Compte rendu de la soutenance de thèse de Michaël Bloche (Caen, 10 décembre 2019)

La thèse de Michaël Bloche (archiviste paléographe, conservateur du patrimoine et directeur adjoint aux Archives départementales de Seine-Maritime) est intitulée Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp : étude et édition critique, 928/929-1190 ; postérité du fonds. Elle est composée de 3 volumes (pour un total de plus de 1500 pages) :

  1. une étude historique du fonds jusqu’à nos jours ;
  2. l’édition des actes conservés dans le chartrier (308 actes dont 93 inédits) ;
  3. un volume de 5 annexes, accompagné d’un DVD avec toutes les images des originaux conservés.

Membres du jury

  • Pierre Bauduin, professeur des universités, université de Caen Normandie, co-directeur.
  • Véronique Gazeau, professeur émérite, université de Caen Normandie, directrice.
  • Olivier Guyotjeannin, professeur des universités, École nationale des chartes, examinateur.
  • Élisabeth Lalou, professeur émérite, université de Rouen Normandie, examinatrice.
  • Laurent Morelle, directeur d’études, École pratique des hautes études, examinateur.
  • Benoît-Michel Tock, professeur des universités, université de Strasbourg, rapporteur.
  • Nicholas Vincent, professeur, université East Anglia UK, rapporteur.

Exposé de Michaël Bloche

Après un bref rappel de l’histoire de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, Michaël Bloche (MB) rappelle son parcours scientifique autour du chartrier de Fécamp : la thèse fait suite au diplôme de l’École nationale des chartes en 2012 sur le même sujet. Depuis, de nouveaux documents ont été découverts à Fécamp et aux Archives départementales de Seine-Maritime, notamment des actes médiévaux inédits, et des archives sur l’histoire du fonds à la période moderne. Le volume 2 donne l’édition de plus de 300 actes, contre 232 pour le diplôme de l’ENC. Concernant l’histoire de ce fonds, il a été éclaté à la Révolution, et 68 % des actes sont aujourd’hui conservés aux Archives départementales de Seine-Maritime. Une part des documents est conservée au Palais Bénédictine, aujourd’hui géré par la société Baccardi. Dès le XIXe siècle, certains actes y étaient sans doute présentés au public. La société Bénédictine a acquis des documents à des particuliers, notamment en 1901 à un certain Maurice Charles Lefèvre, notaire à Montivilliers (que les travaux de MB ont permis d’identifier), dont les ancêtres avaient dû récupérer certaines pièces quand le chartrier était conservé dans cette même ville à la Révolution. Des documents inédits ont été découverts à Fécamp par Sébastien Roncin (archiviste au Palais Bénédictine) en 2012 dans un meuble de sacristie. La même année, le cartulaire bullaire du début de XVIIe siècle a également été redécouvert dans les greniers du palais par MB : tous ces documents ont considérablement enrichi le corpus de la thèse.

MB évoque le dossier complexe des falsifications et a mené une enquête sur les forgeries du XIe siècle, avec une révision prudente des arguments de Benjamin Pohl et Steven Vanderputten sur la question des liens entre Cluny et Fécamp dans le domaine de l’écrit. La critique d’authenticité a été difficile et peut être soumise elle-même à la critique.

L’apport de la thèse consiste en l’édition d’actes inédits et la reconstitution virtuelle du chartrier, en collaboration avec les Archives départementales de Seine-Maritime. Les projets à venir consisteraient à réaliser une étude paléographique (en utilisant les outils numériques de comparaison et de datation), réaliser de façon collaborative un encodage XML des actes, étudier la possibilité de mesures physico-chimiques pour affiner certaines datations.

Rouen, Arch. dép. Seine-Maritime, 7H12 (09). Confirmation par Henri II à son cousin Henri, abbé de Fécamp, et à l’abbaye de Fécamp, des biens de ladite abbaye (1155-1158). http://www.unicaen.fr/scripta/acte/6740

Intervention des co-directeurs de thèse

V. Gazeau explique que le projet de thèse a beaucoup évolué depuis l’inscription en 2012, notamment avec l’ajout de la vaste enquête sur le devenir et la postérité du chartrier, au départ minoritaire, mais qui est devenue un des axes essentiels de la thèse. V. Gazeau rappelle les responsabilités de MB et sa grande implication aux Archives départementales depuis 2013, avec la préparation d’importantes expositions, ce qui l’a mené à suspendre en 2014-2015 l’avancement de sa thèse. La richesse de l’index nominum a été soulignée (117 pages !), et si la thèse ne porte pas directement sur l’histoire du monachisme, elle éclaire celle-ci, permettant notamment de repenser les liens entre les abbayes. V. Gazeau souligne l’importance des recherches actuelles sur Fécamp, à l’université de Caen et ailleurs. À la suite d’une question de V. Gazeau, MB explique avoir retrouvé une vaste correspondance de Charles de Beaurepaire, archiviste départemental de la Seine-Inférieure (1851-1905), laquelle comprend un ensemble exceptionnel de 3000 lettres de Léopold Delisle, concernant les actes de l’abbaye de la Trinité.

P. Bauduin évoque la qualité de la méthodologie, parfaitement exposée dans l’introduction. Il souligne l’importance des découvertes réalisées. Il apprécie la prudence de MB sur le dossier des faux, forgeries et actes remaniés. Cette question participe d’ailleurs à la naissance de la critique diplomatique au XVIIe siècle, où certains documents seront expertisés dans le cercle de Mabillon et Baluze. P. Bauduin insiste sur l’originalité de l’enquête sur le devenir du chartrier, où « le médiéviste se fait historien d’entreprise », en analysant les stratégies de communication du Palais Bénédictine. Il faudrait peut-être aller plus loin dans l’étude des formules d’anathèmes et revoir certaines identifications le lieu (problème de variantes dans les copies d’actes). Une étude spécifique pourrait être menée sur les actes mentionnant le « vicomes », mention interlinéaire dans l’acte n° 23 du corpus, qui est souvent convoquée dans les débats sur la création des institutions vicomtales normandes.

Rapport d’O. Guyotjeannin

O. Guyotjeannin (OG) a chaleureusement félicité le candidat pour son travail, a salué son excellente connaissance du contexte historique et la qualité de l’édition des actes (régestes, traductions), qu’il a qualifié d’« époustouflante ». OG a apprécié la qualité de l’enquête sur le devenir du chartrier, qu’il a qualifiée de « modèle ». Le dossier difficile des falsifications a été bien mené, avec une excellente « critique de la critique », avec un point intéressant sur la chronologie des phases de création des faux au sein de l’abbaye. Le dossier des deperdita (évocation d’actes, supposément perdus, dans d’autres documents manuscrits) s’est avéré être très innovant. Il relève néanmoins quelques points d’amélioration : il faudra recentrer et résumer l’introduction, apporter des éléments sur l’actualité scientifique de la diplomatique et revoir la ponctuation du latin, parfois erratique. À une question d’OG sur la conservation des actes dans les prieurés dépendant de la Sainte-Trinité, MB répond par l’affirmative, et que cela arrivait parfois.

Rapport de N. Vincent

N. Vincent estime qu’il s’agit de la meilleure thèse qu’il ait vue en dix ans, « la plus impressionnantev», dont il conseille la publication, peut-être en la condensant un peu. N. Vincent évoque les découvertes extraordinaires de documents (actes originaux royaux, pontificaux, dont certains antérieurs à 1120). Il a apprécié la richesse exceptionnelle de la découverte de la correspondance de Delisle. N. Vincent fait ensuite quelques critiques de détail, évoquant lui aussi les problèmes de ponctuation du latin, où les choix faits sur le respect des majuscules présentes dans les documents originaux. Il était peut-être superflu de recenser toutes les copies médiévales et modernes, parfois très nombreuses, au risque de perdre de vue l’essentiel. N. Vincent estime qu’il y a peut-être encore plus de faux à débusquer dans la documentation de Fécamp, qui semble être un lieu de forgerie particulièrement actif, notamment en relation avec l’Angleterre, par exemple à propos du domaine de Steyning (West Sussex). La reprise de ce dossier permettrait peut-être de mieux saisir les contextes de production de ces faux (il se pourrait qu’un tiers de actes produits à Fécamp sous Henri II soit des faux produits après 1204, sous les Capétiens…). MB répond à ce propos qu’il a, lui aussi, remarqué de possibles faux concernant l’Angleterre.

Rapport de B.-M. Tock

B.-M. Tock dit d’abord tout le plaisir qu’il a pris à lire cette thèse, qu’il qualifie de « belle découverte ». Le premier volume consacré à l’histoire du fond est très riche et intéressant, une vraie « thèse d’archiviste » au sens le plus positif du terme, c’est-à-dire une vraie thèse d’histoire d’un fonds d’archive. Peut-être faudra-t-il songer à un titre plus évocateur pour la publication, qui évoquerait plus directement cette histoire.

Dans l’édition du chartrier au sens large (choix contestable mais assumé), est acte toute mention d’acte, même sans indice matériel de production. Cela peut poser un biais méthodologique, car les simples mentions d’« actions juridiques » faussent un peu les statistiques proposées. MB répond sur ce point qu’il a fait des simulations statistiques sans les deperdita, qu’il n’a pas intégrées à la thèse, car on y retrouve les mêmes proportions.

Le dossier de Fécamp n’est pas simple : beaucoup d’actes sont non datés, on trouve relativement peu d’originaux, face à beaucoup de copies ; de fait, on ne peut pas faire de critique externe de documents, permettant de donner des datations plus précises. B.-M. Tock estime qu’il aurait fallu faire une présentation détaillée des pancartes, qui forment une documentation à part. B.-M. Tock a apprécié la très grande prudence dans la critique des actes, mais il aurait toutefois aimé des prises de position plus claires. Le cas de l’acte de Guillaume Talbot mériterait la publication d’un article spécifique. MB répond à ce sujet que c’est déjà le cas : l’étude est parue en novembre 2019 dans une revue rouennaise. B.-M. Tock suggère également de publier un article sur l’expertise des faux au XVIIe siècle. Enfin, B.-M. Tock appelle de ses vœux la publication de la thèse, peut-être sous la forme de deux ouvrages distincts : un constituant l’édition des actes, l’autre relatif à l’histoire archivistique du fonds.

Rapport de L. Morelle

L. Morelle avoue son admiration pour le travail mené par MB. Sa thèse est d’une qualité remarquable, à l’expression claire et sensible, dans un style très direct, qui cependant mériterait d’être parfois plus synthétique. Le plan surprend, il comprend 13 sections qu’il aurait fallu peut-être regrouper de façon thématique.

L’importance de la thèse est considérable qui permet aujourd’hui, avec d’autres travaux récents, de percevoir Fécamp comme l’une des abbayes majeures de la Normandie. La thèse est aussi la démonstration que l’histoire des archives ne s’arrête pas avec la création des Archives départementales au XIXe siècle. L’enquête sur la constitution du fonds de chartes du Palais Bénédictine de Fécamp est un « véritable bijou », qui montre comment, encore au XIXe et au début du XXe siècle, certaines chartes peuvent servir à des fins commerciales et industrielles.

Le travail présenté est d’une grande maturité : cela ressemble parfois à une habilitation à diriger des recherches ou une thèse sur travaux, notamment par la mise en perspective des précédentes recherches de MB. L. Morelle encourage vivement la reprise du dossier de l’exemption de Fécamp, ouvert par Jean-François Lemarignier, et abordé trop succinctement dans la thèse. L. Morelle a apprécié la façon dont le candidat « aime les concordances des temps », chères à J.-N. Jeanneney, envisageant la recherche sur les périodes longues.

Le cas du traitement des faux mériterait d’être clarifié, car il semble avoir posé problème : 7 faux avérés dans l’annexe (réponse de MB : tous ont été créés après 1204), mais malgré tout, des actes suspects sont conservés dans le volume 2 – s’agit-il de falsification possible, mais incertaine ? D’actes sincères, mais interpolés ? De copies maladroites ou peu rigoureuses ? MB semble avoir mêlé 2 critères de classifications des faux : par typologie ou par critère d’authenticité. L’érudition est parfaite pour le domaine normand, mais pour des problèmes plus généraux, il faudrait étoffer la bibliographie, en prenant en compte les travaux d’historiens et de chercheurs ayant travaillé hors de cet espace. Il faudrait peut-être revoir la répartition entre acte écrit et action juridique : certains documents édités ne sont pas des actes, mais parfois de simples documents de gestion (ou des témoignages d’« écritures ordinaires », chères à Paul Bertrand). Pour conclure, L. Morelle dit de cette « thèse monumentale » qu’elle « fait honneur à une véritable histoire patrimoniale de l’écrit ».

Intervention d’É. Lalou

É. Lalou complimente le candidat pour la qualité de sa thèse – qu’elle qualifie de « rêve de thèse, rêve de chartiste »  – qui montre l’expérience acquise par MB aux AD de Seine-Maritime depuis la soutenance de sa thèse de l’École des chartes en mars 2012. C’est un travail qui pourrait presque être une HDR, car elle intègre des recherches déjà publiées. La thèse est parsemée de pistes de nouvelles recherches, faisant aussi penser à une HDR. É. Lalou suggère de rassembler divers éléments évoqués en notes pour constituer un glossaire technique (ex. vocabulaire de la marine, de la pêche…). É. Lalou rappelle le statut particulier de la Trinité de Fécamp, très riche, en concurrence ouverte avec l’archevêché de Rouen. Eudes Rigaud lui-même ne pourra y entrer lors de ses visites pastorales au XIIIe siècle. É. Lalou est admirative de la qualité exceptionnelle des normes d’édition exprimées dans l’introduction. Pour terminer, elle exprime à nouveau ses félicitations pour ce magnifique travail « époustouflant, superbe et raffiné » et rappelle les compliments faits par chacun des membres du jury, louanges qui, dit-elle, ne sont pas données si facilement de la part de spécialistes exigeants et réputés.

***

Après une brève délibération, le jury décerne, à l’unanimité, le titre de docteur en histoire à Michaël Bloche, avec, à titre personnel, ses félicitations.


Comment citer cet article : Thierry Buquet, « Compte rendu de la soutenance de thèse de Michaël Bloche (Caen, 10 décembre 2019) », dans Les Échos du Craham, 18/12/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2855, consulté le 08/04/2020, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.