7/9/19 Ile Ifé

Ce billet fait partie d’une série consacrée à la mission de Cécile de Seréville Niel au Nigéria. Vous pouvez retrouver son aventure sur cette page : https://craham.hypotheses.org/category/nigeria

Première nuit à Ile Ife : bonne nuit malgré le bruit du générateur qui se trouve –grande chance – juste en face de ma chambre, merci aux boules Quiès emportées avec moi.

Drôle impression que de se trouver dans un environnement totalement différent, bruits, odeurs, sensations totalement inhabituelles. Toutes les chambres ayant été fraîchement repeintes et traitées contre les petites bébêtes rampantes ou volantes, il y a une odeur prégnante et mélangée de produits sans doute pas très bon pour la santé… mais j’avoue que vu la taille des bébêtes en questions, je préfère m’empoisonner les poumons :-).


Matinée avec tout d’abord un bon petit-déjeuner à 8heures. Toute l’équipe est là, plus ou moins réveillée mais prête à aller visiter le musée d’Ile Ife et le site ensuite.

Dr. Adisa Ogunlolakan, © C. DeCorse

Rencontre avec le professeur Adisa Ogunlolakan, très sympathique et jovial qui a un statut bien particulier car il est non seulement professeur d’université et directeur du musée, mais il a aussi un statut nobiliaire local qui lui vaut un respect et une déférence certaine de l’ensemble de la population. Les gens lui prennent la main et lui parlent avec une attitude non pas de soumission, mais de respect pour son statut et en même temps il est tellement agréable et souriant que cela ne parait pas le moins du monde condescendant ou hautain.

Je trouve extraordinaire la variété des tissus des robes et des vêtements que les gens portent ici, ils sont colorés et avec des motifs bigarrés. Après avoir questionné les collègues plus aguerris que moi et ayant déjà eu des expériences africaines antérieures dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, il s’avère que la plupart des costumes sont faits à partir de batik et cousus sur mesure. Les gens d’ici sont beaux, d’une grande élégance et ont une démarche tête haute naturelle (liée a priori à l’habitude prise pour porter des charges lourdes sur la tête), c’est tout un spectacle que de les voir déambuler avec une démarche si digne et d’un calme…

Pour revenir au déroulement de la journée, visite du musée d’Ile Ife. Transfert de l’hôtel vers l’université d’Ile Ife qui est dans un vrai écrin de verdure, le campus est gigantesque, il recouvre une énorme surface et est apparemment le seul espace de verdure de la ville qui, sinon, est entièrement recouverte d’habitat dense sans arbre ou quasiment. Le musée est un énorme bâtiment, copie de l’habitat traditionnel, mais qui s’avère être un simple musée local avec quelques vitrines exposant la nature des pierres et sédiments, insectes et animaux locaux (empaillés, je ne suis pas certaine qu’il reste beaucoup de ces bestioles dans le coin – autruche, lion, civette, loutre…) mais aussi quelques céramiques locales et bijoux avec des perles de toute beauté de l’Antiquité et de la période médiévale. Après avoir fait le tour de ces quelques vitrines, nous avons inventorié et rangé le matériel de fouille, listé les éléments ou outils manquants à acheter, bref, préparé tout ce qu’il fallait emporter sur le terrain.

Visite dans l’après-midi du site qui se trouve dans l’enceinte d’une école secondaire (les plus jeunes des élèves étaient très curieux de nous voir débarquer, les plus grands étaient en examen ; les deux semaines qui viennent correspondent aux vacances scolaires ici). Pour le moment le site est recouvert de végétation et, s’il servait auparavant de terrain de foot, il a été abandonné partiellement depuis l’an dernier puisqu’une nouvelle école a été édifiée juste à proximité.

Le terrain a désormais été plus ou moins recouvert par une végétation dense et sert de zone dépotoir mais aussi de « latrines naturelles » pour les enseignants comme pour les élèves… (les toilettes de l’école sont constamment fermées par un cadenas) cela risque d’être joyeux de décaper tout cela demain !! Heureusement un pelleur et une première équipe d’ouvriers doivent venir pour décaper les premiers centimètres de surface et dégrossir la végétation (notamment les plantes grasses, les grosses touffes d’une sorte de jonc ou de bambou) pour que nous puissions faire le nettoyage de surface.

Ita Yemoo (2015), Cliché par Gérard Chouin.

Visite enfin du site d’Ita Yémoo, l’un des sites archéologiques qui avait été fouillé antérieurement par Franck Willet dans les années 60 et où les premiers vestiges de pavements avaient été étudiés ici. Site très intéressant et parfait pour se rendre compte de ce que nous pourrions trouver.

Fouille d’un pavement sur le site d’Ita Yemoo
© Hunterian Museum and University of Glasgow Archives & Special Collections, Frank Willett collection, GB248 ACCN 3120/ 11 ; photo : L. Roth

Retour au bercail vers 17h sous une pluie fine mais qui n’a pas duré. Grand soleil ou ciel couvert mais sans pluie tout le reste de la journée. Des collègues ont même pris des coups de soleil, même ceux qui déclarent ne jamais en prendre (les durs à cuire !). Repas du soir délicieux et nettement moins épicé ; soirée à discuter avec les collègues et arrivée des étudiants nigérians (une douzaine en tout) ; peu de contacts le soir avec eux car arrivés en cours de route du repas et visiblement timides, ils n’ont pas osé se présenter ou discuter avec nous, par contre belles discussions le dimanche matin.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.