10/09/19 Un début de fouille intense

Ce billet fait partie d’une série consacrée à la mission de Cécile de Seréville Niel au Nigéria. Vous pouvez retrouver son aventure sur cette page : https://craham.hypotheses.org/category/nigeria

Ce matin réveil sous la pluie… Va-t-on pouvoir aller sur le terrain ? Mais oui bien sûr, ça n’est pas une petite pluie (même tropicale) qui va effrayer mes collègues baroudeurs ou la normande que je suis devenue tout de même !! Aujourd’hui c’est le véritable « premier » jour de fouille. À notre arrivée, spectacle d’un espace de chantier certes bien défini, mais totalement boueux. Heureusement, les tentes de chantier ont préservé à peu près secs les secteurs où nous devons intervenir. Néanmoins, vu l’humidité, nous nous sommes vite retrouvés tous très, très boueux…

Après discussion, Gérard Chouin a défini plusieurs secteurs et cinq carrés sont prévus. Le mien correspond à l’un des sondages déjà réalisé l’an dernier (la carré B) et il a été décidé de l’agrandir vers le sud-est d’un mètre dans un premier temps, et plus selon ce que nous allons découvrir. L’objectif premier est de tenter de vérifier que le jeune squelette identifié correspond bien à un dépôt volontaire ou voir s’il pourrait s’agir sinon d’un corps préservé par l’effondrement d’une des parois en briques de terre de l’habitation perçue l’an dernier. Les hypothèses fusent et après avoir défini notre stratégie de fouille, la petite équipe à laquelle je contribue se met à l’ouvrage. Sur mon secteur d’intervention, trois étudiants me sont confiés : Onso, Tchi-Tchi et Kingsley (voir la photo ci-dessous). Je ne suis absolument pas certaine de l’orthographe de leurs prénoms, mais c’est comme cela que je les entends, eux n’arrivent pas à m’appeler Cécile et je suis devenue Cécila ou Mama (ça doit être à cause du grand respect qu’inspirent mes cheveux blancs je suppose ! :-). Des étudiants absolument adorables, à l’écoute, posant plein de questions et super efficaces ! Une dream team ! L’un d’eux écoute de la musique et chante tout le temps (tiens, ça me fait penser à quelqu’un du service d’archéo-anthropo ça ! ;-).

Onso, Tchi-Tchi et Kingsley


Toute la journée durant, nous avons donc descendu les niveaux que nous avions perçus, les premiers étant assez conséquents. Sont apparues les premières ampoules et courbatures (sinon, ça ne serait pas drôle bien évidemment !). Un gros travail de tamisage systématique des sédiments est également entrepris et je suis bluffée par leur table de tamisage faites de bric et de broc mais hyper efficaces et qui ne cassent pas le dos !

La pause déjeuner ayant vite été expédiée avec un petit chausson de viande (ou de poisson, impossible à dire mais excellent, un goût de trop peu en fait !), nous avons trimé tout l’après-midi en craignant une nouvelle averse, mais non, la chance a été avec nous et malgré les prévisions météo annoncées sur les applis de nos téléphones, aucune nouvelle goutte d’eau n’est venue perturber le bon déroulement du chantier. 
En fin d’après-midi, la fatigue a commencé à se faire sentir de tous et nous étions, ma foi, assez heureux de voir la journée se terminer. Dans notre carré, outre les multiples tessons de poteries diverses et variées retrouvées (bien qu’incomplètes – il ne faut pas rêver non plus ! – certaines sont superbes avec des décors en cordelettes tressées appliquées sur les parois externes, d’autres avec des engobes noires ou rouge, à faire pâlir d’envie tous les céramologues que je connais, c’est sûr ;-), nous avons identifié une fosse circulaire située juste au-dessus du niveau de dépôt du squelette immature. À voir demain s’il y a un lien à établir entre les deux ou pas ?

Au retour, douche très bienvenue et mauvaise surprise de se rendre compte en enlevant mes gants de fouille, que mon majeur gauche avait doublé de volume : une petite irritation de l’ongle s’est visiblement infectée dans la journée sans que je ne m’en rende compte. Une autre collègue a la même chose au doigt de pied. Du coup, entre les produits apportés par les uns ou les autres, les conseils prodigués pour contrer une telle situation et l’aide apportées pour soigner nos deux bobos ce soir, nous verrons bien demain matin s’il faut vraiment nous couper les doigts ou pas pour éviter la septicémie 😉 !!!
À demain pour la suite des aventures tropicales d’Ile-Ifé !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.