Zoom sur les travaux d’un doctorant : Maxime Delliaux

Maxime Delliaux prépare une thèse sous la direction d’Alban Gautier, intitulée Le bestiaire dans les mondes nordiques médiévaux (IXe-XIVe siècles), pour laquelle il a obtenu une allocation régionale.

Après l’obtention de ma licence en 2013, j’ai suivi une formation en recherche en histoire littorale sous la direction d’Alban Gautier à l’ULCO (Université du Littoral Côte d’Opale) de Boulogne-sur-Mer. Ma maîtrise (2014) était au croisement de l’histoire nordique et de l’histoire des animaux. Mon objet d’étude concernait au départ le morse et son ivoire au Moyen Âge mais a été étendu aux mammifères amphibies, avec une sélection définitive de quatre animaux : le morse, le phoque, la loutre et le castor. Ce travail de maîtrise m’a notamment permis de me familiariser avec les textes littéraires et normatifs norrois tels que les sagas et les codes de lois. Certains des résultats de mon enquête ont fait l’objet de publications dans la revue Anthropozoologica (vol. 51/2 en 2016 et vol. 53/2 en 2018). J’ai poursuivi ma formation avec un Master (2015), en me focalisant sur les œuvres de l’humaniste suédois du XVIe siècle Olof Månsson, plus connu sous la forme latinisée Olaus Magnus. Cette seconde année de recherche a été l’occasion de consolider mes compétences en latin et d’élargir mes réflexions aux concepts de nordicité et de septentrionalité. De plus, elle s’inscrivait dans le contexte du séminaire « Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux » (2015-2017) organisé par les laboratoires HLLI de l’Université du Littoral Côte d’Opale, IRHiS de l’Université de Lille et SociAAM de l’Université libre de Bruxelles.

À la suite du master recherche, je me suis orienté vers le CAPES d’histoire-géographie, que j’ai obtenu en 2016. Parallèlement à ce concours, j’ai obtenu une maîtrise MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation du 2nd degré) et un DU EEF (enseignement, éducation, formation) au sein de la ComUE Lille Nord de France en 2016 et 2017. J’ai enseigné l’histoire-géographie pendant cinq années dans un lycée puis un collège du Pas-de-Calais. À l’issue de ces cinq années, j’ai reçu une allocation régionale de trois années (2021-2024) pour effectuer mes recherches au sein du Centre Michel de Boüard-Craham.

Recherche doctorale

Dans le cadre de ma thèse, mes recherches portent sur le bestiaire dans les mondes nordiques médiévaux, entre le IXe et le XIVe siècle, c’est-à-dire du phénomène viking – qui débute plus exactement à la fin du VIIIe siècle – à la fin de la période de mise par écrit de l’essentiel des textes ayant trait à cette période. Le terme « bestiaire » n’est pas à appréhender comme un « livre des bêtes » mais comme un ensemble d’interactions entre l’humain et l’animal, d’une part, et d’exploitations du second par le premier, d’autre part, à quoi il est nécessaire d’ajouter les connaissances des bêtes par les humains, avec les éventuels fantasmes que cela sous-tend.

L’histoire des animaux n’est pas nouvelle. Cette historiographie nous ramène dans les années 1980, notamment avec le livre de Robert Delort, judicieusement intitulé Les animaux ont une histoire. C’est donc une histoire enracinée et qui se perpétue, comme l’ont montré les rencontres interdisciplinaires et internationales Les animaux… l’histoire continue des 28-29 novembre 2019, organisées par le laboratoire Calhiste (actuel DeScripto) en hommage à Robert Delort.

Le bestiaire dans les mondes nordiques du IXe au XIVe siècle s’inscrit dans ce courant historiographique. Un tel travail ne peut bien entendu par prétendre à l’exhaustivité. Pour cette raison, il est nécessaire de sélectionner quelques animaux afin qu’ils servent de modèles, tout en tenant compte des catégories zoologiques médiévales que sont les animaux terrestres, aériens et aquatiques. Partant de là, le choix a été fait de concentrer l’étude sur les ovins-caprins et les laridés.

D’abord, les ovins – mouflon, bélier, mouton, brebis, agneau, agnelle – et les caprins – bouquetin, bouc, chèvre, chevreau, chevrette – sont considérés ensemble en raison de la distinction parfois difficile entre les os de ces deux genres de la famille de bovidés (cf. A. Ritchie, Viking Scotland, p. 36). Le choix de ces animaux terrestres majoritairement domestiques – à l’exception du mouflon et du bouquetin – illustre par ailleurs le paysage agricole des mondes nordiques entre le IXe et le XIVe siècle. La laine est en effet une ressource à la base du phénomène viking puisqu’elle est nécessaire pour fabriquer les voiles carrées des navires de guerre (lǫngskip) et de commerce (knerrir). C’est ainsi que dans son récent ouvrage The Children of Ash and Elm: A History of the Vikings, N. Price qualifie la période viking de « Golden Age of the sheep farmer ».

Ensuite, le choix des laridés – mouettes et goélands – a d’abord été fait dans la perspective de la poésie scaldique. Ces oiseaux y occupent une place non négligeable, bien que non centrale, cachés derrières divers zoonymes comme már, mávr ou skári. À travers des constructions complexes mêlant allitérations et périphrases (appelées kenningar en norrois), ils peuvent avoir diverses significations. Le champ lexical de la mouette (mávangr) renvoie à la mer ou l’océan ; la mouette du corps (náskári) désigne un charognard qui se repaît de cadavres sur le champ de bataille. Le cheval blanc du sentier des mouettes (hvítum hestr rastar máva) est une kenning plus complexe composée de deux métaphores : le cheval blanc est un navire et le sentier des mouettes est la mer ou l’océan. In fine, le cheval blanc du sentier des mouettes est donc un navire sur la mer ou l’océan. À côté de ces préoccupations poétiques, les données archéozoologiques témoignent de pratiques cynégétiques et d’exploitation d’oiseaux tels que le pingouin et le macareux moine. À l’orée de ce travail de doctorat, une interrogation persiste sur la chasse et l’exploitation des laridés.

Macareux (”Fratercula arctica”), Skomer Island, Pembrokeshire, Wales, 2021, photo Charles J. Sharp, CC-BY-SA 4.0
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Puffin_(Fratercula_arctica).jpg

En ce qui concerne les animaux aquatiques, le choix définitif reste à formuler. Les cétacés sont a priori exclus de la réflexion, non qu’ils manquent d’intérêt, mais en raison de l’importance de la tâche à accomplir. Il me semble par exemple que les cétacés dans la Konungs skuggsjá [Miroir royal], un texte norvégien du XIIIe siècle, pourraient à eux seuls offrir un ambitieux sujet de thèse. La réflexion pour le travail sur le bestiaire dans les mondes nordiques médiévaux s’orienterait plutôt vers des poissons : les requins, avec le fameux requin du Groenland, les gadidés, regroupant notamment le cabillaud, l’aiglefin et le lieu noir. Y compris parmi les poissons, certaines espèces ne sont pas retenues : c’est le cas du hareng, qui a déjà fait l’objet de nombreuses études. Enfin, les mammifères amphibies ne sont pas au cœur de l’enquête pour des raisons plus personnelles : j’ai déjà eu l’occasion de leur consacrer plusieurs travaux et, même s’il reste toujours des choses à découvrir, ma curiosité m’attire ailleurs.

Close up image of a Greenland shark taken at the floe edge of the Admiralty Inlet, Nunavut (North Canada). CC-BY-SA, Hemming1952. https://fr.wikipedia.org/wiki/Requin_du_Groenland#/media/Fichier:Greenland_shark_profile.jpg

Le travail sur le bestiaire nordique ne repose donc pas que sur des animaux typiquement nordiques comme le morse ou l’ours polaire. Il s’appuie néanmoins sur certains d’entre eux – comme le requin du Groenland – mais aussi sur des animaux qui, bien que non endémiques des hautes latitudes, ont eu une certaine importance à un moment donné et dans des circonstances particulières pour les populations nord-européennes.

Mes recherches m’amènent à travailler au sein des programmes Dyrin et Ichtya du Centre Michel de Boüard-Craham. D’un côté, Dyrin a pour but d’étudier les transmissions des savoirs zoologiques relatifs à la faune du Nord. L’investigation relative aux poissons des mers du Nord s’intègre donc dans ce programme, mais aussi celle qui concerne l’usage qui est fait d’animaux non nordiques par les populations d’Europe septentrionale – par exemple l’emploi des ovins, des caprins et des laridés dans la poésie scaldique. De l’autre côté, Ichtya est centré sur l’histoire des savoirs ichtyologiques de l’Antiquité à la Renaissance. À nouveau, le projet d’étude de spécimens de la faune aquatique nordique est en adéquation avec ce programme. Je vais notamment contribuer à l’enrichissement des bibliographies collaboratives de Dyrin et d’Ichtya sur Zotero.

Bibliographie

Clunies Ross M., Gade K. E., Nordal G., Marold E., Whaley D. & Wills T., Skaldic Poetry of the Scandinavian Middle Ages [en ligne : https://skaldic.abdn.ac.uk/db.php].

Delliaux M. & Gautier A., 2018, « Cheval ou baleine ? Les noms du morse dans les mondes septentrionaux (IXe-milieu du XVIe siècle) » Anthropozoologica 53(1), p. 175-183. https://doi.org/10.5252/anthropozoologica2018v53a15

Delliaux M., 2016, « Le morse et le phoque dans les mers du Nord au Moyen Âge : chasse, exploitation, commerce. Une approche par les textes », Anthropozoologica 51(2), p. 85-96. https://doi.org/10.5252/az2016n2a1

Delort R. 1984, Les animaux ont une histoire, Paris, Éditions du Seuil.

Price N., 2020, The Children of Ash and Elm. A History of the Vikings, London, Penguin Books.

Ritchie A., 1994, Viking Scotland, London, B.T. Batsford.

Comment citer cet article : Craham, « Zoom sur les travaux d’un doctorant : Maxime Delliaux », dans Les Échos du Craham, 05/10/2021, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/3219, consulté le 03/12/2021, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search