18/09/2019 Road (terror) movie, quartiers (très) populaires, ossements et torrents de pluie

Comment décrire cette journée ? Beaucoup de peur sur la route, des rencontres fort intéressantes et une expérience que je ne suis pas près d’oublier. 
Pour commencer dans l’ordre, Gérard Chouin, Geoffroy de Saulieu, Josef et moi sommes partis en tout début de matinée pour Ibadan. Les autres membres de l’équipe étaient occupés à d’autres travaux au musée. Deux heures de trajet grosso-modo pour y parvenir avec une conduite (très) sportive de Josef (pour permettre à Gérard d’arriver à l’heure à un RDV important à l’Ifra). J’avoue que plusieurs fois j’ai serré très fort les dents vu les nids de poule ou les dépassements ou les freinages au dernier moment de notre conducteur et je n’étais pas la seule, mon voisin de banquette arrière, Geoffroy, ayant plusieurs fois juré (presque comme un charretier 😉 ) et ayant lui aussi eu une peur bleue à plusieurs reprises. Je ne sais pas comment Gérard, à l’avant, a pu résister à la crise cardiaque !!! Nous sommes toutefois arrivés sains et saufs à l’université d’Ibadan et avons laissé Gérard à sa réunion. 


Ce petit arrêt nous a permis de rencontrer la femme de Josef, jolie jeune femme et adorable comme tout puisqu’elle a pris l’initiative de nous préparer un repas à l’avance pour le déjeuner. Du riz jollof maison et du poulet ainsi que des bananes plantains un peu aillées… mmm !! un pur délice !!! 
Ensuite nous avons voulu aller faire le plein dans une station service pendant la réunion de Gérard, mais là il nous a fallu attendre un temps certain pour un problème de carte Total avec pas assez de budget alloué dessus d’où des tractations à n’en plus finir pour Josef avec les employés de la station. Geoffroy et moi avons sagement attendu, au frais dans les bureaux en papotant pendant ce temps là…

Au bout d’un moment, Josef est revenu vers nous et nous a dit que nous allions pouvoir aller faire les quelques emplettes prévues pour la mission pendant que l’autorisation de Total parvienne à la station. Nous devions en effet trouver des pierres de Cornaline pour les études que Geoffroy désire mener sur les pierres précieuses retrouvées en contexte archéologique et qui auraient pu être extraites au Nigéria.


Nous sommes donc partis à pied dans les quartiers populaires de la ville d’Ibadan après avoir traversé à nos risques et périls deux voies où circulaient des voitures, des motos, des camions à toute vitesse… Euh, j’avoue que, comme un gosse qui a peur de traverser la rue, j’ai tenu la main de Josef pour être sûre de ne pas me faire écraser vu la conduite des Nigérians !!! 

Il nous a emmené dans des quartiers euh… comment les décrire ??? un peu à la limite du bidonville quand même avec des maisons construites de bric et de broc, des ruelles très étroites avec l’évacuation des eaux usées par un vague conduit central, très étroites et donnant l’impression d’un véritable labyrinthe.

Il pensait nous faire rencontrer un tailleur de pierres qu’il connaissait mais une fois arrivés là où il pensait le trouver il a appris son décès par un groupe de Maliens du Nord (parlant un peu français, mais pas très rassurants car nous ne savions pas du tout à quelle obédience ils appartenaient). L’un d’entre eux, a près avoir discuté avec Josef et Geoffroy nous a emmené alors dans son office (à nouveau petit trot dans des ruelles étroites) pour nous faire voir quelques pierres. 


Aucune ne correspondant à ce que nous désirions, il nous a alors mené chez un revendeur Sénégalais (sans doute plus un trafiquant de pierres qu’autre chose). 
Et là nous avons eu droit à une pantomime formidablement drôle avec une succession de pierres qui nous étaient apportées au fur et à mesure des discussions (tout sauf ce qui nous intéressait bien sûr). Il même tenté de nous faire croire que des boules blanches (probablement en céramique servant à blanchir les jeans et de production tout à fait industrielle) étaient des oeufs de dinosaures fossilisés !!! Impayable le bonhomme !! Après bien des échanges et des discussions, Geoffroy a tout de même réussi à ce qu’il nous montre de la vraie cornaline et à en acheter un collier (cher par rapport au prix à l’achat du revendeur a priori, mais bon… que ne faut-il pas faire pour la science n’est-ce pas ?). Une fois la vente acceptée et l’argent versé, le vieux roublard a tenté une petite blague en faisant croire qu’il manquait un billet (4 au lieu de 5 :-), hé, hé, mais Geoffroy lui a cassé un peu sa baraque en lui offrant un billet supplémentaire pour sa famille… du coup, il est devenu un obligé et Geoffroy arrivera peut-être plus facilement à obtenir des renseignements sur les extractions de pierres au Nigéria à l’avenir (en tous les cas, c’est ce qu’il espère). Le vieux bonhomme a toutefois accepté de se faire photographier avec nous et la horde d’enfants qui s’étaient amassés dans le coin et avant que nous ne partions, il s’est révélé au final plutôt plein de malice (cible facile que de voir deux européens comme nous débarquer ainsi dans le quartier !!). Je reconnais que j’étais fort contente que Josef soit avec nous et je ne me risquerai aucunement dans un tel quartier toute seule, c’est sûr !!!


J’ai quand même pu faire quelques photos au passage (mais pas facile de dégainer l’appareil sans se faire trop remarquer ni paraître voler des images) et notamment photographier des sépultures attenant directement aux maisons d’habitation (oui, dès qu’il y a du funéraire dans le coin, ça m’intéresse un peu quand même !! :-)) et ça m’intéresse d’autant plus que cela illustre parfaitement l’hypothèse d’une possible continuité des pratiques funéraires depuis la période médiévale des inhumations à proximité immédiate des lieux de vie voire dans l’intérieur de ceux-ci.

Retour au garage où nous avions laissé la voiture en retraversant les deux axes routiers (et nous avons encore risqué notre vie !!!! et au passage nous avons quand même trouvé une douille de balle… qui trainait comme ça dans la rue…). 

Nous avons rejoint ensuite l’Ifra et Gérard pour déjeuner. Ensuite, visite au département d’anthropologie de l’université où nous avons rencontré deux enseignants. Visite dans leur réserve des caisses d’ossements issus de la fouille d’un site au Bénin dans lequel des ossements ont été exhumés et étudiés dans les années 60. Après leur examen et discussion, je devrais normalement passer les trois derniers jours de notre séjour au Nigéria à Ibadan. Gérard va s’arranger pour que je puisse m’y rendre et l’équipe me récupèrera au passage avant le départ prévu dimanche 29/9 (euh…m’oubliez pas hein ????).

Enfin, nous avons visité deux des enseignants de l’université d’Ibadan que connait Gérard et qu’il tenait à saluer absolument à l’occasion de notre passage (l’un d’eux vient de perdre sa femme et la visite de courtoisie était poignante je dois dire) avant de prendre la route du retour. Nous avons dû partir aux alentours de 17h15-30 et nous ne sommes arrivés à Ile Ife que vers 21h00 en raison d’une énoooooorme pluie tropicale tout le long de la route !!! Je ne sais pas combien d’eau peut tomber en même temps ici, mais je n’ai jamais vu autant de flotte d’un coup !!! Gérard et Josef ont même vu deux pythons traverser la route dans la partie de la forêt tropicale (ils se laissent plus ou moins flotter ou nagent dans l’eau… heureusement que je ne les ai pas vus !!).
À la sortie de la ville d’Ibadan, le flot d’eau était tel que les gens avaient de l’eau jusqu’au dessus du genou… Nous commencions à regarder si le bas de la caisse de notre auto n’allait pas fuir et si nous n’allions pas avoir les pieds dans l’eau. Tout du long du trajet, nous avons serré les dents, croisé les doigts, touché de la peau de singe et espéré de tout cœur que la voiture ne cale pas ni ne tombe en panne tant la pluie était violente. Un grand bravo à Josef qui malgré ce temps pourri, la nuit tombée, la fatigue de la conduite (d’autant qu’il souffrait d’une crise de palu) et le manque total de visibilité la plupart du temps sur la route, nous a ramené à bon port !! Sincèrement, nous avons quand même été très rassurés en voyant notre hôtel se profiler !!! Maintenant, une bonne nuit de sommeil et demain retour au terrain !! 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.