Artisanat et industrie du feu à Barbery

L’opération programmée en 2021 à Barbery (Calvados) a consisté à la fois en la poursuite de la fouille des tuileries, débutée en 2015, et en celle de bas fourneaux de l’âge du fer dont la mise au jour avait constitué une surprise en 2020. L’intérêt de cette dernière découverte a suscité l’association cette année du Service archéologie du Département du Calvados à l’« ancienne équipe » de membres du Centre Michel de Boüard et d’Archeodunum ; la fouille, menée grâce au soutien du ministère de la Culture, du Département du Calvados, de la mairie de Barbery, du Craham, de la société Archeodunum SAS et des propriétaires du terrain, a ainsi pu réunir d’enthousiastes bénévoles du 30 août au 1er octobre 2020.

La fouille des bas fourneaux de l’âge du fer avait pour but d’évaluer le plus finement possible la densité et l’état de conservation des vestiges de production du fer. Une cinquantaine de fosses à scories piégées ont pu être dégagées sur une surface de 250 m2. Ces fosses et les scories qui les comblent sont autant de vestiges de bas fourneaux à usage unique (fig. 1).

Fig. 1 : Plan général des vestiges. DAO, J. Lautridou, Cl. Pierre Rohée.

Fig. 1 : Plan général des vestiges. DAO, J. Lautridou, Cl. Pierre Rohée.

Cette concentration remarquable permet des observations sur les diamètres des scories : la répétition de certains modules pourrait indiquer la réutilisation d’éléments de la cheminée. Des prélèvements ont été effectués sur des fragments effondrés de la paroi qui en constituent les vestiges de manière à identifier la nature de l’argile utilisée. Deux scories entières ont également été prélevées pour étude en laboratoire. Des études ultérieures permettront d’identifier le minerai réduit et d’estimer ainsi la quantité de fer produite sur le site. Des prélèvements de charbons pourront quant à eux se prêter à la fois à des études anthracologiques et à de nouvelles mesures 14 C.

Fig. 2 : Vue de la partie centrale de l’amas de scories piégées.

Fig. 2 : Vue de la partie centrale de l’amas de scories piégées.

De très petits et peu nombreux tessons de céramique gauloise constituent l’essentiel du mobilier non ferreux récolté : ils indiquent certainement que ce site a été fréquenté sur une courte durée. L’organisation très ramassée des fosses et les faibles recoupements malgré cette densité (fig. 2) tendent à démontrer que l’emplacement de chaque bas fourneau était connu et visible durant l’occupation du site. Ce faisceau d’indices est concordant pour envisager une activité bien circonscrite dans le temps, ce que devraient corroborer les futures analyses et datations au radiocarbone.

Bien plus tard (au Moyen Âge ou à l’époque moderne), plusieurs maçonneries légères sont venues traverser le secteur : leur état d’arasement ne permet pas d’identifier clairement leur fonction, liée peut-être au drainage, ou à des divisions parcellaires.

L’occupation médiévale et moderne apparaît en effet, d’une campagne à l’autre, toujours plus dense, et presque exclusivement tournée vers la production tuilière. La campagne 2021 avait deux objectifs : terminer la fouille d’une structure de combustion dont l’étude, commencée en 2019, s’était avérée particulièrement complexe du fait de la superposition de deux fours aux dimensions légèrement différentes (four A3) ; et en fouiller une autre, A6, qui n’avait jusqu’à présent fait l’objet d’aucune investigation. Ces deux structures A3 et A6 encadrent les fours A4 et A5 qui avaient été fouillés en 2017. L’un des objectifs était de dater ces structures très proches les unes des autres (fig. 3) de manière à déterminer si elles se sont succédé les unes aux autres ou si elles ont fonctionné en même temps.

Fig. 3 : Montage photographique de différentes vues zénithales des fouilles de 2017 et 2021, à l’échelle. De gauche à droite : les fours A6 (fouille 2021), A4 et A5 (2017) et A3 (2019 et 2021). Cl. Pierre Rohée et Arpanum.

Fig. 3 : Montage photographique de différentes vues zénithales des fouilles de 2017 et 2021, à l’échelle. De gauche à droite : les fours A6 (fouille 2021), A4 et A5 (2017) et A3 (2019 et 2021). Cl. Pierre Rohée et Arpanum.

Les constantes sont aussi riches d’informations que les variations entre ces différentes structures. Si l’orientation des fours est ainsi toujours la même, si leurs dimensions paraissent grossièrement comparables (A5 excepté), il semble bien que l’on observe un encaissement moindre dans le sol naturel au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. A6 s’est en effet avéré lui aussi constitué de deux fours superposés, le four le plus récent (qui a cette fois gardé les mêmes dimensions que son prédécesseur) ayant été là encore construit quelques dizaines de centimètres au-dessus du four plus ancien. Différentes études sont en cours pour tenter de déterminer la datation de chacun, ce qui permettrait d’aborder la question cruciale de la durée de fonctionnement d’un four.

La poursuite de la fouille du four A3 s’est également consacrée à cette question qui peut aussi être abordée par le biais de l’observation du bâti. De très nombreuses et très lourdes reprises en tuiles et briques ont été observées sur les maçonneries qui n’avaient pu être documentées au cours de la précédente campagne.

La fouille 2021 a encore permis, davantage que les précédentes opérations, de récolter un intéressant mobilier : outre une monnaie de Louis XIV et les traditionnelles terres cuites architecturales qui permettent de construire progressivement une proposition de typochronologie, des objets parfois déroutants (fig. 4), qui éclairent à la fois sur la variété des utilisations possibles de l’argile de Barbery et sur les distractions des artisans.

Fig. 4 : Sélection du mobilier mis au jour aux tuileries de Barbery en 2021 : une tuile gravée, une jambe de figurine, une bille, une tête de figurine, une anse (?) et un morceau de cercle décoré, en argile de Barbery. Cl. Mathilde Leclerc.

Fig. 4 : Sélection du mobilier mis au jour aux tuileries de Barbery en 2021 : une tuile gravée, une jambe de figurine, une bille, une tête de figurine, une anse (?) et un morceau de cercle décoré, en argile de Barbery. Cl. Mathilde Leclerc.

Pour citer cet article : Craham, « Artisanat et industrie du feu à Barbery », dans Les Échos du Craham, 07/12/2021, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/3270, ISSN : 2552-3139.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search