Le site archéologique des tuileries de Barbery ouvert au public pour les Journées européennes du patrimoine 2019

Les 21 et 22 septembre prochains, le public est invité à venir découvrir les vestiges des tuileries de Barbery dont la fouille a débuté en 2017.

Comment fabrique-t-on les tuiles au Moyen Âge ? C’est pour répondre à cette question apparemment simple qu’une équipe de chercheurs et de bénévoles s’est réunie le 26 août dernier à Barbery, à une vingtaine de kilomètres au sud de Caen. Ce village a en effet dû vivre, de la fin du Moyen Âge jusqu’à la Révolution, au rythme d’une production véritablement industrielle. On peine encore à chiffrer les tonnes d’argile extraites à des emplacements soigneusement choisis, le nombre d’ouvriers employés à la transformer en tuile et à construire des fours capables de supporter des cuissons répétées à plus de 800 °C. Les très nombreux bâtiments couverts en tuile de Barbery dans la région entre le xive et le xviiie siècle laissent en tout cas imaginer qu’il s’agissait là d’un matériau recherché. Sa qualité semble bien être confirmée par l’observation de tuiles provenant de Barbery sur certaines toitures, aujourd’hui encore, deux siècles après l’arrêt de la production.

Le four A10 en cours de fouille : à gauche du muret séparant les deux couloirs de chauffe, l’arc encore conservé, maintenu par un mélange de matériaux provenant de la destruction de la structure.

Afin de mieux comprendre les techniques mises en œuvre, une campagne de fouille (menée grâce au soutien du ministère de la Culture, du département du Calvados, de l’université de Caen Normandie, du CNRS, de l’Inrap et de la mairie de Barbery), faisant suite à celle de 2017, a mis au jour deux fours. L’un d’eux devait appartenir à l’abbaye Saint-Étienne de Fontenay, située à quelques kilomètres de là : les archives du début du xvie siècle nous apprennent qu’un certain Jean Granderie devait alors reconstruire le four de la tuilerie des moines. Deux siècles plus tard, son probable descendant, Thomas Granderie, originaire de Barbery, émigre au Canada où il est impliqué dans la cuisson de la chaux : peut-on imaginer qu’il emportait avec lui un savoir-faire spécifique ?

La visite, assurée par des membres de l’équipe de fouille, propose une découverte des vestiges et des méthodes qui permettent de les étudier.

Le site sera ouvert au public lors des Journées européennes du patrimoine le samedi 21 et le dimanche 22 septembre de 14 h à 17h30 ; Rendez-vous au Grand Tremblay, 14220 Barbery. Le programme est disponible sur le site du ministère de la culture (http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Normandie/Manifestations-nationales/Programme-des-Journees-Europeennes-du-patrimoine-2019-en-Normandie).

Contact : Adrien Dubois (06 51 07 42 72 ; dubois_adrien@yahoo.fr)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.