Sondages sur le site des tuileries de Barbery 2020

Une très courte opération a été menée à Barbery du 25 au 28 septembre 2020, grâce au soutien du ministère de la Culture, du département du Calvados, de la mairie de Barbery, du Craham, de la société Archeodunum SAS et toujours, pour cette quatrième opération, des propriétaires du terrain (présentation des précédentes opérations : https://craham.hypotheses.org/2960). À la fouille initialement prévue sont venus se substituer de petits sondages, qui pouvaient être réalisés dans le respect des protocoles sanitaires et devaient permettre de faciliter les fouilles à venir. Il s’agissait essentiellement de caractériser des anomalies repérées en prospection géophysique, qui ne paraissaient pas être des fours, mais pouvaient être liées à l’activité tuilière.

Cette hypothèse paraît confirmée dans le cas d’un des sondages, qui a permis de découvrir un fossé peu profond, long de 15 m, qui recouvrait intégralement six fosses (au moins) de profondeurs différentes. Le comblement de ces creusements, homogène, était constitué de tuiles fines fragmentées, parfois brûlées, mélangées à de l’argile rouge. S’il semble donc qu’il s’agit là d’un dépotoir (vers le XVIIIe siècle ?), il reste difficile d’interpréter la fonction originelle de ces fosses.

Dans un autre sondage, nous avons eu la surprise de découvrir un groupe d’une vingtaine de structures circulaires dont certaines peuvent atteindre 0,70 m de diamètre, composées de scories plus ou moins agglomérées en surface. Cette découverte nous emmène loin de nos préoccupations initiales, aussi bien en matière de thématique que, semble-t-il, de datation. Les premières observations tendent en effet à interpréter ces vestiges comme ceux de bas fourneaux à scories piégées, qui pourraient être datés de l’âge du fer ; il s’agirait alors de la première découverte de ce type dans le département. La durée très limitée de l’opération a toutefois permis, en s’appuyant sur l’avis de spécialistes de ce type de structures, de fouiller l’une d’entre elles. Celle-ci a été choisie en raison de ses dimensions qui paraissaient parmi les plus modestes et de sa situation en périphérie de l’ensemble, de sorte à ne pas compromettre d’éventuelles futures opérations. Des prélèvements de charbon effectués dans la structure devraient permettre d’en assurer la datation. Quant au minerai utilisé, il pourrait se trouver à proximité immédiate : un dernier sondage a permis d’identifier comme géologique une anomalie magnétique dont la nature exacte reste à déterminer (agrégat argileux contenant des grains riches en fer). Si la richesse du sol de Barbery en minerai de fer était connue au XIXe siècle, rien n’indiquait jusqu’à présent qu’elle avait été exploitée bien avant la construction, au début du XXe siècle, de la cité minière du Livet, située à deux kilomètres de nos tuileries.

Fouille lors du sondages sur le site des tuileries de Barbery 2020


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search