15/9/19 Visite au Roi d’Ile Ife

Programme de ce matin, non pas repos total (réveil tôt par les cérémonies religieuses à proximité et musique à fond dans la cour), mais travail d’inventaire des prélèvements effectués ce matin et réponses aux mails les plus urgents (ce qui a pris la plus grande partie de la matinée quand même !!).

Après le repas du midi, petit temps pour finir de trier les photos de cette semaine et achever deux-trois messages à la famille, puis il a fallu se préparer pour se rendre à la guest-house où se trouve l’ambassadeur de France au Nigéria venu nous rendre visite et ensuite aller chez le roi qui s’appelle Adeyeye Enitan Ogunwusi (euh… oui difficile à dire pour nous :-).

C’est un homme d’une quarantaine d’années environ, il est entouré d’une horde de gens qui le camouflent pour certains actes de la vie quotidienne comme s’asseoir, manger, boire… Il porte un très beau vêtement blanc, a une coiffe de cérémonie surmontée sur l’avant d’un symbole nettement phallique (réplique réinventée de celle d’une statue trouvée au début du XXe s., dixit Geoffroy, puits de science sur la société africaine). Il porte également un gros collier et un bracelet de grosses perles rouges, et à la main, il tient un long bâton blanc avec une houpette (en crin de cheval ?) à son extrémité supérieure et qui constitue visiblement un net symbole de son pouvoir.

Quand il ne le tient pas, c’est un des hommes de son entourage qui le tient, mais avec une serviette (pour ne pas toucher directement le bâton je suppose, et sans doute ne pas l’entacher d’un quelconque déshonneur ?).

Au cours de la cérémonie, la reine, appelée de son côté à d’autres obligations royales, est entrée pour avertir le Roi son époux de son départ du palais (c’est obligatoire a priori selon ce que j’en ai compris des explications données par Emmanuel l’un des étudiants nigérians). Elle a donc fait un petit tour auprès du roi, mais a dû saluer tous les dignitaires présents avant de s’en retourner à ses propres activités. C’est une ancienne prêtresse (je ne sais plus comment elle s’appelle mais elle semble assez jeune et belle, elle a des faux cils longs comme le bras et des talons d’au moins 15 cm, je ne sais pas comment elle peut marcher avec d’ailleurs, ça doit être un rude métier que celui de reine je suppose ! 🙂
En tous les cas, Déla, notre jeune collègue Ghanéenne l’adule totalement (elle la suivait sur Instagram bien avant qu’elle ne devienne reine). Elle en était béate d’admiration (genre fan inconditionnelle et était toute excitée de l’avoir vue en chair et en os).
Voici en première quelques photos de notre soirée chez l’Ooni d’Ile-Ifé (un roi en vrai de vrai ! il n’a pas de vrai fonction de pouvoir en tant que telle a priori mais est un chef traditionnel extrêmement respecté et visiblement encore bien influent dans le pays). La cérémonie en tant que telle a duré un temps certain, mais c’est quelque peu dépaysant de voir se succéder musiciens, danseurs, dignitaires des différentes grandes familles ou représentants des différents quartiers de la ville (je crois) venir rendre hommage à leur roi et lui porter allégeance… on se croirait presque au Moyen Âge et on imagine sans peine le même genre de cérémonie très règlementée en Angleterre ou ailleurs où la royauté serait encore de mise…


À dire vrai justement, ça m’a fait un peu bizarre cette cérémonie, à la fois visiblement très codifiée, très honorifique, un peu kitsch (genre un chouïa Tintin en Afrique ou un vieux film sur l’Afrique), mais quel décorum, quel luxe dans les costumes (chaussures brillantes de mille feux, coiffes avec moult strass et paillettes, différentes visiblement selon les régions et le statut de leur porteur) et dans le cérémonial présenté… et que de traditions qui nous paraissent assez bizarres à nous autres les occidentaux. Les fauteuils blancs étaient visiblement réservés aux nobles ou aux très proches du roi, les autres fauteuils (énormes en velours bigarrés de toutes les couleurs) réservés aux hôtes et aux autres membres de moindre rang de la famille royale ou de son entourage…
On n’a pas tout compris je pense de ce qui relevait de la tradition, du folklore ou des honneurs qui nous étaient faits… il faudra sans doute demander quelques éclaircissements demain sur les successions de danseurs, de grands personnages de la hiérarchie Yoruba et des dignitaires venus présenter leurs doléances au roi d’Ile-Ifé et sur leur rôle à chacun. 


J’espère que ces quelques photos vous donneront un aperçu de la cérémonie. 
Ah oui, quand même que je vous raconte, on a tout de même failli être pris dans un incendie !! Il y a eu un court-circuit dans la grande salle de cérémonie, de la fumée et quelques flammes… Le roi et son entourage immédiat ne s’en sont pas tout de suite rendus compte et une fois le constat fait, tout le monde près de l’estrade royale s’agitait un peu dans tous les sens mais sans agir du tout. Il a fallu que le roi sorte d’abord de la salle pour qu’enfin quelqu’un daigne agir un peu et éteindre les flammes qui commençaient à montrer le bout de leur nez !! La cérémonie s’est pour le coup achevée dans une autre salle (toute petite celle là). S’est ensuivi un repas pris en commun avec le roi qui recevait l’ambassadeur et sa délégation, la partie étrangère de notre équipe et quelques membres du musée d’Ile Ife (les étudiants nigérians n’étaient pas conviés en raison de la petitesse de la salle de réception… hum… heureusement que demain toute l’équipe sans distinction sera reçue par l’ambassadeur, sinon, je trouverai ça moyen, moyen…). Le repas était bruyant et il a été difficile de discuter (il y avait trois musiciens qui nous jouaient si bien la sérénade que nous en avons eu les tympans… disons… quelque peu fatigués). 
L’ambassadeur devrait nous rendre visite demain sur le site et il sera sans doute plus facile de lui parler science qu’aujourd’hui où tout est resté très officiel.
À demain donc pour la suite !!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.