Canada), dans le cadre d’une bourse d’échange France-Canada (bourse FFCR).

Après l’obtention d’un concours ITRF externe en septembre dernier, Julia Pacory est depuis le 1er décembre 2021 titulaire stagiaire en tant qu’ingénieure d’études en archéométrie à l’université de Caen Normandie, au service d’archéoanthropologie du Craham.

Occupant ce poste en tant que contractuelle depuis septembre 2020, elle prend part à plusieurs des missions du service d’archéoanthropologie comme les projets de fouilles archéologiques du service tel celui mené en août 2021 pour la fouille du cimetière médiéval et moderne de l’église Saint-Pierre de Lion-sur-Mer (Calvados).

Elle contribue également aux études de post-fouilles en anthropobiologie de plusieurs des sites en cours d’étude au sein du service (Saint-Thomas d’Aizier, Thaon, Lion-sur-Mer), mais également sur divers sites et découvertes plus ponctuelles, comme l’étude médico-légale et anthropométrique de deux soldats allemands de la seconde guerre mondiale, dont les corps ont été découverts fortuitement dans la région.

Elle réalise également des analyses cémentochronologiques (méthode d’estimation de l’âge des sujets adultes) sur des populations de la région normande, mais aussi provenant d’autres régions dans le cadre de collaborations scientifiques.

Formée également à la préparation de lames pour analyse histologique, elle coordonne, depuis septembre 2021, le volet histologique du projet Rin Feder Ancestor.

Par ailleurs, elle contribue activement à la gestion des collections ostéologiques détenues par le Craham (env. 11 500 squelettes), à leur inventaire et à leur reconditionnement dans le cadre de leur valorisation auprès des étudiants et chercheurs de notre université ou extérieurs, mais aussi pour répondre aux critères de conservation sur la durée des artéfacts ostéologiques préconisés par la DRAC-SRA Normandie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search