Zoom sur un chercheur du centre Michel de Boüard : Brigitte Gauvin

gauvin-portrait-minNom : Gauvin
Prénom : Brigitte
Maître de conférences en langue et littérature latine
Au Craham depuis 2008

Quel est votre parcours ?

Après hypokhâgne et khâgne, au lycée Malherbe puis au lycée Fénelon à Paris, j’ai préparé une maîtrise en latin à Caen sous la direction de Louis Callebat, puis j’ai passé les concours d’enseignement, le CAPES et l’Agrégation. Tout en enseignant dans le secondaire, j’ai fait une thèse, toujours sur la direction de L. Callebat, que j’ai soutenue en 1995. Et en 1999, j’ai été recrutée comme enseignant-­chercheur à l’université de Caen.

À quel moment vous êtes vous dit, je veux faire de la recherche ?

En fait, mon goût pour la recherche s’est vraiment affirmé alors que j’étais déjà en poste à l’université. J’aime vraiment beaucoup enseigner, j’étais heureuse en lycée et si je pensais à autre chose en faisant ma thèse, c’était plutôt à un poste en classes préparatoires aux grandes écoles. J’avais aimé le travail de thèse, mais son caractère solitaire, puisque j’étais alors en poste dans le secondaire et éloignée de l’université, m’avait semblé parfois austère. Travailler à l’université m’a permis de dépasser cela, tant parce que la recherche peut y être collective au sein d’une équipe, ce qui est particulièrement motivant, que parce que même dans les travaux personnels, on est en contact avec d’autres laboratoires et d’autres chercheurs. Et puis on peut parfois lier recherche et enseignement…

Vous venez de soutenir votre HDR, pouvez-vous nous résumer en quelques lignes votre propos ?

Le mémoire inédit de mon HDR est l’édition, accompagnée d’une traduction et d’un commentaire, des premiers dialogues du chevalier Ulrich von Hutten, un auteur allemand de la renaissance (1488-1523), ami d’Érasme et chef de file de l’humanisme allemand. Hutten est à bien des égards une tête brûlée, mais c’est aussi un érudit et un polémiste hors de pair, qui va faire du dialogue une arme redoutable. En 1518-1519, il se révolte contre la domination de la curie romaine sur l’Allemagne et commence à rédiger des dialogues d’abord satiriques, dans la tradition humaniste, puis franchement anti-curiaux au moment où Luther lance sa propre offensive. Comme Hutten écrit à visage découvert, sa vie a vite été en danger. Il a dû fuir son pays et il est mort prématurément, en exil en Suisse.

Quels sont vos sujets de recherche actuels ?

Je vais pendant quelque temps continuer à travailler sur Hutten : publication de l’HDR et préparation de l’édition de la deuxième partie des dialogues, que je vais coordonner mais dont je ne traduirai qu’un seul texte. L’ensemble devrait constituer deux volumes aux Belles Lettres. Dans la suite de mon édition du texte autobiographique de Hutten sur la syphilis, je travaille aussi, avec des collègues de littérature française et comparée, d’italien et d’histoire de la médecine, à constituer une anthologie des textes sur la vérole en Europe, de 1493 à 1622. Enfin, avec Catherine Jacquemard et Marie-Agnès Avenel, dans le cadre du projet Ichtya, nous continuons à travailler sur les textes ichtyologiques médiévaux, notamment Thomas de Cantimpré et Albert le Grand.

Que peuvent apporter vos recherches à la communauté ?

Je crois qu’il est important, et qu’il le sera de plus en plus, de traduire les textes latins pour permettre au plus grand nombre d’y accéder. Les chercheurs en histoire, littérature ou histoire des sciences ont parfois besoin d’un accès direct à des œuvres rédigées en latin, comme c’est encore majoritairement le cas jusqu’au XVIe siècle. Et, comme ces textes peuvent difficilement se passer de contextualisation, tant pour saisir l’intertextualité que pour en comprendre les enjeux, un commentaire pluridisciplinaire est indispensable.

Quel est votre quotidien d’enseignant-chercheur ?

C’est très variable d’une journée à l’autre. Certaines journées sont dédiées à l’enseignement (préparation et cours, corrections, oraux, mais aussi encadrement et orientation active), d’autres à la recherche, et peuvent alors se distribuer entre travail en bibliothèque, rédaction, réunions ou préparation de colloques. Nous devons par ailleurs consacrer de plus en plus de temps à des tâches administratives qui, si elles ne sont pas inintéressantes en soi, grignotent chaque année davantage le temps de lecture et de recherche.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La persévérance, la rigueur, la curiosité, l’ouverture d’esprit, la capacité à travailler en ­collaboration.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Pour ce qui est des événements, l’agrégation et l’obtention du poste de maître de conférences. L’HDR m’a aussi permis de mesurer concrètement le parcours accompli depuis ma nomination. Autrement, la fréquentation assidue de chercheurs que j’admire comme Catherine Jacquemard et Olivier Desbordes, de l’université de Caen Normandie, ou Perrine Galand, dont j’ai suivi le séminaire à Paris IV, m’a énormément appris, intellectuellement, méthodologiquement et humainement, et profondément influencée.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

En recherche, un des travaux dont je suis le plus fière est l’édition collective de l’ Hortus sanitatis, tant pour la qualité du résultat que pour la belle aventure humaine et scientifique qu’elle a constituée. En enseignement, je suis très heureuse d’avoir formé pendant plus de dix ans, en cours de CAPES, des futurs enseignants passionnés de littérature française, de grec et de latin, qui sont avides de transmettre leur passion et qui y réussissent.

Qu’est-ce qui vous émeut ?

Les efforts acharnés des savants de tous les siècles pour comprendre un monde dont le fonctionnement leur échappe en plus ou moins grande partie, mais qu’ils tentent malgré tout d’expliquer dans sa totalité. Pline et Aristote dans l’antiquité, les encyclopédistes du Moyen Âge, les savants de la Renaissance ont tous essayé de comprendre et de transmettre aux autres une explication du monde, quelquefois au prix de leur vie.

Quelle est selon vous la découverte scientifique majeure des derniers siècles

Tout ce qui concerne la médecine (vaccins, asepsie, antibiotiques, contraception) et les incroyables découvertes dans l’infiniment petit, en microbiologie ou en génétique par exemple, comme dans l’infiniment grand, en astrophysique.

Qu’est-ce qui vous fait sourire, rire ?

Beaucoup de choses, heureusement. Pour ne citer qu’un exemple, les jeux sur le langage, depuis les Grenouilles d’Aristophane jusqu’à La disparition Georges Pérec.

Quel est votre livre de chevet, vos conseils de lecture ?

L’auteur que je relis le plus fréquemment est sans doute Julien Gracq, surtout Le rivage des Syrtes et Le balcon en forêt. Les Mémoires d’Hadrien et L’œuvre au Noir de Marguerite Yourcenar comblent à la fois mon goût pour l’antiquité et celui pour le XVIe siècle, avec une réflexion d’une grande subtilité sur la complexité de l’être humain. Pour croire en l’homme, les romans de Barbara Kingsolver. Et pour rêver et se donner le vertige, Poussière d’étoiles d’Hubert Reeves et La mélodie secrète de Trinh Xuan Thuan.

Bibliographie restreinte

Martyr d’Anghiera P., Décades du Nouveau Monde / De Orbe Novo Decades, Livre I, La décade océane, les quatre voyages de C. Colomb, édition, traduction commentaire par B. Gauvin, Paris, Les Belles Lettres, 2003. Lien vers l’éditeur

Gauvin B., « Le Voyage en Suède de P. D. Huet : édition, traduction et commentaire », XVIIe siècle, 241, fasc. 4, 2008, p. 583-617.

Ursin J., La prosopopée des animaux, édition, traduction et commentaire par B. Gauvin, J. Millon, coll. Atopia, 2011, 335 p.

Jacquemard C., Lucas-Avenel M.-A. (éd.), avec la collaboration de Février C. et Lecoq F., HORTVS SANITATIS, Livre IV, Les poissons, Caen, Presses universitaires de Caen, Collection Fontes & Paginæ, 2013. Lien vers l’édition en ligne

Von Hutten U., La vérole et le remède du gaïac, édition, traduction et commentaire par B. Gauvin, Les Belles Lettres, collection Le Miroir des Humanistes, 2015. Lien vers l’éditeur

Bibliographie complète sur le site du Craham

Brigitte Gauvin

Comment citer cet article : Craham, « Zoom sur un chercheur du centre Michel de Boüard : Brigitte Gauvin », dans Les Échos du Craham, 20/12/2015, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/285, consulté le 18/11/2018, ISSN : 2552-3139.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.