Elena Fiorin (univ. de Rome La Sapienza) accueillie au service d’archéoanthropologie

Elena Fiorin, chercheuse à l’université de Rome La Sapienza, a été accueillie du 13 au 24 septembre 2021 au sein du service d’archéoanthropologie du Craham dans le cadre d’un projet intitulé « Medical – Medieval Calculus » auquel Cécile Chapelain de Seréville-Niel (Craham) est également associée. Ce projet est financé par une Action Slodowska-Marie Curie (ASCM, conseil européen de la recherche) et se déroule à l’université de Rome La Sapienza. Son objectif est d’étudier le régime alimentaire et les soins médicaux prodigués aux malades vivant dans des léproseries en Europe du Nord à la fin de la période médiévale (1100-1550). Ce projet est mené sous la direction de la Pr. Emanuela Cristiani (département des sciences maxillo-faciales, université de Rome La Sapienza) et de la Pr. Charlotte Roberts (département d’archéologie, université de Durham (Royaume-Uni).

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis originaire de la Vénétie, d’une petite ville située entre Trieste et Venise. Actuellement, je suis post-doctorante à l’université de Rome La Sapienza, dans le cadre d’une bourse européenne Marie Curie de deux années. J’ai étudié l’archéologie médiévale à l’université de Padoue et mon Master a été consacré aux études bio-archéologiques, principalement l’étude des restes osseux humains. Ensuite, je suis allée à l’université de Barcelone pour suivre un doctorat en anthropologie biologique, où j’ai commencé à étudier l’analyse du tartre dentaire. Ma thèse, intitulée The necropolis of Can Reiners (7th c. AD, Mallorca, Spain): demography, health, and lifestyle, a été obtenue en 2015. En 2018, j’ai été recrutée en post-doc à l’université d’York, où j’ai étudié le tartre de populations néolithiques originaires d’Alsace. Après ce contrat, j’ai rejoint l’université de Rome La Sapienza, où j’ai rejoint un département de chirurgie maxillo-faciale, qui a obtenu un important financement européen (ERC), débouchant sur la création du laboratoire « Dante » (Laboratory of Diet and Ancient technology), au sein duquel j’ai développé le projet « Medical treatments in medieval leprosaria. Exploring healing remedies through dental calculus analysis », qui cherche à étudier les traitements thérapeutiques médiévaux de la lèpre, à partir des données dentaires de deux sites archéologiques. Il s’agit de deux cimetières de léproseries : le premier se situe en Angleterre (Saint-Leonard, Peterborough), le second en France (Saint-Thomas d’Aizier).

Elena Fiorin ajoutant du HCL sur du tartre dentaire

Elena Fiorin préparant du tartre dentaire pour des analyses microscopiques.

Revenons au début de votre vocation. Pourquoi avez-vous choisi l’archéologie ?

J’ai toujours été intéressée par l’histoire et l’archéologie depuis mon enfance. J’étais fascinée notamment par les châteaux médiévaux. Quand j’ai terminé le lycée, j’ai rejoint l’université de Padoue où il y avait un département d’archéologie. J’ai d’abord participé à des fouilles médiévales, mais dès que j’ai travaillé sur des nécropoles, j’ai été fascinée par l’archéologie funéraire. Et à cette époque (vers 2004), ce n’était pas fréquent de vouloir étudier les restes humains. Il n’était également pas courant de vouloir faire de l’archéologie médiévale ; j’ai eu de la chance de la faire à l’université de Padoue, qui est très renommée pour sa formation en histoire médiévale. J’ai d’abord travaillé en Master 1 sur des populations tardo-antiques, et en Master 2 sur des populations médiévales.

Pourquoi vous êtes-vous intéressée à l’étude du tartre dentaire ?

J’ai d’abord réalisé des analyses isotopiques, pour comprendre le régime alimentaire des populations étudiées ; mais, en 2012, de nouvelles méthodes d’analyse sont apparues et j’ai voulu explorer ce nouveau champ de recherche. Il y avait très peu de chercheurs travaillant à ce moment-là sur le tartre dentaire, bien qu’il existât des études plus anciennes, datant des années 70 et 80.

Qu’apportent ces analyses sur le tartre dentaire ?

Plusieurs types d’analyses sont possibles : ADN, microscopique, protéomique, etc. Avec la microscopie, on peut observer des restes organiques emprisonnés dans le tartre, comme de l’amidon contenu dans les céréales alimentaires ; des phytolithes (structures siliceuses contenues dans des plantes), des pollens, des moisissures et champignons, des fibres textiles et des poils animaux, etc. S’il est difficile de quantifier ces données observables, il est tout aussi difficile d’interpréter ces données : l’empreinte de ces matières dans le tartre suit un processus aléatoire, qui ne peut donc être une « photographie » de l’alimentation d’un individu donné.

Tartre dentaire, sur un squelette de Saint-Thomas d’Aizier

Tartre dentaire, sur un squelette (datation XIVe-XVIe s.) de la léproserie de Saint-Thomas d’Aizier.

C’est pourquoi il est intéressant de travailler sur les données de squelettes issus de léproseries : cette maladie suit un lent processus, avec des pathologies longues. Il est alors intéressant d’identifier dans le tartre des substances médicinales végétales ; de plus, les populations vivant dans les léproseries restent longtemps au même endroit, dans un lieu clos. On repère parfois des éléments inédits, que l’on ne retrouve pas en contexte archéologique : par exemple, du lapis-lazuli, colorant minéral de couleur bleue, a été retrouvé dans le tartre d’une femme, en contexte monastique allemand, sur un squelette datable des XIe-XIIe siècles (Radini et al. 2019). J’ai, pour ma part, trouvé des traces de fougère, compatible avec l’espèce Asplenium trichomanes, qui était utilisée depuis l’Antiquité comme matière médicinale pour notamment traiter certains problèmes digestifs, les calculs rénaux ou l’alopécie (Fiorin, Saez et Malgosa, 2018).

Collection de référence de plantes médicinales utilisées contre la lèpre

Collection de référence de plantes médicinales utilisées contre la lèpre, d’après les textes médiévaux, préparée en collaboration avec l’Orto botanico de Rome.

L’un des objectifs à venir est de rechercher dans le tartre des traces de minéraux et métaux lourds, tels l’arsenic, le mercure, l’or, ou le plomb, qui ont possiblement été utilisés pour lutter contre la lèpre et ses effets secondaires (problèmes de peau, de vue, déformations rhino-maxillo-faciales, etc.). Ces analyses ACP se font actuellement dans le domaine médical sur le tartre, mais pas encore en archéologie. C’est une recherche difficile, car la trace de ce type de métaux n’est pas uniquement liée à l’alimentation mais également à l’environnement.

À quoi servent les analyses ADN sur le tartre ?

Les analyses ADN permettent de retrouver des agents pathogènes, des bactéries, notamment celle provoquant la lèpre. De récentes découvertes ont été faites en Scandinavie, démontrant la présence du génome de Mycobacterium leprae dans le tartre d’un individu du XVIe siècle trouvé à Trondheim en Norvège (Fotakis et al. 2020). On peut utiliser également et croiser des analyses protéomiques pour retrouver des bactéries, mais aussi des plantes, des aliments… Il s’agit d’études encore pionnières concernant les périodes historiques, car la plupart des recherches sont aujourd’hui faites dans ce domaine sur des populations préhistoriques. Tout est encore à faire pour la période médiévale.

Il faut prendre beaucoup de précautions dans ces prélèvements, les analyses étant destructrices. Je veille à laisser suffisamment de matériel, en faisant un échantillonnage très ciblé sur certaines dents, à la fois dans un souci de conservation patrimoniale des collections et pour permettre de nouvelles études postérieures.

Etude et description du tartre dentaire

Étude et description du tartre dentaire

Dernière question plus personnelle : quels sont vos hobbies ?

J’aime voyager, principalement dans les pays méditerranéens (Espagne, Portugal, Grèce, France, etc.). J’ai également fait un long voyage aux États-Unis, à l’occasion d’un séjour d’étude au Smithonian Institute à Washington, où j’ai traversé plusieurs États : Virginie, Maryland, Caroline du Sud… J’ai aussi voyagé au Mexique et j’aime les plages paradisiaques ! Mes prochains voyages professionnels vont m’amener en Angleterre (Durham university) et en Belgique (Bruxelles).

J’aime aussi faire de la tapisserie et je possède un métier à tisser chez moi ! Bien qu’il s’agisse d’une broderie, j’ai été fascinée par la tapisserie de Bayeux, que j’ai pu visiter pendant mon séjour en Normandie.

Interview réalisée par Thierry Buquet et Cécile Niel le 21 septembre 2021.

Bibliographie

Fiorin E., Saez L., Malgos A., « Ferns as healing plants in medieval Mallorca, Spain? Evidence from human dental calculus », International Journal of Osteoarchaeology, 29/1, 2019, p. 82-90, https://doi.org/10.1002/oa.2718

Fotakis A. et al., « Multi-omic detection of Mycobacterium leprae in archaeological human dental calculus », Philosophical Transactions of the Royal Society B, 375, 20190584, https://doi.org/10.1098/rstb.2019.0584

Radini A. et al., « Medieval women’s early involvement in manuscript production suggested by lapis lazuli identification in dental calculus », Science Advances, 2019, 5/1, https://doi.org/10.1126/sciadv.aau7126

Liens web

Comment citer cet article : Craham, « Elena Fiorin (univ. de Rome La Sapienza) accueillie au service d’archéoanthropologie », dans Les Échos du Craham, 24/09/2021, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/3191, consulté le 03/12/2021, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search