21/9/2019 Le monolithe d’Ile Ife

Ce samedi, après le rituel matinal habituel qui me vaut (je croise les doigts) d’avoir eu la chance de ne jamais encore être piquée par les moustiques, à savoir, toujours dormir sous la moustiquaire après avoir arrêté la clim’, en chaussettes et pyjama – malgré la chaleur, ça marche bien, euh… douche froide au réveil nécessaire toutefois – le badigeonnage du produit anti-insectes top moumoutte sur les pieds, les mollets, les avant-bras et le cou, sans oublier la ceinture (mais dont il vaut mieux ne pas lire la composition au risque d’un infarctus quand on voit tout ce qui le compose !!!) et le petit-déjeuner (gloups ! et encore et toujours de la bouillie d’avoine qui tient bien au corps – je crois que je ne pourrai plus en manger avant un bout de temps ensuite !!!), retour sur le terrain pour une nouvelle journée de fouille intense.

Dans notre carré, nous avons poursuivi le décapage de la tranchée H, descendu les niveaux et nettoyé deux nouvelles fosses apparues dans la zone. Si au début cela allait à peu près pour la fouille, nous avons rapidement été têtes en bas et fesses en l’air au fur et à mesure de la descente dans les fosses ! Dans tous les carrés, cela bosse dur et quelques éléments d’habitats plus clairs à interpréter commencent à émerger. Régulièrement des élèves du collège ou du lycée proche viennent visiter le site et aujourd’hui c’est Stanley, un des étudiants nigérians qui s’est “dévoué” pour faire la visite et visiblement les élèves ont été très intéressés par ses explications et lui semble s’être totalement pris au jeu ! (très sympa, il me fait mourir de rire avec ses mimiques !!)

Petite pause dans l’après-midi en ce qui me concerne, ainsi que pour Noémie, car nous avons accompagné les Hautefort, Léa Roth et le professeur Adissa dans Ile Ife pour une petite expédition technico-touristico-éducative. 
Il voulait en effet nous montrer un monolithe qui, selon les histoires locales rapportées, serait médiéval (il serait du XIe s., humm,… à voir ???? ancien c’est certain, mais de quelle époque précisément, difficile de le déterminer !) et aurait été mis en place à l’époque d’un roi (dont je n’ai absolument pas retenu le nom, honte sur moi !) qui aurait ainsi voulu marquer soit son pouvoir, son emprise ou délimiter son territoire (plusieurs interprétations sont possibles voire compatibles entre elles). 


En gros, on ne sait pas vraiment de quoi il s’agit ni qui l’a fait installé, mais c’est un monument remarquable de la ville et il fait l’objet d’un vrai culte encore actuellement. 
Séverine et Raphaël Hautefort ont pu lors de cette visite le photographier sous tous les angles pour permettre sa restitution virtuelle en 3D et tourner quelques scènes pour leur documentaire. 

Pendant qu’ils tournaient, le professeur Adissa m’a emmené dans les ruelles adjacentes pour me montrer et m’expliquer comment sont les fondations typiques des maisons en terres crues du territoire yoruba et la manière dont les murs sont montés sur la latérite, par niveaux successifs. 


Nous avons pu non seulement observer plusieurs de ces maisons (sous les yeux ébahis parfois de leurs habitants qui s’interrogeaient de voir cette Oïbo que je suis en compagnie d’Adissa photographier la base de leurs demeures), mais aussi voir l’érosion importante que subissent les sols encore aujourd’hui (et qui donne l’impression que les fondations des maisons actuelles sont toutes apparentes même lorsqu’elles sont récentes). 
Cela m’a permis de mieux appréhender les méthodes de constructions des maisons en terre crue et de comprendre l’effet des pluies torrentielles que subit la région (même s’il faut bien garder en tête que ce schéma ne correspond pas entièrement à ce que nous fouillons, il existe toutefois quelques similitudes dans l’érosion et le lavage des sols).
Ah oui, j’en ai profité aussi pour – tout de même – faire quelques nouvelles photos des sépultures attenantes aux habitations (cas le plus fréquent ici) et aussi pour prendre un cliché de magnifiques cercueils blancs vendus à proximité du monolithe, je ne pouvais pas les rater !!! 


Ensuite, petite expédition dans les rues pour trouver des cigarettes aux fumeurs de l’équipe (qui, comme de bien entendu, se sont trouvées être moitié moins chères quand c’est le professeur Adissa qui les achète que quand c’est un Oïbo :-), merci professeur et quels influence et pouvoir que les siens !!!

Retour au chantier enfin pour finir l’après-midi et tenter de finir notre fosse (nettement plus larges et profondes que ce à quoi nous nous attendions !!).


La soirée s’est ensuite calmement déroulée malgré les coupures électriques intempestives et l’absence de réseau internet. Du coup, tout le monde étant de toutes manières assez fatigué de nos efforts de la semaine, personne n’a trop traîné pour aller se coucher…
Petite frustration en ce qui me concerne est à nouveau l’absence d’internet car j’aurai voulu pouvoir souhaiter son anniversaire à ma Maman, mais j’ai pu quand même lui laisser un message sur WhatsApp (en espérant qu’elle le lise !;-).
A demain !!!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.