14/09/19 Nettoyage des carrés pour les relevés photogrammétriques

Au réveil, de nouveau la crainte de se retrouver à devoir fouiller dans la boue car une pluie diluvienne s’est abattue sur Ile Ife à l’heure du petit déjeuner !! De vrais seaux d’eaux et de gros éclairs avec une chaleur quasi étouffante dans la salle commune de l’hôtel. 


Heureusement, nous avons tout de même pu partir aux alentours de 9h en ayant à l’esprit toutefois que nous n’aurions sans doute un répit que jusqu’à 13h environ selon les prévisions météo de “Gogole” (je préfère à Google, même si mon fils me dirait que ça fait vieille schnock).
Eh bé, une fois de plus la météo réelle s’est avérée en contradiction complète avec les prévisions !! Nous avons en effet pu fouiller toute la journée sous un ciel gris et dans une relative moiteur, mais sans une goutte de pluie supplémentaire. Tout le monde était un peu stressé par le risque de nouvelles pluies et s’est dépêché de bien nettoyer sa zone de fouille pour faire les relevés photogrammétriques avant la pause de dimanche. 
Pause déjeuner rapide donc avec petits chaussons, pain-saucisse ou take away selon les goûts et l’appétit de chacun. Tangerines (oranges ou mandarines vertes, très goûtues) et petites bananes vertes pour ceux qui voulaient également ; cela fait un bien fou de pouvoir manger des fruits frais, les petites bananes en particulier sont dé-li-cieu-ses, rien à voir avec celles que nous avons chez nous). Quelques vaches locales nous ont tenu compagnie toute la journée et régulièrement nous avons la visite d’habitants (notamment d’enfants) du coin curieux de savoir ce que nous faisons. L’école attenante étant un centre d’examen, il y a toujours pas mal de monde en fait…


Dans notre carré, le décapage s’est poursuivi et comme nous voulions pouvoir accéder au même niveau un peu partout et surtout comprendre les recoupements et la chronologie des faits archéologiques, nous avons pas mal décaissé les niveaux qui nous semblaient correspondre à un mur effondré. Pas facile de comprendre la succession des unités dans ce terrain (surtout lorsqu’on y est pas habituée comme je le suis à un terrain aussi argileux et acide), mais avec l’aide des yeux de Geoffroy de Saulieu et de Gérard Chouin et leurs explications, je commence à mieux comprendre le terrain et à visualiser les unités stratigraphiques du secteur. C’est d’ailleurs hyper intéressant de les écouter discuter et de participer (un petit peu) à leurs échanges sur les diverses hypothèses qu’il est possible d’imaginer et selon ce qui apparaît au fur et à mesure de nos investigations. Pour permettre un relevé photogrammétrique correct, nous avons fini par faire un gros travail de nettoyage complet du carré B (fouillé en 2018 et attenant directement à notre carré C). Ce nettoyage était de toute façon nécessaire pour mieux comprendre justement les relations entre le mur, que nous pensons effondré au-dessus du niveau où reposait le corps de l’enfant, et le niveau sur lequel se trouvait ce dernier. Comme il y a également un cailloutis sous-jacent, qui, pour le moment selon les cogitations de Geoffroy et Gérard, pourrait correspondre à un empierrement naturel réutilisé ensuite par les hommes, et de grosses fosses attenantes et des recoupements de structures que l’on voit parfaitement bien dans les coupes, cela complique un peu les choses et ne nous permet pas pour le moment d’avoir une vision complète de ce qui a pu se trouver là. Il reste encore pas mal de choses à comprendre…

Carrés B et C


Un nouveau carré va par ailleurs être ouvert entre le carré C et le D, à proximité du nôtre, pour tenter de mieux percevoir la continuité ou non des structures perçues jusqu’ici. 
Parmi les deux fosses profondes présentes dans notre carré, l’une a d’abord été nettoyée par Madame Sharon (professeure d’archéologie de Lagos si j’ai bien compris, adorable dame, mais assez petite en taille et qui risquait de plus pouvoir sortir du trou à force de creuser…), remplacée par l’une des jeunes fouilleuses françaises de l’équipe (Noémie Vergote, nettement plus grande). Au fur et à mesure de la journée et que nous la voyions s’enfoncer dans le trou, tout le monde s’est bien évidemment fendu de commentaires un peu moqueurs ou de blagues (du genre “ne pourrait-elle pas creuser jusqu’en Chine pour nous rapporter des nems ?”). Elle a tenu le choc impeccablement la jeunette, et a bien avancé la fouille de cette grosse fosse ; tâche très difficile, dans la chaleur et en se faisant en plus attaquer par des moustiques ! (malgré mes craintes que cela ne soit pas suffisant, je lui ai prêté mon spray anti-moustique qui semble assez efficace, sinon je crois qu’elle aurait été dévorée par les insectes qui bourdonnaient littéralement autour d’elle à un moment). À la fin de l’après-midi, il a quand même fallu l’aider à sortir à l’aide d’un escabeau et elle ne pourra sans doute pas continuer à creuser tellement plus profondément sans risque pour sa sécurité. Beau travail !!!

La fin d’après-midi a donc été consacrée au travail de nettoyage fin du cailloutis (ouille ! ça finit par donner quelques douleurs dans les doigts à force de faire du cailloux !!!). Grosse suée pour parvenir à finir dans les temps sous la menace de la pluie sensée arriver… et qui finalement n’est aucunement tombée (c’était bien la peine de s’inquiéter !!!). Nous avons fini à trois dans notre carré (Chichi, Geoffroy et moi) sous le regard mais avec les encouragements (quand même !) :-), des collègues français et nigérians, désolés (ont-ils dit ! :-D) de ne pouvoir faire davantage pour nous aider par manque de place dans le carré… La fin de journée a été bienvenue de tous (pour ma part, j’étais épuisée et trempée !!).


La douche froide à l’hôtel m’a fait un bien fou ! Malgré les coupures électriques permanentes, je me débrouille avec la torche de mon téléphone pour y voir dans ma salle de bain… pas évident de voir si j’ai bien lavé mon linge quand je fais ma lessive, mais bon, au moins mon linge sent le propre.
Enfin, repas, toujours aussi pimenté (les premiers soucis gastriques commencent à arriver parmi plusieurs des membres de l’équipe, pour l’instant, j’y échappe, je croise les doigts !) en bonne compagnie avec deux jeunes femmes d’une association ou d’un organisme de promotion de la Culture nigériane (je n’ai pas compris toutes leurs explications, mais elles font une sorte de tour des sites culturels intéressants à voir dans le pays) en visite sur la fouille et avec qui j’ai pu discuter (surtout avec l’une d’elle en réalité). Ensuite, zou ! Au lit !!! (assez tôt pour une fois) pour reprendre quelques forces et (tenter d’)être présentable demain pour la visite au roi d’Ile Ifé 🙂


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.