Compte rendu de la soutenance du mémoire d’Habilitation à diriger des recherches de Marie-Agnès Lucas Avenel (Caen, 6 décembre 2019)

Marie-Agnès Lucas-Avenel, Éditer des œuvres latines à l’ère du numérique. Édition critique multisupport de Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard (livres III et IV).

Membres du jury

  • Pierre Bauduin (président du jury), Professeur d’Histoire médiévale, Université de Caen Normandie
  • Edoardo D’Angelo, Professore ordinario di filologia e letteratura medievale, Università degli Studi di Napoli Suor Orsola Benincasa (Italie)
  • Isabelle Draelants (rapporteur), Directrice de recherche, Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS)
  • Brigitte Gauvin, Maître de conférences HDR en langue et littérature latines, Université de Caen Normandie
  • Catherine Jacquemard (garant), Professeur émérite de langue et littérature latines, Université de Caen Normandie
  • Annick Peters-Custot (rapporteur), Professeur d’histoire médiévale, Université de Nantes
  • François Ploton-Nicollet (rapporteur), Professeur de Langue et littérature latines, École nationale des Chartes (Université Paris Sciences et Lettres)
  • Elisabeth van Houts, Fellow and Lecturer in History, Emmanuel College, Cambridge, Emeritus Honorary Professor in European Medieval History, University of Cambridge

Mémoire inédit

Le mémoire d’habilitation présenté par Marie-Agnès Lucas-Avenel (MALA), maître de conférences en langue et littérature latines à l’Université de Caen, est consacré à l’édition critique des livres III et IV de l’Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard de Geoffroi Malaterra, chronique de la conquête de la Sicile par les Normands au XIe siècle. Les livres I et II ont été publiés en 2016 aux Presses universitaires de Caen, à la fois sur papier (http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100266010) et en ligne (https://www.unicaen.fr/puc/sources/malaterra/). Le mémoire inédit présente donc la poursuite de l’édition multisupport de cette œuvre, en l’accompagnant d’une réflexion méthodologique nouvelle sur l’édition critique à l’heure du numérique. L’encodage XML-TEI de cette édition, déjà pratiqué dans les deux premiers livres, a été ici également renouvelé, notamment dans l’apparat critique, plus complet et plus évolué, par exemple dans la création automatique des notes critiques, générées à partir de l’encodage des variantes des différents témoins manuscrits. Grâce à l’encodage des variantes, le lecteur peut accéder, via l’édition en ligne, aux différentes versions du texte, de chaque témoin manuscrit, de façon interactive. Le dossier contenait donc l’édition sous forme papier, complétée par un site internet, prototype de l’édition en ligne finalisée. La partie du mémoire inédit consacré à la réflexion méthodologique sur l’édition numérique mériterait, selon B. Gauvin, d’être publiée sous forme d’article. Dans sa présentation, outre ces questions d’ecdotique numérique, MALA a rappelé l’intérêt du texte de Geoffroi Malaterra, source de première importance sur la conquête, qui donne des informations complémentaires aux autres sources contemporaines (ex. : Aimé du Mont-Cassin, Guillaume de Pouille). La culture littéraire et ecclésiastique de Malaterra est aussi interrogée, influencée par le contexte de la réforme grégorienne et par la lecture des classiques, notamment Salluste.

Soutenance habitilitation Marie-Agnès Lucas-Avenel

Soutenance d’habilitation à diriger des recherches de Marie-Agnès Lucas-Avenel, Caen, le 6 décembre 2019

Plusieurs membres du jury ont souligné le choix difficile de l’édition critique, travail ingrat, d’autant plus que le texte de Malaterra n’est pas sans poser de nombreuses difficultés. I. Draelants a ajouté qu’il était relativement rare qu’un philologue latiniste se consacre aux textes médiévaux. La qualité du travail d’édition de MALA a été saluée par le jury, notamment la traduction, « ferme, précise » (F. Ploton-Nicollet), « meilleure » que la lourdeur du texte de Malaterra (I. Draelants), rédigé dans un latin difficile, souvent très elliptique (B. Gauvin). Quelques critiques de détail ont toutefois été signalées et débattues, dont des désaccords sur la traduction de certains passages. L’apparat critique est parfois trop fouillé et détaillé, où certaines fautes ne devraient pas être signalées (E. D’Angelo). F. Ploton-Nicollet a regretté que la question du rythme latin n’ait pas été suffisamment exploitée, alors que les effets de cursus (velox, planus) sont fréquents dans le texte, le rythme créant des effets stylistiques, notamment de « suspense ». F. Ploton-Nicollet a rappelé que les médiévaux opposent prose, mètre et rythme, mais pas la prose et le vers (revoir les travaux de P. Bourgain à ce sujet). F. Ploton-Nicollet a ajouté que cette utilisation du cursus arrive tôt dans la tradition littéraire, à l’époque où l’on redécouvre les artes dictaminis et l’on rédige de nouveaux traités, où la curie pontificale développe le cursus. A. Peters-Custot rappelle à ce propos qu’un auteur sicilien du XIIe siècle écrit sur les ars dictaminis. E. D’Angelo signale avoir écrit un article sur cette question des vers rythmés. MALA a répondu qu’elle avait eu bien conscience de l’importance des rythmes, qu’il aurait fallu étudier spécifiquement. De manière générale, MALA a répondu que tous les problèmes d’édition ou de traduction soulevés par les membres du jury correspondaient à chaque fois à des points problématiques sur lesquels elle a beaucoup hésité. F. Ploton-Nicollet a regretté que ne soit pas plus développé le rôle de l’influence de Salluste dans l’« histoire morale » que propose Malaterra, mais MALA a répondu qu’elle avait publié un article en 2014 sur les « sallustianismes » de Malaterra. A. Peters-Custot, spécialiste de l’histoire byzantine et normande de l’Italie du Sud, a apprécié la qualité des notes historiques. Elle a regretté que l’introduction ne soit pas aussi fouillée que les notes, et elle conseille de faire une synthèse historique plus complète dans l’introduction de l’édition. A. Peters-Custot a fait quelques commentaires sur la perception des « Grecs » par les latins : certains stéréotypes sont hérités d’auteurs de l’Antiquité (Virgile, Juvénal), notamment la couardise, mais Malaterra change d’attitude quand les Normands ne combattent plus les Byzantins ; les stéréotypes ne sont donc convoqués que lorsqu’il s’agit de se moquer des ennemis. A. Peters-Custot ajoute que ce qualificatif de « grecs », a été imposé aux Byzantins (qui n’étaient pas tous grecs, loin s’en faut) pour leur dénier l’héritage de l’empire romain. A. Peters-Custot a regretté quelques lacunes bibliographiques de travaux d’historiens byzantinistes.

P. Bauduin a particulièrement apprécié le travail de MALA, au croisement de la philologie et de l’histoire. Il considère qu’il s’agit d’une belle contribution à l’histoire de la Gens normanorum. Il pose plusieurs questions et fait plusieurs remarques sur la question des mariages chez Malaterra : pourquoi est-il si discret sur le remariage du comte Roger ? Il faudrait étudier plus en amont la question des stratégies matrimoniales. Il pense qu’il faudrait analyser plus finement le lexique des alliances, de la guerre et de la paix. Dans le même ordre d’idées, le lexique de la familia et de la militia est intéressant, car il peut évoquer le début des valeurs chevaleresques.

Soutenance d'ahbilitation à diriger des recherches de M.A. Lucas-Avenel (Caen, 6 décembre 2019)

Soutenance d’habilitation à diriger des recherches de M.A. Lucas-Avenel (Caen, 6 décembre 2019)

Le parcours de Marie-Agnès Lucas-Avenel et ses différents champs de recherche

Les membres du jury ont tous souligné l’implication exceptionnelle de MALA dans les travaux collectifs, fait assez rare dans les disciplines de l’érudition, où la recherche est souvent très individualisée. Ils ont mis en avant la richesse et le nombre des collaborations, et l’implication dans divers projets collectifs, travail qui n’apparaît pas toujours à travers la bibliographie (direction adjointe du Craham, direction de la revue en ligne Tabularia). Plusieurs membres ont signalé que le dossier biobibliographique tenait peu de l’égo-histoire (P. Bauduin : « MALA est plus prompte à parler d’histoire que d’égo »), mettant en valeur les collaborations scientifiques. C. Jacquemard a regretté que MALA n’ait pas évoqué dans son exposé son projet de corpus littéraire des mondes normands médiévaux. MALA répond qu’il s’agit d’un projet ambitieux, qu’elle aimerait mener à plus long terme, avec d’autres partenaires nationaux et internationaux, sous forme de portail en réseau, après avoir terminé ses projets sur Malaterra et Serlon de Bayeux. La question de la notion d’« historiographie normande » a d’ailleurs été débattue, suite à plusieurs questions d’A. Peters-Custot : Malaterra était-il véritablement normand ? écrit-il en tant que Normand ? MALA a répondu à ces diverses questions en expliquant notamment que cette notion d’« historiographie normande » était une expression commode qui recouvre des différences importantes entre les auteurs, qu’il est important d’exprimer, tout en restant très prudent. Parmi les auteurs étudiés par MALA, la figure de Serlon a plusieurs fois été évoquée durant les débats, à travers les questions d’E. van Houts sur le rapport de Serlon au mariage, la sexualité et l’abstinence. E. D’Angelo a évoqué la découverte récente d’un poème inédit de 102 vers de Serlon, qui augure de nouveaux travaux en commun autour de cet auteur.

L’autre champ de recherche, à côté des auteurs normands, réside dans l’étude et l’édition de traités encyclopédiques sur les poissons et autres animaux marins, au sein du programme collectif ICHTYA. Après l’édition du De piscibus de l’Hortus sanitatis, MALA s’est attelée (en collaboration avec C. Jacquemard et B. Gauvin) à celles des deux livres sur les animaux marins du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré. B. Gauvin, C. Jacquemard et I. Draelants ont rappelé l’importance de ces projets, notamment dans la collaboration avec le programme Sourcencyme (IRHT). Le travail important mené par ICHTYA et Sourcencyme sur la nature des citations des auctoritates dans les encyclopédies a été souligné. D’autres projets en cours ont aussi été évoqués : la constitution de la Bibliothèque ICHTYA, dont la base de données en ligne sera ouverte en 2020, permettra la consultation des textes latins seuls (sans apparat critique) de nombreuses œuvres antiques, médiévales et pré-modernes sur les animaux marins. I. Draelants a souligné la grande qualité scientifique des articles de MALA sur les poissons dans les encyclopédies médiévales.

Le point commun à tous les travaux de MALA, qui a été souligné par plusieurs intervenants, est d’allier érudition et numérique, point fondamental dans son parcours scientifique. I. Draelants a souligné l’importance de la diffusion de la recherche en accès libre (éditions en ligne, revues en ligne, diffusion sur Hal).

***

Après une brève délibération, le jury décerne, à l’unanimité, l’habilitation à diriger des recherches à Marie-Agnès Lucas-Avenel.

Bibliographie

Pages web

ICHTYA. Présentation du programme de recherche, site web du Craham : http://www.unicaen.fr/craham/spip.php?article969

Éditions de sources

Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard, éd. Marie-Agnès Lucas-Avenel, Caen, Presses universitaires de Caen, 2016 (coll. Fontes et paginae). ISBN: 782841337439. Texte latin et traduction française consultable en ligne : https://www.unicaen.fr/puc/sources/malaterra/

Hortus sanitatis : Livre IV, Les Poissons, éd. Catherine Jacquemard, Brigitte Gauvin et Marie-Agnès Lucas-Avenel, collab. Caroline Février et Françoise Lecocq, Caen, Presses universitaires de Caen, 2013 (coll. Fontes et paginae). Texte latin, traduction, bibliographie et index consultables en ligne : https://www.unicaen.fr/puc/sources/depiscibus/

Études

Autour de Serlon de Bayeux : la poésie normande aux XIe-XIIe siècles, dossier thématique, Tabularia, 2016-2018, https://journals.openedition.org/tabularia/3001.

Bourgain P., Entre vers et prose. L’expressivité dans l’écriture latine médiévale, Paris, 2015 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 100).

Buquet T., Clavel B., Gauvin B., Jacquemard C. & Lucas-Avenel M.-A., (éd.), Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales (imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600 [Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 31 mai-3 juin 2017], in Anthropozoologica 53 (2018), http://anthropozoologica.com/53/fasc2

Lucas-Avenel M.-A., « Les ‘monstres marins’ sont-ils des ‘poissons’ ? Le livre VI du Liber de natura rerum de Thomas de Cantimpré », Rursus, 11, 2017, DOI : 10.4000/rursus.1320

Lucas-Avenel M.-A., « Les sallustianismes de Geoffroi Malaterra » in L’Historiographie médiévale normande et ses sources antiques (Xe-XIIe siècle) éd. P. Bauduin et M.-A. Lucas-Avenel, Caen, Presses universitaires de Caen, 2014, p. 277-306. DOI : 10.4000/books.puc.9607.


Comment citer cet article : Thierry Buquet, « Compte rendu de la soutenance du mémoire d’Habilitation à diriger des recherches de Marie-Agnès Lucas Avenel (Caen, 6 décembre 2019) », dans Les Échos du Craham, 13/12/2019, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/2815, consulté le 07/04/2020, ISSN : 2552-3139.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.