Colloque : Aux marges du roman antique (Caen, 6-7 octobre 2016)

Darius donne sa fille Mandane en mariage à Cyrus ; 28e épisode de la Cyropédie, par Hyacinthe COLLIN DE VERMONT (© Musée des Beaux-Arts de Tours)

Darius donne sa fille Mandane en mariage à Cyrus ; 28e épisode de la Cyropédie, par Hyacinthe COLLIN DE VERMONT (© Musée des Beaux-Arts de Tours)

Aux marges du roman antique. Études sur la réception des «  fringe novels » ( fictions biographiques et autres «  mythistoires »)  de la Renaissance à l’époque moderne

Colloque international, 6-7 octobre 2016, Université de Caen – Normandie, MRSH, Salle des Actes

Projet porté par Corinne Jouanno (professeur de langue et littérature grecques à l’université de Caen – CRAHAM) et par Bernard Pouderon (professeur de langue et littérature grecques à l’université François Rabelais – CESR)

Dans la Bibliothèque universelle des romans, parue de 1775 à 1789, figurent non seulement les textes des romans grecs et latins « canoniques » ( Longus, Héliodore…), mais aussi ceux de plusieurs œuvres aujourd’hui considérées comme des « fringe novels » (« quasi-romans »), la  Cyropédie de Xénophon, qui ouvre la classe consacrée aux Romans historiques, ou l’ Histoire de Barlaam et Josaphat, qui introduit celle des Romans de spiritualité.

Si la réception du roman gréco-latin à la Renaissance et à l’époque moderne a donné lieu à des publications importantes, celle des « fringe novels » n’a pas fait l’objet d’études synthétiques, alors même que ces textes à l’appartenance générique indécise (biographies romancées, fictions de voyage, actes apocryphes…) suscitent aujourd’hui un intérêt marqué et figurent au programme de la plupart des colloques ou ouvrages généraux sur le roman antique.

L’objet de notre colloque sera de faire le point sur la circulation de ces différents textes fictionnels « extra-canoniques », dont la transmission a parfois suivi des voies assez différentes de celle des romans grecs et latins, oubliés au Moyen Âge, et redécouverts par les humanistes. On s’intéressera donc à la fortune que les fictions biographiques et autres « mythistoires » rencontrèrent à la Renaissance et à l’époque moderne, au moment même où le roman antique connaissait son heure de gloire. On s’interrogera sur le lectorat de ces différents textes et sur leur influence littéraire : ont-ils été traduits, adaptés ? ont-ils inspiré des œuvres nouvelles ? On étudiera aussi le discours critique dont ils ont fait l’objet, de la Renaissance à l’époque moderne, en se demandant quelle perception générique leur était réservée et si leur affinité avec la littérature romanesque était déjà perçue des lecteurs et commentateurs.

Programme détaillé sur:  http://www.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article1089

Comment citer cet article : Craham, « Colloque : Aux marges du roman antique (Caen, 6-7 octobre 2016) », dans Les Échos du Craham, 11/07/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/300, consulté le 18/11/2018, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.