Projet de recherche sur l’ancien cimetière paroissial de Lion-sur-Mer (Calvados)

Origine du projet

Le transfert des cimetières paroissiaux, au cours des derniers siècles, engendra fréquemment le déplacement d’une partie seulement des sépultures, les plus récentes. Régulièrement, lors de travaux à proximité d’églises, des sépultures du Moyen Âge et de l’époque moderne sont ainsi mises au jour. L’hypothèse posée pour ce projet de recherche était que les niveaux archéologiques de l’ancien cimetière de Lion-sur-Mer soient conservés – au moins partiellement – autour de l’église Saint-Pierre, offrant l’opportunité d’une étude de la population ancienne par l’intermédiaire d’une fouille archéologique couplée à une étude des documents d’archives. Un projet de recherche interdisciplinaire a été amorcé en 2020, avec les soutiens de la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC), du Centre Michel de Boüard (Craham, Université de Caen Normandie/CNRS), d’Éveha (bureau d’études et valorisations archéologiques) et de la mairie de Lion-sur-Mer.

Cadre du projet et objectifs

Située sur littoral, au nord de la plaine de Caen, à une quinzaine de kilomètres de cette agglomération, Lion-sur-Mer est peu documentée pour les périodes anciennes. L’église Saint-Pierre, qui a connu plusieurs réfections, possède un clocher daté de la fin du XIe siècle. Le toponyme « Lion » apparaît dans les documents d’archives, sous différentes formes, à partir du début du XIIIe siècle. Ces sources écrites anciennes font également état d’une résidence fortifiée, d’une léproserie et d’un prieuré pour le bas Moyen Âge. Un château, non fortifié, est édifié en plusieurs phases à partir du XVIe siècle et est toujours existant. Comme d’autres paroisses proches de la plaine de Caen, Lion-sur-Mer connaît par ailleurs une diffusion de la Réforme à l’époque moderne. Située sur les plages du Débarquement, la commune a été le théâtre de combats et de bombardements en juin-juillet 1944, sans toutefois que l’église Saint-Pierre et ses abords immédiats (l’ancien cimetière paroissial) ne soient particulièrement touchés. Le cimetière actuel a été établi à l’écart du centre-bourg seulement à partir de 1910, en plusieurs phases. À la suite de ce déplacement, l’emprise de l’ancien cimetière, occupé en grande partie de nos jours par un square, n’a pas fait l’objet d’aménagement notable.

Les objectifs scientifiques du projet sont multiples. Il s’agit principalement d’étudier, sous les aspects bio-anthropologiques et sociaux, une population paroissiale côtière sur plusieurs siècles. Dans le cas d’une communauté d’habitants marquée par la proximité de la mer, l’analyse des restes osseux peut renseigner sur l’impact du littoral sur la population (alimentation, état sanitaire, etc.). L’étude des sépultures permet d’approcher le thème de la gestion de l’espace funéraire au cours de cette même période (organisation, développement du cimetière). Les archives permettent pour leur part également d’aborder la population, notamment à partir des registres paroissiaux puis d’état-civil. Elles permettent aussi une première approche de la communauté protestante, documentées dans les textes, mais dont le lieu (ou les lieux) d’inhumation à l’époque moderne n’est pas identifié à ce jour.

Étude documentaire préliminaire et sondages archéologiques

L’étude documentaire préliminaire réalisée en 2020 démontre le potentiel important des documents conservés aux Archives départementales du Calvados et permet d’envisager une recherche approfondie – fondée à la fois sur ces documents d’archives et sur l’archéologie – concernant la population ancienne de Lion-sur-Mer.

Avant d’envisager une campagne de fouilles de plus grande ampleur, il était nécessaire de vérifier la présence de vestiges funéraires, de caractériser leur nature et leur état de conservation, d’établir leur chronologie et de sonder la puissance stratigraphique du site. Suivant les préconisations de la DRAC Normandie, deux secteurs de fouille ont été investigués pour une superficie totale d’environ 80 m2. L’équipe était composée de trois archéo-anthropologues du Centre Michel de Boüard : Cécile Chapelain de Seréville-Niel, Julia Pacory (service d’Archéoanthropologie), et Vanessa Brunet (Éveha, membre associée au Craham), de deux étudiantes stagiaires de l’université de Caen Normandie, sous la direction du responsable d’opération (Benjamin Tixier, Éveha, membre associé au Craham). L’opération s’est déroulée sur deux semaines, du 16 au 27 août 2021. Cette première intervention sur le terrain, nécessairement limitée, a mis en évidence environ une trentaine de sépultures datant du Moyen Âge (vraisemblablement XIe-XIIe siècles) et de l’époque moderne, ainsi que quelques vestiges contemporains de l’ancien cimetière.

Au nord-est de l’église, le long de la chapelle latérale datée du XIIIe siècle, le premier sondage a mis en évidence 18 sépultures, ces vestiges apparaissant à environ 0,6 m sous le niveau de circulation actuel. Plusieurs de ces inhumations ont pu être fouillées lors de l’intervention, pour un total de 6 individus prélevés pour être étudiés en laboratoire (figures 1 & 2). Les caractéristiques des tombes, notamment la présence de coffrages en pierre, parfois complétés par une pierre de signalisation au niveau de la tête, l’âge des inhumés (individus jeunes), leur localisation le long du mur gouttereau et les premières comparaisons avec des sites similaires géographiquement proches (église de Thaon, Saint-Ursin à Courseulles-sur-Mer), semblent indiquer une datation autour des XIe-XIIe siècles. La densité des sépultures apparaît forte notamment aux abords immédiats du mur de la chapelle, dont les fondations ont par ailleurs été partiellement mises au jour.

Sondage 1, sépulture 1.016 en cours de fouille

Fig. 1 : Sondage 1, sépulture 1.016 en cours de fouille (cl. : B. Tixier, Éveha)

 
Sondage 1, sépulture 1.016 en cours de fouille, après démontage du premier individu

Fig. 2 : Sondage 1, sépulture 1.016 en cours de fouille, après démontage du premier individu (cl. T. Buquet, Craham)

Le deuxième sondage, au sud-ouest de l’église, a également mis en évidence des sépultures. Plus d’une dizaine d’inhumations, complétées par de nombreux ossements épars, ont ainsi été repérées (figure 3). Dans ce secteur, les vestiges apparaissent plus récents, datant probablement de l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), voire de l’époque contemporaine (XIXe siècle). Parmi ces inhumations, nous trouvons aussi bien de jeunes individus que des adultes. Contrairement au premier sondage, les coffrages en pierres sont absents. Un imposant sarcophage maçonné, dont les dalles de couverture sont encore présentes, a cependant été mis au jour.

Sondage 2, secteur nord-ouest en cours de fouille (cl. T. Buquet, Craham)

Sondage 2, secteur nord-ouest en cours de fouille (cl. T. Buquet, Craham)

Ainsi, à l’issue de ces sondages, et alors que l’étude en laboratoire est en cours, plusieurs réponses ont d’ores et déjà pu être apportées à certaines des questions posées : la présence de sépultures est effective de part et d’autre de l’église, avec des inhumations a priori, pour les secteurs ouverts, plutôt de la période médiévale au nord-est et de l’époque moderne au sud-ouest. La bonne conservation osseuse des inhumés et la représentation de toutes les classes d’âge et des deux sexes semblent pouvoir être affirmées à partir de la trentaine de tombes découvertes. Par ailleurs, plusieurs niveaux d’inhumation sont conservés avec des pratiques funéraires et des modes d’inhumations différents selon les espaces sépulcraux. De plus, ces premiers sondages ont permis de mieux percevoir l’extension du cimetière au Moyen Âge et de reconnaître partiellement les fondations de la chapelle latérale au nord.

Perspectives

Inscrite dans la programmation scientifique du Craham pour le quinquennal à venir (2022-2026), la fouille de ce site devrait normalement se poursuivre en 2022 avec une demande de fouille annuelle (4 semaines prévues) qui se concentrera sur le secteur sud-ouest (sépultures d’époque moderne), avec toujours une équipe de quatre encadrants complétée par une douzaine d’étudiants. L’idée est également d’organiser un chantier-école de l’Université de Caen-Normandie. En parallèle, une étude approfondie des documents d’archives, en premier lieu des registres paroissiaux est prévue. Pour les années suivantes, une fouille pluri-annuelle sera demandée (2023-2025).

Benjamin Tixier, avec la collaboration de Cécile Chapelain de Seréville-Niel, Julia Pacory et Vanessa Brunet.

Comment citer cet article : Benjamin Tixier, « Projet de recherche sur l’ancien cimetière paroissial de Lion-sur-Mer (Calvados) », dans Les Échos du Craham, 14/12/2021, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/3287, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search