Les moules monétaires de Qasr Qarun/Dionysia (vallée du Nil)

Figure 2 : Moule monétaire découvert à Dionysias/Qasr Qarun

Figure 2 : Moule monétaire découvert à Dionysias/Qasr Qarun

Bénéficiant du soutien financier de l’Institut française d’archéologie orientale (IFAO), le projet a pour objectif, depuis 2019, d’examiner les moules monétaires en argile découverts lors des fouilles franco-suisses menées à partir de 1948 sur le site de Dionysias (fig. 1), sous la direction de Jacques Schwartz et Henri Wild. Ces moules du début du IVe siècle de notre ère se comptent en plusieurs milliers d’individus plus ou moins fragmentés (fig. 2), qui avaient été jetés au rebut après leur emploi dans un bâtiment situé à mi-distance entre le temple de Sobek et la forteresse hébergeant au IVe siècle une aile de cavalerie (fig. 3). En 1950, la fouille systématique de ce bâtiment a révélé, en outre, qu’il s’agissait d’une maison partiellement délabrée, qui aurait pu être reconvertie, selon les fouilleurs, en « atelier monétaire ».

Fig. 1 Localisation du site de Dionysias/Qasr Qarun © J.-C. Fossey

Figure 1 Localisation du site de Dionysias/Qasr Qarun © J.-C. Fossey

Figure 3 : Plan général des vestiges archéologiques relevés lors des fouilles de Jacques Schwartz et Henri Wild. La lettre L signale l’endroit où les moules ont été mis au jour. © J. Schwartz

Figure 3 : Plan général des vestiges archéologiques relevés lors des fouilles de Jacques Schwartz et Henri Wild. La lettre L signale l’endroit où les moules ont été mis au jour. © J. Schwartz

Figure 4 : Nummus, frappé à Alexandrie, sous le règne de Maximin (310-313)

Figure 4 : Nummus, frappé à Alexandrie, sous le règne de Maximin (310-313)

Les explications avancées jusqu’ici pour justifier cette production locale copiant la monnaie impériale de billon (le nummus, fig. 4) invoquent un manque de numéraire, en supposant que l’atelier impérial d’Alexandrie (le seul actif en Égypte) n’aurait pas eu la capacité d’approvisionner toute la vallée du Nil en petit numéraire. Le surmoulage de nummi aurait été une activité quasiment légale, tolérée par un État incapable d’assurer une production monétaire suffisante. À Dionysias, la proximité du camp de cavalerie suggéra même à plus d’un chercheur l’idée d’une complicité tacite entre l’armée et l’officine monétaire, dont les soldats auraient peut-être tiré profit. Les interprétations développées ne reposent toutefois que sur une étude superficielle du mobilier. En fait, les monnaies sorties des moules étaient d’exactes répliques des nummi impériaux – elles devaient ainsi tromper l’usager en lui faisant croire qu’il avait une monnaie officielle entre les mains. Devant la loi antique, ce sont de fausses monnaies qui étaient fabriquées à Dionysias.

En ce sens, la trouvaille de Qasr-Qarun demeure pour l’étude du faux-monnayage une mine d’informations encore insuffisamment exploitée. Après leur découverte, les moules avaient été nettoyés, identifiés et triés par Jacques Schwartz, puis déposés dans les réserves de l’IFAO, où ils sont encore conservés aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, en ne menant son analyse que sur les types monétaires représentés, Jacques Schwartz ne fut pas en mesure d’aboutir à des conclusions réellement probantes sur le développement, le rythme et le volume de la production. En outre, il laissa de côté les restes de moules intacts, creusets et autres ratés de coulée découverts dans cet « atelier monétaire », qui sont pourtant riches d’enseignements sur les procédés techniques mis en œuvre.

En reprenant l’ensemble de la documentation, dont il n’existe aucun catalogue, le projet veut replacer l’activité déployée dans l’officine de Dionysias au sein des enjeux économiques, historiques et sociaux auxquels elle renvoie. Deux aspects font plus particulièrement l’objet de recherches approfondies : l’organisation de la production et les procédés techniques développés lors de la fabrication des monnaies coulées. En contrepoint, l’importance du contexte archéologique de découverte des moules monétaires et des restes de production rend plus que nécessaire un travail approfondi sur les archives des fouilles laissées par Jacques Schwartz à l’IFAO ainsi qu’au Collège de France (Paris).

En 2019, l’essentiel du travail a porté sur l’identification des moules ; nous avons poursuivi ces investigations en 2021. Les moules étaient emballés par paquets ficelés dans du papier kraft, sur lequel Jacques Schwartz avait pris soin d’écrire le contenu de chaque lot (fig. 5).

Figure 5 : L’une des enveloppes de papier kraft dans lesquelles les moules furent emballés par J. Schwartz

Figure 5 : L’une des enveloppes de papier kraft dans lesquelles les moules furent emballés par J. Schwartz

Après un nettoyage à sec superficiel, la prise d’empreintes a été réalisée à l’aide d’un pistolet à silicone dentaire, particulièrement apte à rendre les détails de faible relief (fig. 6).

Figure 6 : Prise d’empreinte d’un moule monétaire à l’aide de silicone

Figure 6 : Prise d’empreinte d’un moule monétaire à l’aide de silicone

Hormis les moules placés aux extrémités d’une pile de moules, qui sont univalves, les disques d’argile portent de part et d’autre les empreintes de deux monnaies différentes (fig. 7). Les patrices de silicone ainsi obtenues correspondent au droit ou au revers des monnaies originales (officielles) utilisées par les faussaires pour fabriquer les moules. Évidemment, les faux-monnayeurs eurent souvent recours aux mêmes monnaies officielles, qu’ils pressaient de manière répétitive dans les disques d’argile. En identifiant précisément les patrices de silicone, il est alors possible de reconstituer la composition du jeu de monnaies dont disposaient les faussaires et de dater, grâce à la date de frappe des nummi officiels qui fixe le terminus post quem, la ou les phases de production.

Figure 7 : Schéma de restitution de la prise d’empreintes de part et d’autre d’un moule

Figure 7 : Schéma de restitution de la prise d’empreintes de part et d’autre d’un moule

Afin de mieux comprendre les procédés de fabrication et les choix techniques opérés par les faux-monnayeurs, la campagne 2021 a également comporté un volet archéométrique. Il s’agissait de caractériser les argiles utilisées pour la fabrication des moules ainsi que l’alliage métallique pour le coulage des monnaies. Nous avons, pour ce faire, sollicité les installations du Pôle Archéométrie de l’IFAO et plus particulièrement la section consacrée à l’étude des matériaux (fig. 8).

Figure 8 : Observations et enregistrements photographiques des lames minces d’argiles et des coupes métallographiques grâce aux instruments de l’Ifao

Figure 8 : Observations et enregistrements photographiques des lames minces d’argiles et des coupes métallographiques grâce aux instruments de l’Ifao

D’un point de vue pratique, des observations générales ont été effectuées au microscope optique afin de caractériser le type d’argile et sa préparation. Cette étape doit permettre d’observer la nature des inclusions du matériau, d’en déterminer la granulométrie afin d’en distinguer les caractéristiques principales, et ainsi en déduire les étapes de préparation de la terre. Parallèlement, des études pétrographiques ont été menées. Elles seront complétées l’an prochain par des analyses chimiques (par fluorescence X). En effet, au-delà des informations de caractérisations supplémentaires susceptibles d’être apportées par ces méthodes, ces analyses permettront d’envisager des aires géologiques de provenance. La réalisation de lames minces, à observer en pétrographie par exemple, nous a d’ores et déjà permis d’identifier des inclusions et marques de provenance contenues dans la pâte.

De façon complémentaire, la conservation exceptionnelle de certaines piles a permis la sauvegarde de restes métalliques : soit sous forme de canal de coulé fossilisé, soit sous forme de monnaies ratées ou complètes. Ces éléments seront soumis à une analyse par fluorescence X portable. Bien que les analyses de surface ne soient pas complètement adaptées aux alliages hétérogènes, la simple obtention de données qualitatives apportera de précieuses informations sur le choix des métaux et, partant, sur les pratiques développées par les faux-monnayeurs.

La présence au Service des archives de l’IFAO ainsi qu’au Collège de France (Paris) des archives de Jacques Schwartz offre une opportunité indéniable de compléter l’étude du matériel. Cette documentation, qui est susceptible d’apporter des informations primaires et inédites sur le contexte de provenance des moules, sera traitée dans les prochains mois.

Il est prévu que les résultats de ce projet soient rassemblés dans une monographie, qui sera soumise aux éditions de l’IFAO dans le courant de l’année 2023.

Jérémy Chameroy, Guillaume Blanchet et Pierre-Marie Guihard

Jérémie Chameroy, Guillaume Blanchet et Pierre-Marie Guihard

Comment citer cet article : Pierre-Marie Guihard, Jérémie Chameroy et Guillaume Blanchet, « Les moules monétaires de Qasr Qarun/Dionysia (vallée du Nil) », dans Les Échos du Craham, 15/12/2021, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/3340, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search