Jeanne Maucourt, stagiaire au service d’archéométrie-céramologie

 

Jeanne Maucourt (portrait)

Jeanne Maucourt

Jeanne Maucourt, stagiaire au Craham au service d’archéométrie-céramologie depuis le 3 mai 2021, est une étudiante en troisième année de licence en Sciences Physiques et Chimiques, spécialité Chimie des médicaments à l’université d’Angers. Ce stage de 5 semaines était une opportunité pour elle de pouvoir allier sa passion de la chimie à l’histoire des arts. Dans sa poursuite d’étude, elle envisage un master en archéométrie à Bordeaux ou bien dans les matériaux minéraux à Poitiers. Elle est encadrée et guidée lors de ce stage en analyse chimique de céramiques archéologiques par Anne Bocquet-Lienard et Marie-Paule Bataillé.

Jeanne a pu effectuer tout le protocole d’analyse du broyage des échantillons jusqu’à l’analyse au spectromètre d’émission atomique à plasma à couplage inductif en passant par la mise en solution par voie humide. Elle a d’ailleurs utilisé la nouvelle fusionneuse/perleuse acquise en début d’année grâce aux subventions exceptionnelles du CNRS.

Elle a notamment participé à l’évaluation des matériaux argileux collectés lors de prospections réalisées pour le PCR Archgéol (« Archéologie environnementale des systèmes littoraux et fluviaux, de la Mer du Nord et de la Manche » (coord. M. Meurisse-Fort) ou encore à l’analyse d’éléments d’un épi de faîtage en céramique du Musée de Picardie à Amiens. Ces analyses font suite à la demande d’une étudiante de Master de l’Institut national du patrimoine, Louise Vuillermoz, afin d’enrichir son mémoire (spécialité Arts du feu – Céramique, verre, émail : étude technique d’un objet de musée et proposition d’un protocole pour sa restauration). Dans le cadre de l’étude technique de cet objet, l’analyse des différents éléments a été demandée pour mieux comprendre l’origine de l’œuvre et son parcours depuis sa création. La comparaison avec la base de données du Craham permettra de connaître la provenance de l’épi de faîtage et de savoir si tous les éléments qui le constituent viennent bien du même centre de production, le Pré-d’Auge.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search