8/9/19 L’attente

Ce billet fait partie d’une série consacrée à la mission de Cécile de Seréville Niel au Nigéria. Vous pouvez retrouver son aventure sur cette page : https://craham.hypotheses.org/category/nigeria

Dimanche matin tranquille avec attente du retour du contremaître d’Ibadan, parti chercher du matériel et faire le change ; matinée passée à attendre, à discuter avec les étudiants français et nigérians tout en rédigeant mon billet quotidien. Programme de l’après-midi : se rendre sur le site pour nettoyer les zones de fouille. A priori il va surtout falloir dégager les carrés et travailler à 5/6 par zone  de fouille (2 à la fouille, 2 à l’évacuation des déblais et 2 au tamisage par roulement).

Nos hôtes sont vraiment très accueillants et font tout leur possible pour nous rendre le séjour agréable. Ce soir nous devrions pouvoir aller faire un tour en ville, si nous sommes accompagnés par une personne connue localement, cela ne pose visiblement aucun souci, deux groupes de collègues l’ont déjà fait hier et ce matin et cela s’est très bien passé à chaque fois. Je vais tenter le coup ce soir aussi histoire de sortir de l’hôtel un peu et de voir de plus près les nombreuses boutiques et les produits locaux.

20h00 : en fait pas de sortie car nous avons passé la journée entière à attendre le retour de Josef d’Ibadan. Il n’est revenu que vers 16h15… Inutile de préciser que pour la fouille, c’était rapé ; nous nous sommes tout de même rendus sur le chantier pour voir où en était l’avancement du déblayage à la tondeuse des grosses herbes pour pouvoir entamer la fouille proprement dite. Surprise !! Il n’y avait rien de fait ou presque !! On a donc juste eu le mince plaisir d’aller gratouiller 5 mn avant que l’orage n’arrive et de montrer les premiers gestes de décapage aux étudiants débutants.

La traversée du village est toujours aussi impressionnante avec un nombre de gens impossible à décrire, du monde de partout et une misère tout de même assez perturbante. Difficile de croire qu’en 2019 des gens puissent vivre dans de telles conditions sanitaires ou de précarité. Énormément d’hommes paraissent désœuvrés, certains sont allongés dans l’entrée des masures faites de bric et de broc, en terre crue ou en tôles, sur le chemin nous conduisant au chantier, il y a un alignement de petits commerces qui tiennent on ne sait comment debout et en arrière la vraie maison d’habitation. Il y a là aussi bien un couturier, qu’un vendeur de téléphone, de fruits ou de légumes (un ou deux à la fois, rarement plus de trois en même temps), un vendeur de vêtements ou diverses autres choses. L’érosion des sols par les pluies diluviennes qui parfois s’abattent ici fragilise les fondations des maisons, même les récentes, et rapidement les fondations de ces dernières apparaissent avec bien sûr des fissures, voire des murs totalement altérés. Ce qui me surprend le plus, c’est la saleté qui règne partout, visiblement il n’y a aucun ramassage des déchets et les gens jettent tout et n’importe quoi tout le temps par terre sans visiblement se préoccuper de la pollution que cela peut engendrer ; on a vu des vaches (ou des zébus) manger les plastiques sur les bas-côtés de la route, sur le terrain où on va fouiller, il y a un mélange de sacs plastiques, de bouteilles, de canettes, de pneus ou autres objets divers qui sont jetés un peu importe où sans que la population se préoccupe le moins du monde du ramassage. Du coup cela donne une impression générale d’être dans une déchetterie à ciel ouvert. En même temps, aucune poubelle publique n’est visible et il n’y a apparemment aucune incitation de l’État pour convaincre les gens d’être un tant soit peu non pollueurs. Vous verriez l’état de la petite rivière qui traverse Ile Ife !! Exactement ce que l’on voit dans des reportages sur des sites pollués…. Dommage, car le pays est par ailleurs superbe.

Fini pour aujourd’hui, au lit !! Espérons que demain nous puissions réellement commencer à travailler car sinon les délais pour la fouille ne seront jamais tenus…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.