Fouille des tuileries de Barbery 2019

Les recherches sur les tuileries de Barbery, qui ont débuté en 2015, se sont poursuivies en 2019 avec la fouille de deux nouveaux fours, du 26 août au 26 septembre. Des bénévoles d’horizons variés ont joyeusement contribué à l’étude menée grâce au soutien du ministère de la Culture, du département du Calvados, de la mairie de Barbery et à l’accueil chaleureux des propriétaires du terrain.

L’intérêt du site réside notamment dans la longue durée de l’activité (entre le XIVe et le XVIIIe siècle), qui permet d’étudier une éventuelle évolution typologique aussi bien des productions que des moyens de production. Les résultats de l’opération peuvent ainsi être mis en parallèle avec ceux obtenus en 2017 (https://craham.hypotheses.org/1381). Les deux fours mis au jour en 2019 présentent en effet un plan très similaire à celui des fours fouillés deux ans plus tôt : deux couloirs de chauffe, séparés par un muret central permettant de soutenir les arcs supportant la charge à cuire, se rejoignaient en un alandier (foyer) unique se rétrécissant vers la gueule du four de manière oblongue. Longs de 7 m et larges d’environ 4,5 m, les deux fours sont également orientés, comme en 2017, grossièrement est-ouest, gueule du four à l’est (fig. 1).

Fig. 1 : Plan des fours mis au jour durant les campagnes de 2017 et 2019.

Malgré ces points communs, chacun des quatre fours fouillés jusqu’à présent apporte son lot d’informations nouvelles. L’état de conservation du four « A10 », situé dans les « Champs de Fontenay », a ainsi constitué une belle surprise. Il a permis l’observation du départ de voûte de l’alandier et de deux arcs, l’un en brique, l’autre en tuiles et briques (fig. 2). Les parois sont également remarquables dans leur construction soignée alternant assises de tuiles et assises de briques ; le four ne paraît pas avoir subi beaucoup de réfections. Les datations 14C et archéomagnétiques (Iramat-CRP2A) situent la dernière cuisson dans la seconde moitié du xive siècle, ce qui coïncide avec la première mention de la tuilerie des religieux de Saint-Étienne de Fontenay (qui ont donné le nom à la parcelle de terre) à Barbery. En revanche, il ne semble pas pouvoir s’agir ici du four dont les religieux souhaitent la reconstruction en 1504 en précisant qu’il faudra « faire le four de ladite thuylerie bien et suffisamment et icelluy hauchier de 4 ou 5 pieds »[1].

Fig. 2 : Le four A10 en cours de fouille vu depuis la fosse de travail ; au fond, un arc conservé.

En revanche, l’autre four fouillé en 2019 (four « A3 ») a confirmé cette pratique consistant à construire un nouveau four au-dessus de son prédécesseur. Si son état de conservation paraissait en effet a priori beaucoup moins satisfaisant, la fouille a mis en évidence plusieurs recharges des couloirs de chauffe, sous lesquels est apparue l’arase d’un four légèrement moins large, mais de configuration générale identique (fig. 3). S’il n’a pas pu être intégralement fouillé dans le temps de l’opération, on a cependant pu constater que le four le plus récent réutilisait une partie des maçonneries de l’état antérieur.

Fig. 3 : Sous le muret central du four A3, apparaît le muret central d’un four antérieur.

La dernière cuisson du four le plus récent peut être datée, par archéomagnétisme, de la première moitié du xviie siècle. La prudence interdit pour l’instant de proposer une datation pour le four plus ancien ; seule la poursuite de la fouille permettrait des conclusions solides à ce sujet. En attendant, l’on peut déjà constater que, si le plan général des fours paraît identique entre le xive et le xviie siècle, les techniques de construction pourraient cependant avoir connu une évolution : au regard des données acquises en 2017 et 2019, les fours des xive-xve siècles paraissent profondément encaissés à la différence de ceux du xviie siècle.

Par ailleurs, l’ensemble des données acquises depuis le début du projet encourage à tenter d’identifier les propriétaires des fours fouillés, grâce aux prospections magnétiques et électriques (Inrap) qui permettent de dénombrer les fours et à une documentation textuelle abondante, mais délicate à appréhender du fait du grand nombre de structures de combustion repérées dans un espace restreint. Ce qui apparaît certain, c’est qu’à proximité immédiate des fours se trouvaient des halles de séchage que ni les prospections, ni la fouille n’ont pu mettre en évidence. C’est sans doute qu’il s’agissait là de structures légères sans autres fondations que quelques trous de poteau que l’activité agricole postérieure aura fait disparaître. Les traces laissées par les pattes d’animaux (chiens, mais aussi un ruminant) sur quelques tuiles récoltées indiquent seulement que le séchage des tuiles pouvait se faire au sol, dans un environnement ouvert.

De nouvelles carottes ont été réalisées au cours de l’opération 2019 : elles confirment que plusieurs lieux d’extraction ont dû être exploités par les tuiliers, aussi bien pour leurs productions que pour la construction des fours, ce que des études à venir pourront préciser.

Comme en 2017, un public nombreux a pu découvrir le projet et ses résultats sur le terrain à l’occasion des Journées du patrimoine et lors de visites organisées pour les écoliers de Barbery, mais aussi au Centre Michel de Boüard à l’occasion de la fête de la science.

[1] Arch. dép. Calvados, H 5667.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.