Christian Pilet (1942-2020)

Christian Pilet nous a quittés le 4 mai 2020. Il avait suivi un cursus universitaire à l’université de Caen, qui aboutit en 1980 à une thèse de doctorat consacrée à la nécropole gallo-romaine et mérovingienne de Frénouville, dirigée par Michel de Boüard et publiée la même année dans la collection des British Archaeological Reports. Cette monographie d’archéologie funéraire entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge ne concerne que l’un des sites de la plaine de Caen qu’il aborda au cours de sa carrière : citons un autre remarquable ensemble, celui de Saint-Martin-de-Fontenay – qui fit l’objet d’un supplément à la revue Gallia en 1994 – mais également les fouilles menées à Sannerville ou à Giberville.

Au fil des années, cette spécialisation en archéologie funéraire mérovingienne se doubla d’une aventure plus lointaine, celle de missions menées à partir de 1993, en collaboration avec des collègues ukrainiens et russes, en Crimée et dans le Caucase du Nord, qu’il poursuivit après son départ à la retraite en 2008. Elles le conduisirent à s’interroger sur d’autres terrains aux thèmes qui avaient sa prédilection sur les chantiers du Calvados : la circulation des hommes et les transferts culturels entre le IIIe et le VIIe siècle. Ces dernières années, il s’était également intéressé aux voyageurs français dans le Caucase des XIIIe-XIXe siècles.

La fidélité de Christian Pilet à Caen et à la Normandie s’est manifestée par son action dans plusieurs institutions archéologiques régionales. Il fut à partir de 1979 conservateur à la Direction des antiquités historiques de Basse-Normandie (ministère de la Culture). Devenu chargé de recherches au CNRS, il revint aux sources de sa formation en intégrant ce qui était alors le Centre de recherches archéologiques médiévales de l’université de Caen. Il en assura la direction entre 1993 et 1998.

Soucieux de transmettre les résultats de la recherche, Christian Pilet apporta toujours une grande attention à la conservation et à la présentation au public des collections issues des fouilles. Le Musée de Normandie lui doit la constitution de ses premiers grands ensembles d’archéologie du haut Moyen Âge et les premières salles consacrées à cette période furent conçues avec son aide. Il fut enfin associé à plusieurs expositions marquantes du musée de Normandie : dès 1981, la première exposition d’archéologie du musée, sur la nécropole de Giberville, puis « Attila : les influences danubiennes dans l’Ouest de l’Europe au Ve siècle » (1990), « Les Barbares et la mer » (1992), ou encore « Archéologie de la mer Noire » (1997). Quelques grandes expositions européennes ont aussi présenté régulièrement des collections significatives issues de ses travaux : « Die Franken / Les Francs, précurseurs de l’Europe » Mannheim, Paris, Berlin (1997), « Attila und die Hunnen », Spire (2008), « Rome et les Barbares », Venise, Palazzo Grassi (2008), etc.

Avec Christian Pilet, le Craham perd un chercheur qui a renouvelé l’archéologie funéraire de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Normandie et s’est investi dans toutes les institutions qui ont accompagné l’essor de l’archéologie médiévale à partir de la fin des années 1970. Les membres du laboratoire ont une pensée particulière pour son épouse et pour sa famille.

Luc Bourgeois et Jean-Marie Levesque


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.