Bilan du Colloque Transmission des savoirs sur les poissons et les animaux aquatiques, textes et images (Antiquité, Moyen Âge, XVIe siècle)

Le colloque international, co-organisé par le programme ICHTYA du Craham et par le GDRI Zoomathia, s’est déroulé à la MRSH de Caen, université de Caen Normandie, du 4 au 6 novembre 2021. Il a rassemblé 15 intervenants, originaires de 10 pays (France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, États-Unis, Russie, Italie, Belgique et Grèce), en présentiel et en distanciel. L’audience était constituée de chercheurs et de doctorants de Caen, mais aussi venus d’autres universités. Le colloque a accueilli au total 30 personnes en présentiel et 20 autres en ligne.

Le projet de départ de cette rencontre scientifique originale avait pour ambition d’étudier les savoirs depuis l’Antiquité sur la faune aquatique, les poissons, mammifères marins, mollusques, etc., à la fois à travers la transmission des œuvres et des textes, mais aussi à travers les représentations figurées. Le colloque constituait la conférence annuelle du GDRI Zoomathia, habituellement consacré à l’histoire des savoirs zoologiques entre Antiquité et Moyen Âge. Cette année, le colloque s’est ouvert pour la première fois aux chercheurs travaillant sur le XVIe siècle, période marquant un grand renouveau de l’histoire naturelle en général, et des savoirs ichtyologiques en particulier. Cette ouverture sur la Renaissance a été extrêmement féconde pour notamment évaluer la transmission des auteurs grecs, Aristote en premier lieu, mais aussi Oppien de Cilicie, Élien, et quelques autres. Au-delà de cette limite temporelle, elle a également permis d’aborder l’utilisation de zoonymes et ichtyonymes latins, issus des textes antiques ou créés par les auteurs du XVIe siècle, dans les taxonomies modernes binominales crées par Linné et ses suiveurs au XVIIIe siècle – par exemple dans la communication de Grigory Vorobyev, consacrée à la traduction latine de l’Histoire des animaux d’Aristote par Theodore Gaza.

Le colloque a été structuré principalement de façon chronologique, en 4 sessions : 1) Savoirs antiques ; 2) Textes (bestiaires et encyclopédies) et images du Moyen Âge ; 3) Transmission des savoirs antiques à Byzance et à la Renaissance ; 4) Littérature et iconographie de la Renaissance.

Une très riche conférence inaugurale d’Annetta Alexandridis a abordé les relations entre les représentations de la faune aquatique (avec notamment l’utilisation de matières animales pour fabriquer des objets évoquant les mondes marins) et l’utilisation du verre dans les mosaïques et dans les objets sculptés pour représenter la transparence de l’eau ou celle des yeux des poissons.

La session « Antiquité » a présenté les savoirs de divers auteurs, principalement grecs, sur les espèces marines : l’influence de la poésie hexamétrique (Homère, Hésiode, Empédocle) sur les Halieutiques d’Oppien (Emily Kneebone) ; les savoirs médicinaux tirés des poissons chez Élien (Dimitrios Papadopoulos) ; la figure mythique de la femme-poisson dans la Méditerranée archaïque (Christian Mazet) et la très énigmatique – encore aujourd’hui – reproduction des anguilles selon les Grecs et les Latins (Alessandra Scaccuto). Les différents états larvaires de cet animal ont pu évoquer chez les Anciens plusieurs espèces ; la reproduction, avec ou sans accouplement à la façon des serpents, a suscité de nombreuses explications par génération spontanée ou à la façon des végétaux.

Communication d'E.Kneebone pendant le colloque Ichtya-Zoomathia

Communication d’Emily Kneebone pendant le colloque Ichtya-Zoomathia
photo Th. Buquet, Craham

La session consacrée aux bestiaires et encyclopédies médiévales a, pour commencer, abordé le problème du classement des animaux à l’intérieur des encyclopédies médiévales ; derrière l’apparence d’un classement approximativement alphabétique, déjà novateur, se cachent en fait d’autres regroupements de natures diverses (Cécile Rochelois). La question des rapports entre texte et image a été au cœur des communications de Jacqueline Leclercq et de Brigitte Gauvin. Comment illustrer un animal inconnu, souvent mal décrit dans les textes, aux contours flous et aux comportements merveilleux ? C’est notamment le cas de la Serra, à la fois poisson ailé et poisson-scie, fruit de traditions textuelles parallèles et contradictoires dans les bestiaires et les encyclopédies, amenant la création d’une riche iconographie, parfois très disparate (J. Leclercq). L’étude des particularités des poissons et des monstres dans les images ont permis à Brigitte Gauvin de mieux comprendre l’influence d’un programme iconographique spécifique sur la décoration d’une famille de manuscrits latins du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré, principalement diffusée en Europe centrale à la fin du Moyen Âge.

Communication de Jacqueline Leclercq pendant le colloque Ichty-Zoomathia, novembre 2021

Communication de Jacqueline Leclercq pendant le colloque Ichtya-Zoomathia, novembre 2021
Photo Th. Buquet Craham

La session suivante a été consacrée à la transmission des savoirs antiques, notamment aristotéliciens, à l’époque byzantine et au XVIe siècle. Przemysław Marciniak a évoqué la connaissance des poulpes à Byzance, à la fois par la lecture des Anciens (Aristote, Oppien, Basile de Césarée, Timothée de Gaza, etc.) et dans les textes grecs médiévaux (Manuel Philès, Theodore Prodromos, Glykas, Tzetzes, etc.). Les deux autres communications ont étudié la transmission des savoirs antiques au XVIe siècle. Nous avons déjà mentionné la communication de G. Vorobyev consacrée au lexique ichtyologique de Theodore Gaza, traducteur d’Aristote. Morgane Cariou a quant à elle consacré son exposé à une espèce au statut incertain chez les auteurs antiques et médiévaux, entre animal et végétal, l’éponge. M. Cariou a étudié ce statut, parfois considéré comme intermédiaire dans « l’échelle des êtres dans la nature » (gradus naturae) dans la riche littérature ichtyologique du XVIe siècle (Belon, Rondelet, Salviani, Gessner, Olaus Magnus, etc.).

« Éponge », Manuel Philès, De proprietate animalium (XIVe s.), Paris, BnF, gr. 2737, f. 101r (ms. copié en 1554) cf. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b60005220/f211.item

La dernière session était consacrée plus spécifiquement à la Renaissance : l’occasion d’évaluer l’influence des savoirs ichtyologiques anciens et du XVIe siècle sur la littérature et l’iconographie. Chiara Cacciola a présenté ses recherches sur un recueil poétique de Christofle de Gamon (1574-1622), Les Pescheries, daté de 1599. C. Cacciola a notamment démontré les influences directes de Rondelet, Pline, Dioscoride et d’autres dans cette « encyclopédie en vers ». Anne-Valérie Dulac a présenté un album d’aquarelles réalisé en Virginie vers 1585 par le dessinateur John White. L’exposé a montré les aspects techniques de ces dessins, donnant à la fois un rendu très esthétique et d’une qualité de représentation naturaliste assez exceptionnelle. Enfin, Paul J. Smith a traité la question de l’influence des savoirs ichtyologiques du XVIe siècle dans les livres d’emblèmes contemporains, dont Alciat fut l’initiateur. Les livres d’histoire naturelle ont apporté des savoirs textuels, mais aussi un vaste répertoire d’images gravées, comme les Icones de Conrad Gessner, Nomenclator aquatilium animantium (1560), qui ont eu une grande influence.

Les débats qui ont suivi ces communications ont été très riches, notamment dans les échanges d’informations entre spécialistes d’époques et de langues différentes. La figure tutélaire de Conrad Gesner est souvent revenue dans ces échanges : ses compilations quasi exhaustives de la littérature du passé et le très grand rayonnement de ses ouvrages et des images les illustrant, ont été régulièrement mis en valeur. Les actes du colloque seront publiés dans un numéro thématique de la revue en ligne RursuSpicae fin 2022 – début 2023, en accès libre sur Openedition.org.

De gauche à droite : Pierre Ageron, Annetta Alexandridis (assise), Isabelle Draelants, Mme Smith, Jacqueline Leclercq, Emily Keebone, Brigitte Gauvin, Chiara Cacciola, Paul J. Smith, Arnaud Zucker.
Photo : Th. Buquet, Craham

Enfin, le colloque s’est terminé par une visite dans le centre-ville de Caen, animée par Pierre Ageron, maître de conférences à l’université de Caen Normandie et guide conférencier. Cette visite a permis d’évoquer l’histoire de l’urbanisme de la ville, la création de son université au XVe siècle et d’admirer le décor sculpté animalier du Moyen Âge et de la Renaissance présent sur les bâtiments et dans les églises de Caen. Lors de la visite de l’Hôtel d’Escoville, siège historique de l’Académie de Caen, nous avons évoqué un savant caennais du XVIIe siècle dont P. Ageron est un grand spécialiste, Samuel Bochart, auteur d’un célèbre traité sur les animaux mentionnés dans la Bible, le Hierozoicon (éd. princeps Londres 1663).

Visite de l’Hôtel d’Escoville (XVIe s.) par Pierre Ageron
Photo Th. Buquet, Craham

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.