Les cercueils en plomb des comtes de Flers (début XVIIIe s.). Pratique de l’embaumement et funérailles élitaires à l’époque moderne

Présentation de la conférence du 19 juin 2021, 15 h, donnée à Flers (61100), au Centre Madeleine-Louaintier, 3, square Delaunay dans le cadre des Journées nationales de l’archéologie. 

Vue de détail du cœur en plomb posé sur l’un des sarcophages. La présence de cette relique signe en général une pratique d’embaumement, un rituel funéraire réservé aux élites (cl. Hervé Paitier, Inrap).

Lors de la fouille préventive du cimetière et de l’église paroissiale Saint-Germain de Flers (Orne) menée en 2014 par l’Inrap, deux cercueils en plomb avaient été découverts dans deux caveaux seigneuriaux situés dans le chœur de l’édifice (voir Les Échos du Craham, 30 juin 2015). Un échantillon de 270 individus inhumés dans l’église et le cimetière ainsi que les fondations du lieu de culte ont également été étudiés. En 2015, les deux sépultures en cercueils de plomb ont bénéficié d’une fouille en laboratoire et d’une étude documentaire en association avec le service d’archéo-anthropologie du Craham à l’Université de Caen Normandie. Depuis 2019, l’étude s’est poursuivie dans le cadre d’un projet collectif de recherche (PCR) qui s’achève en 2021.

Le travail d’identification historique nécessaire pour caractériser les individus inhumés dans les cercueils de plomb et les situer dans la sphère sociale s’est fondé, en premier lieu, sur les résultats de l’étude archéo-anthropologique et sur les analyses de l’ADN des défunts. La conservation des nombreuses archives liées à la famille comtale de Flers (chartrier du château de Flers et archives notariales conservées aux Archives nationales) a permis de présenter plusieurs hypothèses sur leur identité. Patrons de l’église Saint-Germain, les comtes de Flers ont, en effet, droit de sépulture dans le chœur. Une partie des funérailles des deux comtes de Flers, décédés en 1722 et 1737, a ainsi pu être restituée tant les données recueillies étaient riches, qu’elles soient archéologiques (embaumement des deux individus avec des matières particulièrement bien conservées) ou archivistiques. Le projet collectif de recherche s’est alors attaché à élargir le champ de l’étude documentaire aux funérailles d’une dizaine des membres de la famille comtale appartenant à la noblesse seconde provinciale ancrée dans la cour versaillaise. Des comparaisons au regard de la place de chaque individu dans la lignée comtale entre le milieu du XVIIe et la première moitié du XVIIIe siècle ont ainsi pu être établies. Dépassant la simple étude de cas, la recherche menée s’inscrit dans une problématique élargie aux funérailles élitaires en Europe à l’époque moderne.

Lors de la première année du PCR, l’analyse des gestes liés à la préparation du corps pour l’embaumement a été réalisée par l’étude macroscopique et micro-tracéologique des crânes montrant des traces de sciage. Ces analyses ont été effectuées en collaboration avec le laboratoire de l’IRCGN (Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale) à Pontoise. La chaîne opératoire scientifique de la fouille du cardiotaphe posé sur le cercueil de la sépulture 4018 a également été formalisée.

 

Par ailleurs, une analyse métallographique des matériaux employés pour fabriquer les cercueils de plomb va prochainement être menée avec les spécialistes du laboratoire Arc’Antique (à l’aide d’analyses de spectrométrie par fluorescence X et d’observations au microscope électronique à balayage couplé à un spectromètre à dispersion d’énergie). Elle pourra ainsi compléter la première étude technique de montage des cercueils et du cardiotaphe avec l’objectif d’obtenir des indications sur la nature des matériaux utilisés et la technique de construction et d’assemblage des différentes pièces de ces contenants. Ces observations seront complétées par une comparaison avec les descriptions et les recettes d’embaumement données dans les traités et les encyclopédies du XVIIIe siècle.

Fig. 1 : Ouverture du cardiotaphe SP 4018 (H. Dupont ; Inrap-Craham).

L’ouverture du cardiotaphe et l’autopsie du cœur se sont déroulées en octobre 2020 au laboratoire d’anatomie et de pathologie du Pôle santé de l’université de Caen (voir article sur le site web de l’Inrap). Les analyses envisagées en 2019 ont donné lieu à des prélèvements sur un cœur exceptionnellement bien conservé (analyses polliniques, carpologiques, chimiques, textiles et ADN). Quelques résultats préliminaires issus des analyses histologique, archéologique et génétique ont d’ores et déjà donné quelques informations complémentaires sur le processus d’embaumement de l’organe conservé dans le cardiotaphe (gestes du chirurgien et matériaux utilisés) ou sur l’identité du défunt dont le cœur a ainsi été préservé. Si l’étude documentaire menée jusqu’à présent à partir des archives comtales avait permis de lister les éventuels « propriétaires » du cœur contenu dans le cardiotaphe, les résultats ADN indiquent que cet organe appartient bien au sujet inhumé dans le cercueil 4018. Les observations macroscopiques effectuées lors de l’autopsie et l’image en 3D du cœur obtenue par acquisition tomodensitométrique via la plateforme d’imagerie médicale CYCERON ont également complété nos connaissances sur les techniques employées pour procéder à cet embaumement.

Fig. 2 : Rendus tridimensionnels de l’acquisition tomodensitométrique (scanner) du cœur SP 4018 (CYCERON).

En parallèle des analyses spécialisées en bioarchéologie, une étude documentaire des différentes étapes des funérailles prévalant pour les deux sépultures 4018 et 4019 de Flers a été menée en 2020-2021 avec l’établissement d’une base de données répertoriant la petite centaine de cas de bi-partition et d’inhumations séparées du corps et des organes recensés dans les sources textuelles d’époque moderne. L’objectif est d’obtenir un panel représentatif de la pratique de l’embaumement dans l’élite noble européenne. À l’aide d’un traitement statistique, les données d’âge, de sexe, de statut social, de place dans la lignée familiale, etc., sont recherchées pour tenter de différencier ou de caractériser le choix (ou le non-choix) du traitement du corps post mortem (par démembrement et funérailles multiples et/ou embaumement complet du corps).

Fig. 3 : Autopsie du cœur embaumé (H. Dupont ; Inrap-Craham).

En outre, les différentes étapes des funérailles de plusieurs des membres de la famille comtale aux XVIIe et XVIIIe siècles, période à laquelle les sources textuelles sont les plus abondantes, ont pu être identifiées dans les documents archivistiques et un inventaire le plus exhaustif possible a été dressé pour permettre de compléter les données de 2014. L’identification des divers lieux possibles d’élection de sépultures des comtes et comtesses de Flers a également été recherchée. L’examen des sources textuelles a enfin été élargi à une partie des membres de cette famille afin de comprendre pourquoi l’église paroissiale Saint-Germain de Flers a été choisie de manière privilégiée pour les inhumations comtales. Un état des lieux des patronages d’églises paroissiales par les comtes de Flers et l’identification de deux chapelles castrales, potentiels sanctuaires funéraires, permettent d’en comprendre les raisons.

Coordination : Hélène Dupont (Inrap-Craham) et Cécile Chapelain de Seréville-Niel (CNRS-Craham).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search