29/9/2019 Dernier jour de l’opération Ile-Ife : le retour

Ce billet fait partie d’une série consacrée à la mission de Cécile de Seréville Niel au Nigéria. Vous pouvez retrouver son aventure sur cette page : https://craham.hypotheses.org/category/nigeria

Ce matin, petit déjeuner assez cool avec mon hôtesse et dernier contrôle de mes valises pour être sûre de ne pas dépasser les 23 kg requis par Air France (sinon, bonjour la facture !). Je suis fin prête dès 9h et discute un moment avec Cyrielle avant qu’elle ne s’en aille (pour faire du yoga). Après les remerciements d’usage pour son très chaleureux accueil, me voilà donc seule chez elle avec normalement peu de temps à attendre avant que les collègues ne viennent me chercher (au plus une 1/2 heure). J’attends donc, mais ne voyant rien venir au bout d’une heure, puis de deux… j’ai commencé un peu à m’inquiéter quand même je dois dire ! (heureusement j’ai réussi à avoir Gérard en ligne qui m’a rassuré sur le fait qu’ils allaient bien arriver… vers 11h30 !!! Joseph et Raphaël avaient en effet fait un petit détour dans Ibadan avant d’arriver à l’IITA.
Bref, nous rejoignons enfin l’équipe, avec moult embrassades et vraie joie des retrouvailles, et nous embarquons dans deux véhicules pour le périple vers Lagos. Premier arrêt assez peu de temps après le départ pour déjeuner dans un fast-food nigérian où nous avons pu déguster des chaussons à la viande, des brochettes, des légumes et… des frites !!! 🙂 un vrai régal. Même si normalement, certains d’entre nous n’aiment pas trop ça (les frites s’entend), là, tout le monde a apprécié !! 
Ensuite, digestion dans le camion et zou ! En route vers Lagos ! 

Une dernière fois, nous avons pu voir de magnifiques paysages campagnards avec des bovidés à la démarche souple et très élégante et aux cornes superbes.


De nouveau aussi, nous avons pu constater à quel point la conduite nigériane est pour le moins… disons… étrange, aventureuse, dangereuse aussi parfois, mais certainement pas de tout repos !!! 
Là où, en France, nous aurions deux voitures côte à côte sur chacune des voies, ici, il y a plutôt 3 voire 4 ou 5 et les dépassements se font aussi bien sur la droite que sur la gauche… Quand il y a un resserrement des voies, c’est à qui klaxonnera le plus fort et tentera de forcer le plus la priorité qui gagne…d’où des dépassements à quelques micro centimètres près parfois… 
Faisant confiance aveugle au conducteur (il vaut mieux sinon je crois qu’on serait morts 15 fois de crise cardiaque !), nous avons détourné notre attention de l’état de la route et des risques de collisions en discutant à bâtons rompus tout le long du voyage. Le chauffeur était fort car malgré nos rires et nos échanges bruyants, il a conduit impeccablement même dans les bouchons interminables de Lagos. 
À l’occasion d’un arrêt au milieu de l’un de ces bouchons justement, nous avons assisté à une scène ubuesque ! 


Un conducteur a dû “serrer” de trop près une autre voiture (on a entendu un crac !) et a apparemment emporté ou abîmé un rétro… mais ne s’est pas arrêté le moins du monde pour un constat (il devait penser que, vu l’affluence, on ne saurait pas que c’était lui !!). 
Du coup, on a vu une femme, visiblement très, très remontée, marcher au milieu de l’autoroute (oui, vous avez bien lu !!!) et se mettre carrément devant la voiture du coupable pour l’empêcher d’aller plus loin tout en l’invectivant copieusement. 
Comme il ne voulait visiblement pas s’arrêter ni sortir de son auto pour s’expliquer et même commençait à la pousser avec son pare-chocs, le conducteur de la voiture abîmée l’a remplacé et elle, nous l’avons vu repartir vers l’arrière et revenir avec un pied de biche. Elle a alors littéralement explosé les deux rétroviseurs de la voiture qu’elle voulait arrêter ; le conducteur de cette dernière est alors sorti et on a commencé à voir une sérieuse empoignade, voire un début de bagarre généralisée (car bien évidemment les conducteurs des véhicules voisins se sont mêlés à leurs échanges)…

Nous n’avons pu voir la suite car, devant notre minibus, la route s’était enfin débloquée entre temps et notre chauffeur a fui pied au plancher pour ne pas perdre de vue la voiture de Joseph qui nous devançait. 
Comme je l’ai dit à mes coéquipiers, le visionnage obligé des séries de télé-réalités indiennes ou nigériannes dont on nous avait abreuvés pendant les repas du matin ou du soir à l’hôtel avaient dû nous ramollir le cerveau car nous avons tous regretté de ne pas avoir pu assister à la suite de ce psychodrame vécu en direct-live !!!

La fin du voyage s’est ensuite déroulée sans plus d’accroc et nous sommes arrivés en temps et en heure à l’aéroport international de Lagos. Les premières à partir étaient Margaux, Léa et Noémie qui passaient soit par Amsterdam, soit par Istanbul pour rentrer. Puis il y avait Déla qui repartait en Allemagne d’abord, puis vers les États-Unis. Et enfin, l’équipe des Hautefort, Gérard, Geoffroy, Yanis et moi qui devions regagner directement Paris. 
Nous avons tous enregistré nos bagages et passé le premier check-in et la douane. J’ai d’ailleurs bien failli me faire arrêter par les douaniers car voulant faire une blague à Gérard (qui était resté en arrière par rapport aux autres et qui était trempé de la tête aux pieds – il faisait très, très chaud et nous étions tous en sueur, mais lui tout particulièrement). J’ai fait la bêtise, en grande ignorante des simples règles de sécurité appliquées dans certains pays africains, de vouloir le prendre en photo (au flash en plus, pas du tout discrète la fille !!). Sauf, qu’il y avait aussi des militaires sur le cliché !!! Je me suis fait aussitôt rappeler à l’ordre par un grand douanier qui m’a fait non seulement les gros yeux, m’a sérieusement tancé, mais m’a aussi obligé à supprimer devant lui la photo incriminée… inutile de vous dire que mes deux comparses – qui eux connaissent parfaitement cette règle et sont nettement plus prudents que moi là-dessus – étaient morts de rire et se sont bien moqués de moi !! Ah, les coquins !!  ;-). 
Une fois la douane passée, nous nous sommes tous retrouvés de l’autre côté pour faire les boutiques (bof, pas grand-chose de très typique, plutôt du made in China ou importé d’Afrique du Sud ou alors à des prix complètement prohibitifs pour ce qui était proposé… je n’ai rien pu acheter du coup) et prendre un dernier pot tous ensemble dans un café. 


Vers 20h, le premier départ n’a pas été sans larmes émouvantes… Quelque temps après le départ des filles, nous avons à notre tour embarqué dans notre avion pour un vol de 5 h. Coup de chance, Yanis et moi étions assis côte à côte et nous avons longuement bavardé pendant une bonne partie du vol (merci Yanis d’ailleurs, car je n’ai pas éprouvé trop d’angoisse au décollage grâce à lui !!). Impossible pour moi de dormir en avion (deux films visionnés pendant le vol pour oublier qu’on est loin du terrain des vaches !!). Atterrissage impec et arrivée à 5h à Paris. Ouh, qu’il fait frais à la sortie de l’avion ! (nous sommes passés de + de 35°C à… 11 petits degrés !!). Nous avons ensuite tous pu récupérer nos bagages en un temps record et une fois les douanes de sortie passées, est venu le temps de se séparer. Nouveau moment d’émotion, tout le monde après s’être embrassé et promis de se revoir au plus vite a dû partir chacun vers sa destination finale. 
Yanis et moi avons fait un dernier bout de chemin ensemble pour regagner le centre de Paris et nous sommes séparés à la station Opéra. 
Dernière étape en train de mon périple vers Caen pour arriver en début d’après-midi totalement éreintée par ma nuit blanche certes, mais tellement heureuse d’avoir pu vivre tous ces moments intenses en émotions, en découvertes, en rencontres, en travail, en échanges scientifiques et en projets envisagés durant ce mois… 

Je voudrais d’ailleurs profiter de ce dernier billet pour remercier profondément toutes celles et tous ceux qui m’ont permis de vivre pleinement cette opération archéologique. 

En premier lieu, bien évidemment le CNRS, l’université de Caen Normandie et la MRSH de Caen (notamment, M. Daniel Delahaye et Mme Anne Guesdon, le directeur de la MRSH, M. Pascal Buléon ainsi que Mme Annie Laurent) pour leur aide à la préparation et pour le financement de cette mission ;

Un grand, grand merci aussi à ma directrice, Mme Christine Delaplace (pour le petit savon à la cannelle compact offert au départ de cette aventure 😉 et pour son indéfectible et amical soutien), à Christophe Maneuvrier (pour m’avoir présenté Gérard et chaudement encouragée à m’engager dans cette très belle opération) et à tous mes collègues du Craham pour leur aide à la préparation tant pratique que morale de ce voyage et par tous leurs messages d’amitié reçus avant et durant tout ce mois de septembre.

Enfin et surtout, un énoooooorme merci à Gérard Chouin, Adissa Ogunfolakan et Geoffroy de Saulieu pour m’avoir si bien acceptée et impliquée dans le projet archéologique d’Ile-Ife. Merci à eux du partage de leurs savoirs et de leur expérience, de leurs conseils et de leur écoute, de leur gentillesse avec toutes et tous et de leur grand humour qui créent une ambiance de travail non seulement très motivante mais aussi pleinement conviviale et chaleureuse. 
Merci aussi à l’ensemble des membres des équipes française (les Hautefort – Séverine et Raphaël -, Yanis, Léa, Margaux, Noémie), ghanéenne (Déla), tchadienne (Sidonie), américaine (Colin) et nigérianne (prof. Aremu, Adecola, Aleru et surtout Joseph, Tundé, Nonso, Kingsley, Joël, Chichi, Mayoko, Stanley, David, les deux Emmanuel, les deux Mercy, Inka, Kenneth, Ayolo (?), etc.), et aussi tous les personnels du musée d’Ile-Ife, de l’hôtel (Tsilaio, Leko…), le pelleur et son technicien, le gardien du site… j’en oublie certainement… et j’espère qu’ils ne m’en voudront pas… 😉

Sans oublier de remercier aussi les personnels de l’IFRA pour leur accueil et leur gentillesse, notamment Cyrielle Maingraud pour m’avoir si bien reçu chez elle, Clémentine Chazal et son compagnon Lloyd, Tamara Vilarins pour le magnifique repas brésilien qu’elle nous a préparé et la très sympathique soirée partagés tous ensemble à Ibadan.

Tous, professeurs, étudiants, documentaristes et historiens, personnels du musée d’Ile-Ifé ou spécialistes divers (que vous avez pu voir ou entr’apercevoir tout au long des photos illustrant ce journal de bord) avons travaillé ensemble pendant tout ce mois dans une ambiance et avec une qualité d’échanges assez inoubliables me semble-t-il. Merci à tous et vivement l’année prochaine pour la poursuite de ce magnifique projet !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.