11/9/2019 Que d’eau, que d’eau !

Ce billet fait partie d’une série consacrée à la mission de Cécile de Seréville Niel au Nigéria. Vous pouvez retrouver son aventure sur cette page : https://craham.hypotheses.org/category/nigeria

Aujourd’hui, pluies diluviennes toute la journée au programme, je pourrai maintenant parler sans problème des pluies tropicales, je sais désormais ce que c’est !! 

La pluie s’est présentée dès ce matin après le petit-déjeuner et si nous avons pu remettre le chantier en route sans trop de soucis à notre arrivée sur place (ce ne sont pas quelques gouttes qui nous effraient), eu le temps de faire une interview pour le documentaire que tourne le couple Séverine et Raphaël Hautefort sur la fouille du site d’Oduduwa College où nous sommes, une pluie diluvienne s’est abattue sur le chantier dans la matinée et en début d’après-midi. 

Il a alors fallu creuser des sortes de drains et faire des mini-banquettes de terre autour de tous nos sondages pour tenter de limiter les inondations, parfois en vain vu la quantité d’eau tombée. Certains des carrés se sont transformés en véritables piscines et la fouille a été particulièrement ardue. 
Si l’eau n’était pas trop froide, par contre, tout le monde s’est rapidement trouvé trempé de la tête aux pieds ou au mieux très, très humide… Pour le coup, la moiteur a été extrême aujourd’hui et surtout on a pas mal “patouillé” dans la gadoue générée par tout cet afflux d’eau. Sans parler du matériel photo, des caméras et du matériel de fouille à protéger un tant soit peu… Heureusement que les tentes nous ont permis de continuer le travail même si quelques-uns d’entre nous se sont pris de bonnes douches surprises avec l’eau accumulée pas endroit sur les bordures des tentes qui cèdent d’un coup sous le poids de l’eau. 
Heureusement, quelques éclaircies (pas beaucoup et pas longtemps) ont quand même permis d’avancer un peu, mais la journée a été singulièrement ralentie quand même. 
L’énorme tractopelle du chantier a servi pour faire une sorte de barrage en amont du chantier, toute l’eau de l’école située un peu au-dessus dévalant vers le site situé en contrebas.


Dans le carré C, nous avons néanmoins pu avancer et descendre le niveau de la couche que nous avions abordé hier, mais le décapage a été assez difficile, la terre étant particulièrement collante et argileuse. De nouveau, plein de tessons de céramiques à décor de cordes tressées et des restes organiques conservées sur les parois internes de certains tessons. Nous avons toutefois réussi à aborder le niveau de terre argileuse rougeâtre dans lequel se situe le squelette immature que nous cherchons à identifier. Demain, si le temps le permet, nous pourrons peut-être arriver au niveau de dépôt du corps, mais cela n’est pas certain car il y a quand même pas mal de volume de terre à enlever encore. On verra ce que le temps nous réserve ce soir. 

Le jeune Solomon à droite.

Nous avons a priori gagné un nouveau bénévole. Un jeune ado de 13 ans qui s’appelle Solomon, tout timide, a passé sa journée avec nous. Ne parlant pas l’anglais, il est néanmoins resté toute la journée, à rendre service à droite ou à gauche. Apparemment, il revient demain et je lui ai proposé de lui apprendre à tenir une truelle, ce qui a semblé le ravir. Je ne suis pas certaine qu’il ait beaucoup à manger car il a accepté avec grand empressement la bouteille de Coca 0% et les quelques oranges que nous avions laissé à midi. S’il est bien là demain, plusieurs collègues et moi lui donnerons sans doute une partie de notre déjeuner (notamment ceux qui prennent une portion de riz comme je l’ai fait ce midi et qui est bien trop copieuse pour moi seule).
Le retour au bercail s’est fait toujours sous la pluie et sous les interpellations de “Oïbos” (qui veut dire Blancs en yoruba) avec une fois débarqué une grosse séance de désenbouage de nos affaires et surtout une bonne douche (toujours froide, mais on s’y fait finalement). Espérons que la clim permette d’assécher nos vêtements cette nuit et demain car l’idée de se rhabiller avec des vêtements humides ne me fait pas du tout rêver !!!

Vivement demain et croisons les doigts pour qu’il fasse beau !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.