Étude des monnaies romaines de la collection J.-M. Thaurin découvertes à Rouen au XIXe siècle et conservées au musée des Antiquités de Rouen (Seine-Maritime)

Le XIXe siècle constitue pour Rouen, comme pour d’autres villes, une période de grands travaux et de transformations profondes, à laquelle elle doit son visage actuel. Le schéma urbain de la ville correspond désormais au modèle parisien d’Haussmann. Ces travaux, qui marquent profondément Rouen, mettent au jour des vestiges du passé gallo-romain de la ville.

Natif de Rouen, Jacques-Michel Thaurin (1814-1870), pharmacien, puis bibliothécaire à l’hôtel des sociétés savantes et journaliste, s’inscrit dans ce mouvement de collecte des archives issues du sol, illustrant les balbutiements de l’archéologie en France. Il observe toutes les découvertes effectuées lors de ces chantiers et façonne peu à peu, grâce aux objets et descriptions de structures, une image de la ville antique, que l’on perçoit à travers ses publications scientifiques.

À partir de 1858, sa collection d’environ 15 000 pièces donne lieu à la création du musée spécial des Antiquités de Rotomagus, installé à l’hôtel des sociétés savantes, rue Saint-Lô, ouvert aux savants distingués et aux personnalités recommandées auprès de Thaurin. Ce n’est qu’après sa mort que la collection sera achetée en 1873 par le Conseil général pour le compte du musée départemental des Antiquités de Rouen.

Sa démarche, proche de celle d’un antiquaire de son époque, suit néanmoins une méthode tout à fait originale. Consignant par écrit sur des étiquettes à l’encre de Chine la localisation, les circonstances et la date des objets qu’il collecte, il offre au chercheur d’aujourd’hui une documentation unique pour la compréhension de la ville gallo-romaine.

Monnaie contenue dans une enveloppe papier, sur laquelle Thaurin précise le lieu et la date de découverte

Monnaie contenue dans une enveloppe papier, sur laquelle Thaurin précise le lieu et la date de découverte

À l’occasion d’un recensement du contenu du médaillier du musée des Antiquités de Rouen, l’une de nous (Laurence Marlin) a retrouvé un ensemble de 400 monnaies de l’époque romaine recueillies par l’ancien pharmacien à l’occasion de divers chantiers ouverts dans la ville à partir de 1839. Comme à son habitude, Jacques-Michel Thaurin a très souvent noté scrupuleusement la localisation, les circonstances et la date de chaque découverte sur des enveloppes venant comme emmailloter les monnaies. Les trouvailles monétaires réunies par Jacques-Michel Thaurin représentent donc un apport documentaire important à l’archéologie de Rouen. L’inventaire et la présentation scientifique de ce matériel paraissent d’autant plus intéressants que l’attention que Jacques-Michel Thaurin accorda au référencement des monnaies apporte aujourd’hui une documentation essentielle et complémentaire à d’autres (voir bibliographie) pour la connaissance de la circulation monétaire à Rotomagus.

Ce programme d’étude de la collection numismatique de Jacques-Michel Thaurin bénéficie du soutien financier du Service régional de l’archéologie de Normandie. Il intégrera notamment une exposition intitulée « À la recherche du Rouen gallo-romain. Jacques-Michel Thaurin, un archéologue rouennais au XIXe siècle », qui se tiendra au musée des Antiquités de Rouen en 2022.

Bibliographie

D. Hollard, F. Pilon, « Le trésor et les monnaies de site de l’Espace du Palais à Rouen (Seine-Maritime) », Trésors monétaires, XXII, 2005/2006, p. 57-118.

F. Pilon, « Le faciès monétaire rouennais au Haut-Empire », dans J. Chameroy, P.-M. Guihard (dir.), Circulations monétaires et réseaux d’échanges en Normandie et dans le Nord-Ouest européen (Antiquité-Moyen Âge), Caen, PUC, 2012, p. 75-95.

J. Chameroy, Les fouilles de la cathédrale de Rouen (1985-1993) : le numéraire antique, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2013.

 

Pierre-Marie Guihard (CRAHAM) et Laurence Marlin (Musée des Antiquités de Rouen)

Comment citer cet article : Pierre-Marie Guihard et Laurence Marlin, « Étude des monnaies romaines de la collection J.-M. Thaurin découvertes à Rouen au XIXe siècle et conservées au musée des Antiquités de Rouen (Seine-Maritime) », dans Les Échos du Craham, 14/12/2021, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/3290, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search