Éditorial, Les Échos du Craham, décembre 2021

Le Craham, comme tous les laboratoires français et étrangers, a subi les effets de la crise du Covid, mais une grande partie de ses activités a pu être maintenue grâce au dynamisme de toute l’équipe. Ce qui a le plus fait défaut pour toutes et tous, membres statutaires et membres associés, étudiants, ce furent les rendez-vous réguliers de sociabilité en présentiel. Je voudrais saluer et remercier le service communication du Centre Michel de Boüard et toutes celles et tous ceux qui ont permis la réalisation d’un très grand nombre de séminaires, colloques et journées d’étude en visioconférence avec vidéos enregistrées, auxquelles vous avez été très nombreux à participer. J’en profite ici pour m’associer à Micaël Allainguillaume afin de remercier chaleureusement les membres du comité de lecture des Échos du Craham qui ont été énormément sollicités pour la préparation de cette lettre (Thierry Buquet, Adrien Dubois, Brigitte Gauvin et Julia Pacory).

Bien que ces moyens techniques aient pu souvent permettre à des chercheurs du monde entier de suivre ces rencontres et ainsi de vous connaître en tant que chercheurs du Craham et de découvrir vos travaux et ceux des communicants invités, nous sommes très heureux de renouer enfin avec un programme des manifestations du Craham, inauguré dès septembre par deux grands colloques internationaux : Poésie et politique dans les mondes normands médiévaux (IXe-XIIIe siècle), au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, du 30 septembre au 3 octobre 2021, et le colloque international Ichtya-Zoomathia, Transmission des savoirs sur les poissons et les animaux aquatiques, textes et images (Antiquité, Moyen Âge, XVIe siècle), qui s’est tenu à l’Université de Caen Normandie du 4 au 6 novembre 2021. L’ensemble de la programmation annuelle des différents cycles de séminaires a pu être préparé sans encombre : deux colloques, deux journées d’étude et une journée doctorale sont programmés pour le second semestre de l’année académique 2021-2022. Cependant, le colloque international « Le fragment dans tous ses états », qui devait se tenir en janvier prochain aura lieu en juin 2022. Nous avons pu débuter le premier semestre avec huit séances de séminaires.

De nombreux programmes de recherches ont réussi à maintenir leur planning initial : le programme ANR Actépi commencé en 2019, le programme RIN Ancestor, bénéficiant de fonds FEDER et initié dès 2020 par le service d’archéoanthropologie ; les Projets collectifs de Recherche sur le Château de Caen, les Églises romanes et préromanes, Vuydanges et Salubritas, les Cercueils de plomb de Flers, l’étude des monnaies romaines de la collection du musée des Antiquités de Rouen ainsi que le projet financé par le ministère de la Culture, Archéomed.

La plupart des fouilles reportées en 2020 ont pu se faire en 2021 ainsi que de nouvelles opérations : le site de Barbery, la fouille de l’appentis du grand édifice du château de Caen, la prospection géophysique du complexe cultuel antique de Baron-sur-Odon, la fouille du cimetière médiéval et moderne de l’église de Lion-sur-Mer, les missions archéologiques plus lointaines sur l’île Sainte-Marie près de Madagascar et celle en Égypte de nos chercheurs numismates.

Le programme RIN « Norécrit, Aux sources de la Normandie médiévale » (2018-2021), financé par la Région Normandie et mené en partenariat avec des chercheurs du GrHis de Rouen et du Pôle Document numérique (PDN) de la MRSH de Caen arrive à terme. Le site, qui sera très prochainement ouvert, donnera accès aux textes qui ont bénéficié d’un travail d’édition et d’annotations multiples (coutumiers, chartes, registres d’administration, textes littéraires, textes liturgiques, pièces de chant, bibliothèques).

Le site de la Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel (BVMSM) profite depuis juillet 2021 d’une version 2, mise en ligne par le PDN de la MRSH. Le nouveau site bénéficie notamment du protocole IIIF pour la visualisation des images couleurs de haute résolution en répondant aux normes d’interopérabilité internationales. La qualité et la rapidité de consultation des fac-similés s’en trouvent nettement améliorées.

De même, les recherches du groupe Ichtya ont permis la mise en ligne de nouveaux textes au sein de la « Bibliothèque Ichtya » : après les œuvres de la période antique accessibles depuis 2020, ce sont les textes des périodes médiévales et modernes ainsi que certaines traductions françaises qui sont à présent interrogeables ; en outre le « Thesaurus des noms de poissons et de créatures aquatiques » s’est considérablement enrichi atteignant près de 2400 ichtyonymes latins, grecs et des langues vernaculaires, notamment grâce à l’indexation des textes de la période moderne, qui constituent des sommes d’une richesse remarquable.

Deux soutenances de doctorat ont eu lieu en 2020 et 2021 malgré les conditions peu agréables dues à la pandémie : Martin Bostal a soutenu sa thèse le 6 mai 2020 sur le sujet suivant : « L’Histoire face à l’histoire vivante. Expérimentation, médiation et représentations à travers la pratique de la reconstitution historique du Moyen Âge » et Stephen Lewis le 10 Juin 2021 sur le sujet suivant « Vikings in Aquitaine and their connections, ninth to early eleventh century ».

Trois grands programmes de recherche ont été couronnés en 2021 suite à des réponses à appels à projets :

Pax Normanna. Conquérir, pacifier, gouverner dans les mondes normands, IXe-XIIe siècle, est un projet soutenu par l’École française de Rome. Il permettra la tenue de grandes rencontres scientifiques dont un colloque à Cerisy-la-Salle du 5 au 9 octobre 2022, une table ronde conclusive à Rome, un volet formation de dimension internationale, la poursuite et l’exploitation d’une base de données prosopographique dont l’innovation conceptuelle portera sur la notion de « génération de conquérants », enfin une valorisation autour de deux grands projets muséaux : une grande exposition, Die Normannen, se tiendra au Musée de Manheim en 2022-2023 avec la collaboration des musées de Caen et de Rouen, organisateurs également de deux expositions en 2023 ; l’ouverture du nouveau musée de la Tapisserie de Bayeux, prévue en 2026.

Le projet Biblissima + : Observatoire des cultures écrites de l’argile à l’imprimé, regroupe quinze unités de recherche en histoire, littérature, philologie, archéologie, sciences des matériaux et humanités numériques et computationnelles, le grand Équipement documentaire du Campus Condorcet, le Service interministériel des archives de France, les Archives nationales et l’entreprise Teklia. Biblissima+ est une infrastructure numérique multipolaire de recherche fondamentale et de services consacrée à l’histoire de la transmission des textes anciens, des premières tablettes d’argile mésopotamiennes, il y a 3000 ans, aux premiers livres imprimés, quels que soient les supports et les langues. Le Centre Michel de Boüard et le pôle du document numérique de la MRSH constituent les partenaires du site caennais. Le laboratoire contribuera notamment à l’enrichissement des référentiels Biblissima+ et à la réflexion qui sera menée sur l’édition scientifique numérique de types de textes très variés.

Le financement sur fonds FEDER d’un projet RIN Plateforme, ArchéHoMa, porté cette année par le service d’archéométrie-céramologie, labellisé Plateforme CNRS, ouvre des perspectives et des partenariats nouveaux avec d’autres équipes de l’université de Caen : les nouveaux équipements obtenus permettront de travailler, grâce à une chaîne d’analyses chimiques et isotopiques, sur l’histoire du rapport à l’environnement et à l’évaluation des risques à travers deux axes principaux, l’un sur l’évolution des moyens de production céramique et les innovations techniques à la fin du Moyen Âge et l’autre sur les pratiques alimentaires des populations normandes et la mobilité des hommes et des animaux au cours de leur vie.

Nos liens avec nos partenaires institutionnels ont été renforcés avec des renouvellements de conventions ou bien des mises en place nouvelles. On signalera notamment la convention-cadre Tapisserie de Bayeux, celle avec le département de Seine-Maritime pour l’étude des monnaies du musée des Antiquités de Rouen, le renouvellement de la convention avec l’Ined pour 4 ans, celui de la convention avec le Conseil départemental du Calvados et celui signé avec l’Inrap.

Nous avons pu accueillir cet automne deux chercheuses pendant un mois dans le cadre de ce partenariat avec l’Inrap, Marie-Cécile Truc et Stéphanie Dervin, afin de leur permettre de travailler sur des publications. Trois nouveaux doctorants rejoignent le Craham : Cécile Tep, doctorante allocataire (Ens-Ulm) sous la co-direction d’Antoine Foucher, travaille sur « La métrique des vers latins et glyconiques de Catulle à Boèce », Maxime Delliaux, doctorant allocataire régional, fera une thèse sur le bestiaire nordique (IXe-XIVe s.) sous la direction d’Alban Gautier, et Céline Robert, doctorante, professeur de Lettres classiques à Alençon, entreprendra une « Édition multimodale, traduction et commentaire des épîtres de Raoul Tortaire » sous la direction de Brigitte Gauvin et Marie-Agnès Lucas-Avenel.

De grands travaux de recherche ont été publiés : les thèses de Grégory Combalbert, « Sauf le droit épiscopal ». Évêques, paroisses et société dans la province ecclésiastique de Rouen (XIe-milieu du XIIIe siècle), Publications des universités de Rouen et du Havre, Presses universitaires de Caen, 2021 et celle de Thibault Cardon, Pour une approche anthropologique des usages monétaires médiévaux, France du Nord, XIIe-XVIe siècle, Presses universitaires de Caen, 2021 (Collection Publications du Craham).

Je saluerai la réussite au concours d’ingénieur d’études en archéométrie de Julia Pacory, la promotion de Pierre-Marie Guihard dans le corps des ingénieurs de recherche, classé second sur la liste d’aptitude nationale, et enfin les avancements au grade d’ingénieur de recherche de première classe de Micaël Allainguillaume et de Thierry Buquet.

La direction du Craham que j’ai eu le plaisir d’assurer pendant ces cinq années s’achève. Laurence Jean-Marie, maître de conférences en Histoire médiévale HDR prendra la direction du Craham au 1er janvier 2022. Marie-Agnès Lucas-Avenel, déjà directrice-adjointe va assumer un second mandat et Thibault Cardon, chercheur CNRS, devient le nouveau directeur-adjoint pour l’archéologie. Je leur adresse tous mes vœux de réussite ainsi qu’à tous les membres du Craham.

Christine Delaplace

Directrice du Craham

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search